Tag Archives: Philarmonie de Paris

J’y étais : Dracula par Philip Glass and Kronos Quartet

13 Juil dracula philip glass

Assister à un concert de Philip Glass est déjà un évènement mais quand on assiste en même temps à une projection du film Dracula dans la grande salle de La Philharmonie de Paris, cela devient une expérience sensitive exceptionnelle !

philip glass

En 2000, la société Universal, une des majors du cinéma hollywoodien, propose à Philip Glass de mettre en musique un film tiré de leurs archives. Le compositeur est alors fasciné par le Dracula de Tod Browning tourné en 1930 avec le fantastique acteur hongrois Bela Lugosi. C’est pour Philip Glass un challenge de rêve puisqu’il sera le seul maître à bord, les protagonistes de ce film culte étant tous décédés depuis longtemps. Il va utiliser ses compétences en musique classique pour créer une musique liée à l’époque du film, en clin d’œil au cinéma muet qui a souvent utilisé les grandes œuvres classiques pour accompagner la projection des films. Il va s’adjoindre pour cela les services du Kronos Quartet et y rajouter un deuxième piano en plus du sien, soit un quartet à six membres au final. Concernant la composition, le film impose des changements de rythmes, une alternance de moments tragiques ou humoristiques. Non seulement la musique illustre le film, mais on peut aussi considérer qu’elle le complète, devenant un nouveau personnage, celui du public qui s’intègre littéralement dans le scénario du film. La musique permet de mieux comprendre ce qui est suggéré et de se substituer aux images, notamment à la fin du film, où elle recommence  avec le même air que celui du début pour signifier au spectateur qu’il assiste à la scène finale. Durant toute la projection, le public est hypnotisé par ce mélange d’images fantastiques en noir et blanc et cette musique qui l’accompagne au mouvement près. C’est tout le génie de Philip Glass d’avoir su interpréter par des notes de musique l’éventail des sentiments qui parcourt la salle que l’on entend vibrer ou rire tout au long du film, à tel point que la présence des musiciens passe presque inaperçue. A tel point que j’ai cru que je ne pourrais pas prendre de photos, craignant de ne pouvoir capter leur image, comme celle d’un vampire dans un miroir.

J’ai testé pour vous : Chanter un bis participatif à la Philarmonie de Paris.

15 Déc logo Philarmonie de Paris

 

prepaconcertflute-srcbeaucardet12

 

Oui Oui, rien que ça. Mais quelle excitation!

D’abord je situe l’évènement : le mardi 22 décembre prochain aura lieu le concert de Noël de la Philarmonie de Paris. Le Messie de Haendel, dirigé par Douglas Boyd, est au programme.

La Philarmonie propose des ateliers et une conférence autour de l’œuvre pour les spectateurs de ce concert de Noël . Les ateliers consistent  à préparer un bis participatif chanté par le public le soir du concert. Pour cela, il faut s’inscrire pour la modique somme de deux euros. Deux ateliers de répétition de deux heures sont organisés pour chanter avec les autres participants. Les séances sont dirigées par un monsieur qui a une voix spectaculaire… Christophe Grapperon est baryton, chef associé du Chœur Accentus, et partage avec générosité sa passion pour la musique et transmet avec brio l’allégresse du Messie de Haendel.

303011c

Premier atelier: dimanche 6 décembre, de 15h à 17h…avec ma fan de musique baroque préférée…On nous remet une partition des trois extraits que nous chanterons. J’apporte une petite précision. Cela fait quand même quelques semaines que nous saoûlons notre entourage avec nos vocalises, mais bon, il faut se préparer que diable!

La Philarmonie a mis à notre disposition sur leur site, des enregistrements des extraits à travailler: un extrait alto, un basse, un soprane et un tutti pour se situer dans le chœur…

Nous sommes entrés dans une salle toute de bois sculpté revêtue, où se dressent des gradins et nous nous avons pris place, et devant nous, un magnifique piano à queue….Je suis impressionnée.

 

20151206_170840

 

Si vous n’avez jamais chanté dans un chœur, vous devriez comprendre ma fébrilité quand nous avons commencé à chanter. Je froissais  mes feuilles de partition frénétiquement pour savoir où j’en étais et quand je devais entonner à nouveau : grosse suée.

Mais notre guide a su nous détendre et nous a conseillé de nous laisser porter par la musique… et sincèrement malgré de nombreux  ratés de ma part, c’était magnifique. C’est vrai que dans notre groupe, nombreux étaient les chanteurs confirmés. Ce qui est apréciable c’est que tout le monde est bienvenu même les enfants (pour les plus patients). Ce que j’aime de la Philarmonie, c’est ça aussi. L’accès à la musique pour tous.

Dimanche 20 décembre: deuxième séance. En attendant, nous écoutons plus que jamais nos extraits, pour être plus au point la fois prochaine….

Rendez-vous bientôt pour un court récit de cette séance….

Que la musique vous transporte!

%d blogueurs aiment cette page :