Tag Archives: musique de film

La chanson du lundi : Tomorrow / Frederika Stahl

10 Oct

En introduction à la projection du film Demain ce dimanche 16 octobre 2016 à 15 h dans l’auditorium de La Médiathèque, Déclic Musique vous présente un extrait de la bande originale du film.

demain-frederika-stahl

Les auteurs de ce long métrage ont eu la bonne idée de proposer à la compositrice Frederika Stahl d’illustrer musicalement leur film. Cette jeune femme suédoise et francophone née en 1984 n’est pas une débutante, elle a déjà 4 albums de jazz teinté de pop à son actif. Laissez-vous envoûter par cette douce mélodie aérienne mise en image par de sublimes superpositions d’images des splendeurs de notre planète et de la ravissante Frederika Stahl. Une ambassadrice de charme qui va vous convaincre de venir assister à la projection de ce qui est bien plus qu’un documentaire, un véritable manifeste pour l’Humanité.

Le film sera suivi d’un débat, en présence du réalisateur Cyril Dion.

Rendez-vous à 15 heures à la médiathèque Gustave-Eiffel, 111 rue Jean Jaurès. Levallois.

Pour en savoir plus : l’article Demain, le film à La Médiathèque sur le blog Cin’Eiffel ainsi que l’article Demain un nouveau monde en marche, un livre pour imaginer l’impossible sur le blog Liseur.

Rendez vousEnregistrer

Dans les coulisses du métier… de compositeur de musique de film

3 Mar

Après l’Oscar remis à Ennio Morricone il y a quelques jours le 28 février 2016, retour sur le métier de compositeur de musique de film, grâce à cet article publié sur Cin’Eiffel, le blog cinéma de La Médiathèque.

Cin'Eiffel

1- Le photographe de plateau

2- Le projectionniste

3- L’agent artistique

4- L’affichiste

5- Le compositeur de musique de film

Du cinéma muet au film parlant, la musique a toujours accompagné les films.
Contrairement au théâtre, à l’opéra, à la danse, où la musique était déjà omniprésente et accompagnait les différentes séquences, la musique au cinéma, au début du vingtième siècle, était jouée à l’extérieur afin d’attirer le spectateur dans une salle obscure.

« On essaya de remplir le vide acoustique des cinémas par une “illustration musicale” qui tâcha de s’adapter aux sentiments suggérés par les événements qui se déroulaient sur l’écran ».
Guido Bagier, « Deux industries – un seul but », dans Machines parlantes et Radio, Phono-Ciné, n° 146, janvier 1932.

Les musiques n’étaient pas encore originales au sens où on l’entend aujourd’hui. C’étaient pour la plupart des improvisations à partir de thèmes classiques comme Beethoven ou Mozart par exemple. Petit à…

View original post 875 mots de plus

%d blogueurs aiment cette page :