Tag Archives: Oomph

J’y étais : Oomph au Trabendo

20 Avr

Une tournée en guise de gâteau d’anniversaire pour les 25 ans du groupe allemand, impensable de ne pas souffler les bougies avec eux.

Pour une fois, j’arrive en avance avant même l’ouverture des portes, ce qui me permet de me laisser fondre dans l’atmosphère bon enfant et potache d’un public metalleux tout en admirant les compositions vestimentaires portées par les fans féminines, moi-même m’étant transformé en mon double du côté obscur de la musique alias Darckus. Je suis rejoint par Goth’Anaïs à qui je dois la découverte de Oomph et dont nous allons assister une deuxième fois ensemble à un show dans cette salle du Trabendo. Car on ne peut pas considérer un concert de ce groupe et plus particulièrement du chanteur Dero comme une simple prestation, mais bien comme un véritable feu d’artifice scénique à lui tout seul. En Monsieur Loyal d’un cirque d’épouvantes et des pires de nos cauchemars, il gesticule sur scène comme un aliéné prisonnier dans une chambre capitonnée dans laquelle serait diffusée la musique qui tourne en boucle dans sa tête. Et ça joue fort sous son crâne avec, dès le début, leur nouveau titre Alles Aus Liebe et l’effrayant Labyrinth avant de saluer le public parisien en scandant en français « Liberté, je suis Paris, je suis Charlie » et de dédier la chanson Träumst Du (rêves-tu) aux victimes des attentats. Mais Oomph c’est 25 ans de musique et surtout la genèse d’un genre musical, la nouvelle dureté allemande. Les deux guitaristes vont délaisser leurs instruments pour retrouver les claviers de leurs débuts en symbiose avec les deux batteurs présents sur la scène pour interpréter la toute première chanson du groupe Mein Herz qui ouvre une séquence premiers albums avec les titres Der Neue Gott et Gekreuzigt. Le calme revient avec Dero resté seul avec le musicien qui officie au clavier pour interpréter leur sublime dernière chanson Unter Diesem Mond en frappant de ses baguettes les deux tambours qui lui serviront d’accompagnement rythmique à plusieurs reprises durant le concert. S’enchaînent les tubes et plusieurs nouvelles chansons dans ce tour de chant qui fait la part belle à leur dernier album intitulé XXV. Et c’est sur la chanson Augen Auf (ouvre les yeux), durant laquelle le public compte jusqu’à dix en allemand pour introduire le refrain, que le groupe tire sa révérence après avoir fusionné en un moment live sans écran ni caméra, juste avec nos yeux et nos oreilles, de crâne à crâne. Danke Schön und Bis Später Oomph !

Je vous offre une persistance rétinienne et en couleur

La chanson du lundi : Alles aus liebe / Oomph !

11 Avr

Oomph est un groupe allemand qui a tout simplement créé un nouveau genre musical, le Neue Deutsche Härte, qui se traduit par nouvelle dureté allemande mais est plus communément appelé Dance Metal. Formé en 1989 par trois amis d’enfance que l’on nommera par leur nom de scène Dero, Crap et Flux, ils décident de mélanger le rock gothique avec des rythmiques électroniques et de l’indus, le tout chanté en allemand. Le succès n’est pas immédiat, il leur faudra attendre trois années pour sortir un premier album. Pourtant, ce courant enfantera un groupe devenu culte, Rammstein, qui a toujours affirmé son admiration pour ce trio qui leur a servi de modèle et d’inspiration.

Ce titre est le premier extrait de leur douzième album intitulé XXV, commémorant le nombre d’années d’existence d’un groupe resté dans l’ombre mais toujours précurseur et surtout d’une efficacité déconcertante. A déguster ce mardi 12 avril 2016 au Trabendo !

Et pour rester dans l’esprit joueur de Oomph, pour ne pas dire grandguignolesque, la vidéo est cachée dans le texte. A suivre dans la rubrique J’y étais.

%d blogueurs aiment cette page :