Tag Archives: Rock

Redbone, le rock des peaux rouges

25 Oct

On va à nouveau parler bandes dessinées dans Déclic Musique (nouvelle fenêtre), avec le roman graphique sur le groupe de rock amérindien Redbone.

L’illustrateur Thibault Balahy met en image façon vignettes comics le scénario imaginé par Christian Staebler et Sonia Paoloni pour raconter l’histoire incroyable de ce groupe indien dans l’Amérique ségrégationniste des années 60.

Redbone : l'histoire vraie d'un groupe de rock indien  Christian Staebler, Sonia Paolini, Thibault Balahy (catalogue de La Médiathèque -nouvelle fenêtre)

Dés 1962, deux frères issu de la tribu Papago s’appelant Pat et Lolly Vasquez se font remarquer dans un club par le producteur Bumps Blackwell qui s’occupe de Little Richard et travaille avec Quincy Jones. Il leur propose de se faire plutôt passer pour des Mexicains et de changer leur nom en Vegas. Ils vont dés lors rencontrer ceux qui deviendront des musiciens de légende comme The Doors et surtout l’ex guitariste de Little Richard, Jimi Hendrix qui va les prendre sous son aile. En tant que musicien noir, il se sent touché par la volonté de reconnaissance à travers la musique de ces natifs américains. Le duo sera rejoint en 1969 par deux autres musiciens amérindiens, Pete De Poe et Tony Bellamy, qui décident d’assumer leurs origines et mélangeront différents styles de musique pour exprimer les revendications de leur peuple.

Redbone va connaître un succès retentissant avec des titres tels que Come and Get Your Love ou Maggie et le groupe se produit encore de nos jours, notamment dans des festivals amérindiens.

Retrouvez cette bande dessinée construite comme un documentaire (nouvelle fenêtre) à partir de rencontres et interviews entre les auteurs et les membres du groupe ainsi que la musique de Redbone sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : My Songs / Sting

3 Juin

Il a fallu une légende vivante pour détrôner les numéros un des ventes d’albums en France que sont Rammstein et c’est Sting qui s’y colle pour la première fois de sa longue carrière.

Aussi curieux que cela paraisse, Sting n’avait jamais occupé cette première place avec un album alors qu’il y a classé un bon nombre de single depuis The Police et durant toute sa carrière solo.

Ce nouvel album est une revisite de ses 19 plus grands tubes. Le chanteur trouvait certains titres trop figés dans le temps en raison des instruments ou de la technique utilisée pour les enregistrer. Pour Sting, la musique doit refléter son temps et il a décidé de présenter une version actualisée de ses plus grands succès.

sting

À l’écoute de l’album, on ne peut s’empêcher d’imaginer que ces nouvelles versions ont d’abord été revisitées pour la scène, d’où ce sentiment d’enregistrement dans les conditions du live mais sans public, sauf pour quelques titres comme Next To You ou le cultissime Roxanne. Ce disque sert donc à préparer les fans de Sting à sa Résidence à Las Vegas dans la salle du célèbre Cæsar Palace du 22 mai au 9 septembre 2020 pour 16 concerts. Ces versions se concentrent sur la mélodie sans trop d’effets musicaux avec la sonorité naturelle des instruments et sur la magnifique voix de Sting. Les titres de The Police semblent assagis et les balades gagnent en virtuosité. Un magnifique album qui redonne envie de retrouver Sting sur scène, surtout à Vegas !

Le blog Déclic Musique vous invite à l’espace Image et Son de La Médiathèque pour emprunter les disques, DVD et partitions de Sting (nouvelle fenêtre) et vous propose d’écouter cette sublime version de Shape of my Heart.

 

Hommage à Dick Rivers

29 Avr

Le rocker made in Nice est mort à l’âge de 74 ans comme l’autre icône du rock à la française, Johnny, victime du même crabe et il a poussé la constance jusqu’au bout en s’éteignant le jour de son propre anniversaire.

Dick Rivers (nouvelle fenêtre), né Hervé Forneri, est tout simplement le précurseur du Rock en France. En 1961, un jeune groupe qui se baptise Les Chats Sauvages décide d’importer cette musique qui fait fureur aux États-Unis. Leur carrière est aussi fulgurante que leur longévité puisqu’ils se séparent en 1962 mais grâce à leur collaboration avec le producteur Jean-Claude Camus et le soutien du chanteur Gene Vincent, le succès auprès du public est immédiat et donne envie au jeune Hervé de se lancer en solo. Mais impensable de chanter du rock avec un nom français. Il choisi alors le pseudonyme de Dick Rivers, personnage inspiré d’un rôle tenu dans un film par son idole Elvis Presley, qu’il avait rencontré dans un ascenseur à Las Vegas.

elvis et dick rivers

Pendant 55 ans de carrière, 36 albums cumulés dont 3 en concert, Dick Rivers aura toujours gardé le même cap musical, le même style vestimentaire avec ses cheveux gominés et ses éternelles santiags sans parler de ses chemises cowboy. Une longévité qui force le respect et qui a toujours inspiré différentes générations d’artistes de Cachemire à Didier Wampas , Julien Doré étant le dernier en date.

Toujours discret, il ne participait que rarement aux émissions télé et a interprété quelques rôles au cinéma. L’animateur Antoine de Caunes avait crée le personnage de Didier l’embrouille, plus grand fan de Dick après Dick lui-même.

Loin de l’image de rockeur ringard que la presse française lui infligeait, sa carrière a souvent été considérée à l’étranger comme parallèle à celle de Johnny Cash. Un immense hommage pour celui qui a toujours été mis en retrait par rapport à Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Dick Rivers était un passionné, il s’attachait à magnifier les reprises des chansons américaines avec cette voix et ce talent qui ont fait son succès. Il collectionnait les guitares et possédait des exemplaires uniques ayant appartenu au King ainsi qu’aux Beatles.

Pas d’hommage national pour celui qui continuait de chanter avec la tournée Âge tendre et tête de bois et qui avait sorti en 2017 son ultime compilation baptisée 5/5. Il a écrit plusieurs livres dont les autobiographies Very Dick en 1996 et Mister D en 2011.

La chanson du lundi : All Over Now / The Cranberries

21 Jan

Un an après le mort par noyade de Dolores O’Riordan, le groupe irlandais a décidé de publier le nouvel album qu’ils avaient commencer d’enregistrer avec leur chanteuse.

L’idée d’un nouvel album avait germé pendant leur précédente tournée et le groupe était motivé à l’idée qu’un nouveau disque leur permettrait de retourner sur les routes au contact de leurs fans. Avant ce terrible accident dû à une trop forte consommation d’alcool, la chanteuse avait eu le temps d’enregistrer toutes les démos voix des 10 chansons que contient l’album baptisé In The End qui sortira en avril 2019.

Les trois autres membres du groupe ont décidé d’achever la composition et l’enregistrement pour rendre un dernier hommage à celle qui a été leur voix depuis 1990 et leur avait permi de connaître le succès planétaire en 1994 avec le titre Zombie traitant du conflit Nord-Irlandais. Le blog Déclic Musique vous propose d’écouter la publication audio officielle faite par le groupe.

Vous pouvez retrouver les albums de The Cranberries à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Bohemian Rhapsody, le film

2 Nov

Ou comment un film sur ce groupe de légende qu’est Queen devient le biopic de son charismatique chanteur Freddie Mercury !

Dire que Queen est l’un des groupes les plus importants des années 1970 et 80 est un doux euphémisme tant il a révolutionné le rock. De ses compositions audacieuses aux extravagances de son chanteur, Queen était devenu le symbole musical des différentes luttes sociétales que sont entre autres la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles ou des drames de la faim dans le monde.

C’est d’ailleurs avec le concert du Live Aid que débute et se termine le film. On peut presque parler de documentaire tant le guitariste du groupe Brian May et le batteur Roger Taylor ont influencé le scénario. Le bassiste John Deacon s’est retiré des projets du groupe après la mort à seulement 45 ans de Freddie Mercury le 24 novembre 1991 car il était contre la surexploitation en produits dérivés ou autres hypothétiques retours sur scène.

Il n’y avait pas d’inquiétude à avoir sur le scénario du film puisqu’il relate l’aventure de Queen mais les incertitudes concernaient le rôle de Farrokh Bulsara alias Freddie Mercury. Qui pouvait endosser le costume d’un des plus grand artiste du 20ème siècle ? Cette question a failli empêcher la réalisation de ce film qui a non seulement changé de réalisateur mais surtout à plusieurs reprises d’acteur principal. C’est finalement l’acteur Rami Malek qui décroche le rôle. Il va travailler la gestuelle et la façon de bouger de Freddie Mercury pour coller au plus près du personnage. Et il faut bien avouer que la performance de l’acteur de la série Mr Robot est stupéfiante de réalisme. Il a tenu compte d’anecdotes comme celle du jeune Freddie qui ne connaissait pas la musique mais composait à l’oreille les morceaux qu’il avait dans la tête. Cela dans sa petite chambre dans laquelle son lit était collé au piano et il jouait à l’envers, allongé sur le dos, le bras tendu vers le clavier. Seule concession de l’acteur, il se fait doubler pour le chant même s’il interprétait réellement les morceaux pendant le tournage.

Queen a su utiliser tous les instruments pour faire évoluer sa musique, du classique de Bohemian Rhapsodie aux guitares électriques de We Will Rock You ou en y intégrant les synthétiseurs et l’aspect symphonique comme avec Who Wants To Live Forever. Et ils ont accolé à leur musique des images fortes, des costumes délirants sur scène et des vidéos clips déjantés comme celui de I Want To break Free.

Il est certain que Queen n’aurait pas été le groupe qu’il a été sans l’exubérance de Freddie Mercury et surtout sans cette voix puissante qui a porté jusqu’à aujourd’hui la légende de cet homme exceptionnel né à Zanzibar avant d’être envoyé faire ses études en Inde puis devenir bagagiste à l’aéroport d’Heatrow de Londres (nouvelle fenêtre) pour terminer en étant élu Ultime Dieu du Rock par un sondage britannique, choix confirmé par le célèbre magazine américain Rolling Stone.

Les critiques regrettent que les aspects les plus sulfureux, la drogue et les orgies, soient gommés mais ce n’est pas plus mal car le plus intéressant chez Freddie Mercury est son génie créatif ainsi que ses performances vocales et scéniques bien mises en avant dans ce film.

Retrouvez Queen et Freddie Mercury à travers les disques, vidéos, livres et partitions disponibles à l’espace Image et Son de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Mon pays c’est l’amour / Johnny Hallyday

22 Oct

Le 51ème album de Johnny Hallyday intitulé Mon pays c’est l’amour est sorti le vendredi 19 octobre après une longue attente et bien des déboires.

C’est en octobre 2017 que le titre définitif a été choisi par le rockeur. Le compositeur Maxime Nucci alias Yodélice (nouvelle fenêtre) et le producteur Sébastien Ferran avaient d’abord pensé à Made in Rock’n Roll, une des chansons de l’album. Mais le Taulier leur a répondu que l’on risquerait de le prendre pour un marchand de T-shirt. D’après eux, ils se sont mis d’accord pour Mon pays c’est l’amour, autre chanson faisant partie du disque, car le chanteur considérait que cela représentait bien l’ambiance et les thèmes principalement abordés dans ses onze nouvelles chansons, à savoir l’amour et les femmes. A noter que ce titre avait déjà été utilisé par BB King et Ray Charles.

johnny playlist

Car si l’album attaque sur un titre fort baptisé J’en parlerai au diable, il ne s’agit pas d’un album sombre en forme de testament. Il y a du Blues, une ballade country et une chanson intitulée Tomber encore dont le texte est composé par un fan. Il y parle aussi de cette Amérique qui l’a tant fait rêvée avec le titre Back in L.A. en forme de dédicace à sa ville d’adoption ou L’Amérique de William en hommage au photographe William Eggleston.

Le chanteur semble s’adresser deux fois à son épouse Lætitia dans le sublime Pardonne-moi et le meilleur titre de ce disque d’après moi qu’est  Je ne suis qu’un homme qui conclu en forme de confession ce qui restera le dernier album d’un homme qui a incarné à lui tout seul la rock’n roll attitude et qui sera toujours présent dans le cœur des français.

La chanson du lundi : Jumpin’ Jack Flash / The Rolling Stones

21 Mai

Le 24 mai 1968 restera dans l’histoire du rock ! Les radios diffusent le nouveau single des Stones, une bombe baptisée Jumpin’ Jack Flash qui incarne à elle seule l’âme du groupe.

Après une période que l’on qualifiera de psychédélique, la carrière des Stones est compromise. Conscients qu’ils doivent se renouveler, ils entament un virage, revenant aux origines du blues et du rock sous l’impulsion de Mick Jagger et Keith Richards mais au détriment de Brian Jones. Bien que l’ensemble du groupe ait participé à la création de cette chanson, c’est le chanteur et le guitariste qui seront crédités du morceau.

La légende veut que le titre soit inspiré par le nom du jardinier de Keith Richards qui aurait fait trop de bruits et aurait réveillé Jagger . Celui-ci aurait alors demandé à son guitariste qui était cette personne. Richards aurait répondu « Jumpin’ Jack » et Jagger se serait exclamé « Flash ». Mais les paroles font surtout penser au cocktail de drogues appelé Speedball, à ses effets et à sa méthode d’injection.

Quoiqu’il en soit, l’album Beggars Banquet duquel est extrait la chanson sera un tournant capital pour les Stones et représente le disque du renouveau qui donnera son ADN définitif au groupe. Avec un riff devenu mythique et des paroles hallucinées telles que I was born in a cross-fire hurricane, cette chanson a été reprise par un grand nombre d’artistes et remixée à tous les styles. Mais rien ne vaut l’originale  que l’on va écouter maintenant.

Retrouvez The Rolling Stones à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La dernière chute de Mark E. Smith du groupe The Fall

29 Jan

Une nouvelle icône vient de disparaître en la personne de Mark E. Smith, chanteur et créateur d’un des groupes les plus emblématiques de la scène post punk de Manchester.

Chanteur iconoclaste et insaisissable, il décide de faire de la musique après avoir assisté à un concert des Buzzcocks puis il essaye d’intégrer des groupes de Heavy Metal mais finira par créer son propre groupe, The Fall (nouvelle fenêtre). Très vite les musiciens, 66 au total qui vont se succéder tout au long de l’histoire du groupe, vont s’orienter vers une musique expérimentale parfois à la limite de la cacophonie. Avec 30 albums studio et des enregistrement live encore plus nombreux, The Fall est un des groupes les plus prolifiques de la scène punk-rock anglaise. Capable d’enregistrer un disque en trois jours comme avec Dragnet en 1979, il avait composé la bande son d’un ballet en 1988, et publié son autobiographie déjantée en 2008. Plébiscité depuis leurs début par les professionnels et soutenu par la BBC dont le célèbre animateur John Peel, ils ont été repris par de nombreux groupes comme Sonic Youth ou les Pixies qui reconnaissent avoir été influencés par leur travail. Toujours en activité, ils avaient sorti en 2017 un album baptisé New Facts Emerge.

Grand amateur de l’écrivain Céline, ce qui lui importait était ce que les gens ont écrit ou composé, pas ce qu’ils étaient dans la vie. Il définissait son groupe dont il a été le seul membre permanent par cette phrase : si c’est moi qui chante et ta grand-mère qui joue des bongos, alors c’est The Fall !

 

La chanson du lundi : You and Me / The Cranberries

22 Jan

Décidément, la chanson du lundi rend bien des hommages ces derniers temps. Aujourd’hui, le monde du rock est en deuil : la chanteuse du groupe irlandais The Cranberries, Dolores O’Riordan, est décédée subitement à l’âge de 46 ans le 15 janvier 2018.

 

Le groupe s’est fait connaître au début des années 90 avec la chanson Linger, écrite par Dolores O’Riordan lorsqu’elle a intégré le groupe, et qui deviendra l’un de leur plus grand succès. Leur premier album, Everybody Else Is Doing It, So Why Can’t We ? sorti en 1993, s’est vendu à 7,2 millions d’exemplaires. Suivront six autres albums avec des titres forts tel que Zombie (1994) qui dénonce les désastres de la guerre civile en Irlande du Nord.

©songfacts

La chanteuse a été au cœur de plusieurs polémiques concernant ses convictions personnelles sur des sujets sociétaux assez forts. Malgré tout, elle restera sans doute l’une des chanteuses irlandaises les plus appréciées pour ses qualités artistiques.

Retrouvez le titre You and Me sur l’album Bury the Hatchet à l’Espace Image et son de La Médiathèque, ainsi que d’autres titres du groupe.

Soizic N.

La Playlist Déclic Musique de cet été !

3 Juil

L’été est arrivé avec ses festivals et concerts ! Le blog Déclic Musique va vous aider à réviser les tubes des artistes qui vont se produire en concert cet été ou à la rentrée, enfin surtout ceux que je vais avoir la chance de voir sur scène. On commence par Depeche Mode au Stade de France, le grand retour de Midnight Oil à l’Olympia suivi de très près par les Guns N’ Roses également au Stade de France , puis les Red Hot Chili Peppers à Lollapalooza Paris accompagné d’Editors et des Pixies entre autres, la sulfureuse Pink au Sziget Festival de Budapest avant les deux concerts de l’année que vont nous offrir Metallica Rhâââ Lovely à l’ Accor Arena puis ce sera au tour de Papa Roach re-Olympia, Royal Blood au Zénith et le glamour de Marilyn Manson pour finir l’année en beauté à Bercy. Vous l’aurez compris, mon été va être Rock, Sun et… Festival  , à quoi vous attendiez-vous ? Ça va en faire des beaux articles à venir et en attendant, venez emprunter les disques de ces artistes à l’espace Image et Son de La Médiathèque de Levallois !

%d blogueurs aiment cette page :