Tag Archives: Musique Classique

Joyeux anniversaire à l’Opéra de Paris

10 Mai

L’Opéra de Paris a fêté mercredi soir son 350ème anniversaire avec une soirée de gala exceptionnelle !

L’institution voit précisément le jour le 28 juin 1669 et pour la première fois dans un même lieu sont réunis une troupe de chanteurs, un orchestre et un corps de ballet. Les artistes qui les composent sont alors considérés comme des professionnels et touchent une rémunération.

opera garnier scène

Cette scène verra les plus grands chanteurs interpréter les créations de compositeurs venus du monde entier pour avoir l’honneur d’être joués à Paris devant les rois et empereurs, ce qui leur garantie en cas de succès une gloire internationale. Le ballet dont les étudiants sont baptisés Les petits rats est devenu une des écoles les plus célèbres de danse classique.

En 1829, Rossini va faire la douloureuse expérience que l’Opéra de Paris peut aussi détruire une carrière car les critiques et le public rejettent son interminable opéra Guillaume Tell qui dure plus de quatre heures, précipitant la chute du compositeur dont cet opéra sera la dernière œuvre.

Un autre compositeur sera maudit en ces lieux, il s’agit de Wagner qui mettra fin prématurément à deux de ces concerts, victime d’une fronde anti-allemande.

Le 5 janvier 1875, l’Opéra de Paris s’offre un nouvel écrin grâce à l’architecte Charles Garnier dont le palais portera le nom. Pour l’anecdote, il a du payer sa place le soir de l’inauguration, les autorités ayant oubliées de l’inviter. Depuis, son buste doré trône sur l’une des façades de l’édifice.

charles garnier

La vie de l’Opéra de Paris sera jalonnée de moments historiques, comme lors de la Libération de Paris durant laquelle la chanteuse Suzanne Lefort entonne La Marseillaise devant le peuple de Paris en liesse. Ou de moments plus cocasses comme la bagarre qui éclate pendant une représentation de la Norma interprétée par La Callas entre admirateurs et détracteurs de la diva. Moments émouvants également lorsque le cercueil du danseur étoile Rudolf Noureev y fût exposé en hommage à celui qui était son Directeur de la Danse en 1983.

En 1989, l’opéra fait sa Révolution en proposant une deuxième salle Place de La Bastille, opéra voulu plus populaire pour démocratiser ce genre musical jugé élitiste.

Retrouvez à La Médiathèque de Levallois des livres sur l’Opéra de Paris et les musiques des plus grands compositeurs (nouvelle fenêtre).

Publicités

À la médiathèque demain, les rencontres Déclic Musique : Concert classique par les élèves du CNSMDP

15 Mar

Voici une petite présentation des musiciennes que vous aurez le plaisir d’entendre à La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Hirona ISOBE

hirona isobe
Née à Tokyo, elle commence l’apprentissage de la clarinette à l’âge de neuf ans au Japon.
Après avoir étudié à l’université de musique de Kunitachi, elle poursuit ses études musicales auprès de Jérôme Voisin et Nicolas Baldeyrou en France.
Elle a obtenu un premier prix à l’unanimité au Conservatoire de Gennevilliers en 2014.
Cette même année, elle intègre la classe de clarinette ancienne d’Eric Hoeprich et celle de musique de chambre de Kenneth Weiss au Conservatoire Nationale Supérieur de Musique de Paris.
Elle se produit régulièrement en concert en tant que chambriste au Japon.
Elle joue également dans plusieurs orchestres d’époque comme Le Cercle de l’harmonie, Le Palais Royal, La Grande Ecurie, L’Ensemble Matheus.

Sandra SOUSA

Née à Lisbonne en 1990, Sandra SOUSA est attirée par la multiplicité des styles et instruments de la famille de la clarinette. Lauréate de plusieurs concours comme le 1er Grand Prix du Concours International de Clarinette de Vélizy-Villacoublay, elle se produit avec plusieurs orchestres et ensembles tels que Brussels Philharmonic Orchestra, Le Cercle de l’Harmonie, Le Palais Royal, Ensemble Écoute, Ensemble Diderot, jouant à la fois de la clarinette moderne et de la clarinette historique. Diplômée d’un Master en Clarinette Moderne au Conservatoire Royal de Bruxelles avec distinction, elle poursuit ses études actuellement au sein de deux autres master : un Master en Clarinette Historique auprès de Eric Hoeprich au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, et un master en Pédagogie au Conservatoire Royal de Bruxelles. Dans le cadre de son activité de pédagogue, elle est aussi intervenante auprès des Orchestres DEMOS – Philharmonie de Paris, mais aussi auprès d’autres écoles. En tant que chambriste, elle est membre de plusieurs ensembles de tailles différentes comme l’Ensemble Écoute et Gavarnie Ensemble. Elle se produit régulièrement en France et à l’étranger. En 2017-2018 elle a tourné dans une série télévisuelle « Philharmonia » avec des musiciens de l’Orchestre National d’Ile de France qui a été diffusée sur la chaîne France 2.
Sandra Sousa est boursière de la Fondation L’Or du Rhin, Nguyen Thien Dao et de la Fondation de France, et vit actuellement à Paris, où elle poursuit sa carrière internationale.

Diane MUGOT


Originaire de Monaco, elle grandit dans une famille de musiciens et y débute le
basson avec son père, puis poursuit son parcours au CRR de Lyon avec Jean Pignoly,
avant d’intégrer la classe de basson français de Julien Hardy au CNSMD en 2012.
Elle découvre le basson ancien lors de master-classes avec Jérémie Papasergio et Elsa
Frank, et se perfectionne auprès de Laurent Le Chenadec durant son cursus au CNSMD de Lyon ainsi qu’avec Giorgio Mandolesi dès 2017 au CNSMD de Paris.

Lors d’un séjour Erasmus à la MusikHochschule de Freiburg en 2015, elle profite de l’enseignement de Diego Chenna en basson moderne et de Javier Zafra en basson ancien.
Elle se produit avec différents ensembles comme le Concert Spirituel, Vox Luminis, Les Siècles, la Simphonie du Marais ou encore le Cercle de l’Harmonie et a déjà joué sous la direction de Philippe Herreweghe, Marcel Ponseele, Leonardo Garcia Alarcon, Stephan MacLeod dans divers festivals tels que le festival OudeMusik à Utrecht, le festival de Saintes, le festival Berlioz à la Côte-Saint-André…

Geneviève PUNGIER

Elle a fait ses études de flûte moderne au conservatoire de Marmande puis au CRR de Bordeaux. Elle y obtient le DEM de formation musicale et le certificat d’analyse. Elle commence le traverso avec Aurélien Delage en 2011.
Elle choisit alors de se spécialiser dans le baroque en rentrant au CNSMDP en 2014 dans la classe de Jan de Winne. Elle a pris des cours de musique de chambre avec Christian Rivet, Kenneth Weiss, Olivier Baumont, Blandine Rannou et des cours de flûte avec Philippe Allain-Dupré, Barthold Kuijken, Marc Hantaï, Alexis Kossenko, Guy-Claude Luypaerts, Mihi Kim. Dans le cadre d’une session d’orchestre du CNSM elle travaille un concerto pour deux flûtes de Telemann avec Masaaki Suzuki en janvier 2018.
Avec Amandine Calige, elles fondent leur ensemble les Hyléores, qui naît en 2016 lors du fes-tival le vent sur l’arbre grâce à Christian Rivet.
Geneviève touche aussi au répertoire de musique celtique en jouant aux côtés de Carlos Núñez lors du festival des brodeuses à Pont l’abbé en juillet 2018.
Elle se produit régulièrement en concert à Versailles autour du répertoire de Bach avec Jean-François Frémont.
Elle a obtenu un second prix au concours de Lempdes en 2015 et au concours des clés d’or en 2018.
Elle est actuellement diplômée d’un DEM de flûte traversière au Conservatoire de Paris et d’une licence de traverso, et prends des cours de chant lyrique auprès de Sylvie Sullé au con-servatoire du 8e arrondissement de Paris.

Gabrielle RUBIO


Elle est née le 20 mai 1997 à Perpignan. Elle commence ses études musicales au C.R.R de Perpignan-Méditerranée. À 6 ans elle aborde la Guitare dans la classe de Michel Rubio et la Flûte Traversière dans la classe d’ Annie Ploquin. En 2011, 2012 et 2013 elle obtient trois D.E.M en Flûte Traversière, en Guitare et en Traverso avec les plus hautes récompenses.
En mars 2013 à sa première tentative, Gabrielle est admise à l’unanimité, première nommée, au concours d’entrée du CNSMD de Paris à l’âge de 15 ans en Guitare.
Elle donne plusieurs récitals de Guitare dans le sud de la France, à Paris et en Espagne, notamment lors des Jordanas Internationales de Guitarra de Valencia, durant lesquelles elle est également membre du jury au 5° Concurso International de Guitarra Alhambra para Jóvenes.
Elle crée avec sa sœur, la violoniste Raphaëlle Rubio, le duo violon-guitare RaGa duo.
Elles se produisent dans plusieurs festivals en France, en Italie, et en Espagne et enregistrent leur premier CD Amanecer en 2015.
En juin 2018, Gabrielle obtient son Master au CNSMD de Paris en Guitare, avec la mention Très Bien à l’Unanimité, et en novembre 2018, elle obtient le 5ème Prix ainsi que le Prix du Public lors du Quatrième Concours International de Pleven en Bulgarie. Elle travaille actuellement avec Judicaël Perroy et Rémi Jousselme.
Parallèlement à cela, Gabrielle mène un double cursus au CNSMD de Paris où elle est également admise à l’unanimité à l’âge de 16 ans en Traverso (Flûte traversière baroque), dans la classe de Jan de Winne, avant de rentrer en juin 2014 à l’Orchestre Français des Jeunes Baroque avec lequel elle s’est produite à Aix-en-Provence, à Blagnac et à la Maison de Radio France à Paris.
En mai 2017, Gabrielle obtient son DNSPM au CNSMD de Paris en Traverso avec la mention Très Bien. Elle se produit en concert au sein de divers ensembles tels que l’ensemble Les Timbres, Le Consort, La Chapelle Harmonique et le Concert de la Loge (orchestre placé sous la direction de Julien Chauvin). En 2018, elle participe au sein de cet orchestre et auprès de la soprano Sandrine Piau à une série de concerts en France (dont la Seine Musicale à Paris, l’Arsenal de Metz) et en Allemagne (Philharmonie de Essen).

Ce concert vous est présenté en partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris – Sandra Lagumina, présidente, Bruno Mantovani, directeur (nouvelle fenêtre).

Samedi 16 Mars 2019 à 16h dans le salon de lecture de la Médiathèque Gustave-Eiffel, 111 rue Jean Jaurès à Levallois (nouvelle fenêtre).

Rencontres Déclic Musique : Concert classique par les élèves du CNSMDP samedi 16 mars

1 Mar

Comme les années passées, La Médiathèque vous invite à venir écouter ces excellents professionnels qui continuent leur formation de hautes spécialisations au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Au programme de cette année, nous avons la chance de recevoir des musiciennes du département musique ancienne. Leur particularité, c’est qu’elles jouent sur instruments historiques. Qu’est-ce à dire ?

la clarinette

L’évolution des instruments et de la musique jouée depuis des siècles va vers de plus en plus de force du son. Les instruments doivent être de mieux en mieux entendus des auditeurs et de loin. Alors les facteurs d’instruments ont cherché à les rendre plus puissants, et aussi ont régulièrement monté la hauteur des notes. Cela donne aux instruments modernes (ceux d’avant l’électrification, on ne peut pas rivaliser tout de même…) une brillance que n’ont pas les instruments d’avant.

le basson

Au contraire la prédominance du bois, des boyaux animaux ou du crin de cheval pour les cordes, leur donne un son plus feutré, plus rond et plus chaleureux.

Traverso

la flûte traversière

Au-delà de cette généralité, les instruments d’une époque lui appartiennent, et la musique écrite par un compositeur l’a été pour l’instrument qu’il connaissait.

la guitare romantique

Donc c’est un voyage dans le passé que l’on fait en écoutant ces œuvres du tout début du XIXe siècle interprétées sur instruments d’époque. Le son que voulait les compositeurs au programme, Beethoven, Kreutzer, Giuliani et Mertz pour leurs pièces pour clarinette, basson, flûte et guitare était celui que vous entendrez à ce concert.

PROGRAMME160319-1

Rendez-vous le samedi 16 mars 2019 à 16h, dans le salon de lecture de la médiathèque Gustave-Eiffel située au 111 rue Jean Jaurès à Levallois, entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le palmarès des Victoires de la Musique Classique 2019

15 Fév

La Seine Musicale a accueillie la déjà 26ème édition de ce grand rendez-vous annuel de la musique classique.

C’est le chef Julien Leroy et son orchestre national d’Ile-de-France qui ont assuré l’orchestration  de la soirée. Après une introduction surprenante puisque Le Boléro de Ravel a été joué en deux minutes contre dix pour la version originale, la soirée s’est placé sous la musique de Berlioz dont on commémore cette année les 150 ans de sa mort. D’abord avec le sacre du baryton Stéphane Degout (nouvelle fenêtre) qui a enchaîné déjà 4 rôles cette saison dont celui de l’opéra Les Troyens de Berlioz et se prépare à interpréter l’Iphigénie en Tauride au printemps prochain.

L’opéra Les Troyens (nouvelle fenêtre) reçoit également la Victoire de l’enregistrement de l’année avec un casting à faire pâlir n’importe quel producteur hollywoodien puisque sous la direction de John Nelson on retrouve entre autres Joyce Di Donato, Marianne Crebassa, Michael Spyres ou encore Nicolas Courjal et Marie-Nicole Lemieux.

La révélation de l’année vient de Corse avec la mezzo Élèonore Pancrazi et la Victoire de la révélation instrumentale revient au guitariste toulousin Thibaut Garcia.

Celle très attendu du soliste de l’année échappe aux musiciens français et est attribuée au pianiste américain Nicholas Angelich (nouvelle fenêtre), connu pour ses interprétations de Liszt ou Beethoven.

La Victoire de la composition de l’année revient au local de l’étape puisqu’elle est attribuée à Guillaume Connesson (nouvelle fenêtre) du Conservatoire de Boulogne-Billancourt avec son œuvre intitulée Horizons perdus, un concerto pour violons commandé par Renaud Capuçon.

Enfin, une victoire d’honneur à été remise au pianiste chinois Lang Lang (nouvelle fenêtre) pour l’ensemble de sa carrière.

Philharmonia : la nouvelle série musicale française

23 Jan

La chaîne du service public France 2 propose ce mercredi soir dès 21 h la diffusion du premier épisode de la série inédite Philharmonia (nouvelle fenêtre).

La musique est une nouvelle fois l’invitée d’honneur dans une série télé. Après Vinyl créée par Martin Scorsese et Mick Jagger sur la musique américaine des années 70 (nouvelle fenêtre), c’est au tour de la musique classique d’être mise en avant sur le petit écran.

L’intrigue nous plonge au cœur d’un orchestre symphonique. Elle débute avec l’ arrivée d’une nouvelle cheffe-d’orchestre, suite au décès dans des conditions obscures de son prédécesseur. Ancienne grande musicienne, son objectif est de rajeunir et démocratiser cette musique pour élargir son public. Elle va pour cela remplacer le 1er violon par une jeune musicienne de 20 ans. Mais bien évidemment ces changements ne sont pas du goût de tout le monde.

L’actrice principale Marie-Sophie Ferdane est plus que convaincante dans ce rôle car elle est diplômée en violon au Conservatoire de Grenoble et ancienne sociétaire de la Comédie Française. La jeune actrice premier violon se nomme Lina El Arabi. Elle intègre son premier conservatoire à l’âge de 6 ans puis suit une formation théâtrale dès l’âge de 10 ans. Elle participe au casting de plusieurs films depuis 2014 et chante en 2017  avec Julie Zenatti et le rappeur Slimane.

Le blog Déclic Musique ne peut que vous conseiller de regarder cette série inédite tournée à la magnifique Philharmonie de Paris et vous en propose l’originale bande annonce en musique.

Le concert du nouvel an à Vienne

28 Déc

Conservons les bonnes habitudes, on va pouvoir commencer l’année en musique avec le concert de l’Orchestre Philharmonique de Vienne en Autriche !

Donné dans la sublime salle dorée du Musikverein, ce concert de musique classique est retransmi en direct dans le monde entier. Il fait la part belle aux compositeurs germaniques ou viennois à l’époque de l’Empire austro-hongrois tels que les Strauss Listz et l’éternel Mozart.

christian thielmann

Il y a en réalité trois concerts répartis en une répétition générale, le concert de la Saint-Sylvestre et celui du Nouvel An. Cette année, ils seront dirigés par le chef d’orchestre Christian Thielemann. La retransmission télévisée alterne images du concert avec des séquences filmées, souvent dans un lieu historique autrichien, des danseurs du ballet de l’Opéra de Vienne qui exécutent avec grâce leurs chorégraphies.

danseurs concert-du-nouvel-an vienne

En fonction des pays, la présentation peut être confiée à des commentateurs habitués à l’exercice ou à une star comme en Angleterre avec l’acteur Hugh Bonneville de la série Downton Abbey (nouvelle fenêtre) en 2018. Musicalement, cette année ne dérogera pas à la règle puisque l’on devrait retrouver les intemporels du Beau Danube Bleu, de La Marche de Radetzky en passant par La Flûte Enchantée.

En espérant que l’on vous ait convaincus d’assister à l’un de ces fabuleux concerts, sachez que l’attribution des places se fait par tirage au sort après vous être inscrit sur le site du wienerphilharmoniker (nouvelle fenêtre). Les inscriptions débutent généralement dès le 2 janvier jusqu’à fin février. Le prix du billet varie très fortement en fonction des concerts et de l’emplacement puisqu’il vous en coûtera de 20 EUR à 1090 euros pour y assister. Ou vous installer devant votre poste de télévision ce 1er janvier 2019 dès 11h.

Bon concert et au nom des contributeurs du blog Déclic Musique de La Médiathèque de Levallois, nous vous souhaitons une très bonne et heureuse année 2019 ! 

Hommage à Montserrat Caballé

8 Oct

Maria de Montserrat Viviana Concepcion Caballé I Folc est décédée samedi dernier à Barcelone à l’âge de 85 ans.

La célèbre soprano espagnole (nouvelle fenêtre) a débutée sa carrière en 1956 à l’Opéra de Bâle en Suisse dans La Bohême de Puccini. Elle intègre en 1962 l’Opéra de Barcelone qu’elle ne quittera jamais. Sa tessiture de voix et sa maîtrise parfaite du pianissimo lui permettent d’interpréter les plus grands rôles, de Mozart à Dvorak en passant par Bellini dont La Norma à la Scala de Milan en 1972 est considéré comme son triomphe absolu.

Cantatrice populaire, elle n’a jamais oublié ses origines modestes, ce qui explique son ouverture d’esprit aux autres musiques. Le duo qui reste dans les mémoires est celui qu’elle interprète avec Freddie Mercury, le chanteur du groupe Queen, lors des jeux olympiques de Barcelone en 1992. Après avoir donné des concerts dans le monde entier, elle interprète en 2012 son dernier rôle en fêtant ses 50 ans de carrière, celui de Catherine d’Aragon dans le Henry VIII de Camille Saint-Saëns.

Le blog Déclic Musique vous propose d’écouter les grands airs que nous avons évoqués pour rendre un dernier hommage à celle qui était surnommée à juste titre La Superba !

Jeunes talents au Festival Musique en Ré 2018

21 Sep

Vive l’été et les festivals à travers toute la France ! Le blog Déclic Musique a eu l’occasion de vous en présenter un certain nombre. Pour le festival Musique en Ré, il s’agissait de la 31ème édition, marquée par la rencontre avec de jeunes talents, actuels et en devenir.

Une nouvelle fois, ce festival a rassemblé une pléiade de musiciens remarquables avec un programme séduisant entre œuvres majeures et œuvres moins connues, musique classique et autres genres tels que jazz ou tango, concerts dans les églises des différents villages de l’île de Ré et concerts en plein air, payants ou gratuits, ce qui est le cas de tous ceux en extérieur.

La spectatrice et observatrice que j’ai été, amateur++ de musique et travaillant aussi dans la culture ne peut être qu’impressionnée par la réussite de ce festival en termes de démocratisation culturelle. Effectivement, quand un concert Mozart sur le port de La Flotte rassemble près de 1000 personnes ou quand un opéra en plein air, La Traviata de Verdi (nouvelle fenêtre), réunit sur la place du village de Saint Martin près de 3000 spectateurs – véritables connaisseurs ou simple curieux de passage happés par l’événement : Rétais, vacanciers français ou étrangers, parents avec de jeunes enfants, personnes seules ou en famille et entre amis – , on ne peut qu’adresser un immense bravo aux organisateurs !

Crédit JM Faucillon

Mais ce festival développe aussi un autre enjeu : placé pour cette édition 2018 sous la direction artistique de solistes et de chefs renommés, Sarah Nemtanu (nouvelle fenêtre), violon solo de l’Orchestre national de France, Alexandre Gattet (nouvelle fenêtre), hautbois solo de l’Orchestre de Paris et le chef d’orchestre Nicolas Simon (nouvelle fenêtre), il vise à guider de jeunes musiciens, étudiants issus des conservatoires nationaux supérieurs de musique, plus encore sur la voie du talent. Réunis en orchestre éphémère, ils sont dirigés par des chefs invités et accompagnés de solistes : master classes et concerts quotidiens au programme… Qu’il est éblouissant et émouvant de les voir partager ces moments d’harmonie et de succès auprès de leurs éminents mentors !

Crédit JM Faucillon

Et parmi ceux-ci, une très grande admiration je l’avoue pour Marc Hajjar, un jeune chef d’orchestre au parcours atypique, cofondateur de l’ensemble Nouvelles portées (nouvelle fenêtre).

Le voici à l’œuvre :

 

Et de nombreuses courtes captations à regarder sur le site officiel Musique en Ré (nouvelle fenêtre).

Mes chansons du lundi spécial : ma sélec… sons diMusic pour une rentrée 2018 sous de bons auspices

10 Sep

Parce qu’après l’été qu’on a eu, on ne peut que reprendre avec bonne humeur, je vous conseille, pour réussir totalement cette entreprise, de vous concentrer sur tout ce qui est bon, et de repousser loin de vous tout ce qui est mauvais. Alors voilà une petite sélection de bonnes choses, parmi les musiques classiques et du monde, parmi les musiques en ligne et Divercities, parmi les offres de La Médiathèque et des médiathèques, parmi la création artistique, notre société, notre monde, la planète, l’univers, la vie… Bon. On revient sur terre : bonne écoute et bonne rentrée! Pensez à vous connecter sur le site pour accéder aux albums (nouvelle fenêtre).

Chavela Vargas est une chanteuse d’origine costaricienne naturalisée mexicaine, née le 17 avril 1919 au Costa Rica et morte le 5 août 2012. « Quand je suis née, j’ai chanté au lieu de pleurer », disait-elle. Chanteuse de rue à 17 ans, elle devient une star à 30. Elle est l’amie de Diego et Frida Kahlo, d’Elizabeth Taylor et d’Ava Gardner.

Représentante de la chanson « ranchera », chanson populaire du Mexique en général pratiquée par des hommes, elle la rend célèbre mondialement. Elle a été la muse de Pedro Almodovar.

punjabi weddings

Chants pour les mariages au Penjab : Un petit tour dans la rue du Faubourg Saint-Denis… ou sur diMusic.

Edmony Krater : Le gwoka est pratiqué par toute la société guadeloupéenne. Il combine chant en créole, rythmes joués aux tambours ka et la danse. Edmony Krater, 61 ans, est le digne représentant de l’évolution du genre vers une expression contemporaine très convaincante.

walter gavitt ferguson

Walter Gavitt Ferguson : du calypso pur jus, gravé pour la première fois en 2018. Le musicien, 99 ans aujourd’hui, s’est enregistré sur des cassettes pendant des décennies, et le voilà enfin reconnu !

saor patrol

Saor Patrol : Ils se définissent eux-mêmes groupe de rock médiéval écossais : « Scotland’s leading medieval rock band ». Ils ont à cœur la promotion de la culture écossaise.

kriolinak

Troisième album du trio Kriolinak, qui nous chante des ballades basques

anda union

Anda Union : le titre de l’album signifie cheval de vent. Chanté par le groupe de renommée internationale venu de Hohhot, capitale de de la région autonome de Mongolie-Intérieure de la République populaire de Chine, avec ce qu’il faut de voix rocailleuses et de chant diphonique, toujours aussi surprenant.

luis perez

Dans le nombril de la lune : Luis Perez Ixoneztli est musicien compositeur, grand spécialiste et collectionneur d’instruments anciens de de l’Amérique pré-colombienne.

toure kunda

Toure Kunda : cet album du groupe phare de la musique africaine a été vendu à 200 000 exemplaires en 1984

libeer gatto

Julien Libeer, Lorenzo Gatto : après un diapason d’or en 2016, l’aventure beethovienne continue pour le duo belge.

bach pontecorvo

Sonate pour traverso et clavecin : originaire d’Avignon, Buffardin est né en 1689. Il apprend la « flûte allemande » (traversière, nouvellement inventée) à Paris, avant de partir à Constantinople comme musicien de Charles de Ferriol, ambassadeur de Louis XIV. Il y fait connaissance de Johann Jakob Bach, frère aîné de Johann Sebastian, et lui fait découvrir sa nouvelle flûte. Buffardin suit Johann Jakob à Dresde, où il rencontre le grand Johann Sebastian Bach, et lie avec lui une amitié qui donnera naissance à l’écriture par Bach de ces 2 sonates. Lesquelles sont ici jouées sur une copie de la flûte de Buffardin retrouvée en 2015.

caldara maddalena

Oratorio d’Antonio Caldara : Damien Guillon est un des plus grands noms de la musique baroque aujourd’hui, comme contre-ténor et chef d’orchestre du Banquet céleste.

chouchane siranossian

Concerto pour violon et octette de Mendelsson : Anima Eterna est l’orchestre fondé par Jos van Immerseel. Chouchanne Siranossian et Jakob Lehmann sont ceux qu’il appelle lui-même la « Next Generation Anima Eterna »

arcadelt

Madrigaux, chansons et motets de Jacques Arcadelt : du vivant de Claudio Monteverdi, c’est le Belge Arcadelt qui était mondialement célèbre.

couperin fortin

L’art du toucher de François Couperin par Olivier Fortin : un clavecin d’une grande expressivité par un fameux claveciniste!

stravinski urbanski

Le sacre du printemps d’Igor Stravinski dirigé par Krzysztof Urbanski : œuvre jouée pour l’inauguration de la Philharmonie de Hambourg en 2017.

amadeus quartet

Schubert, Haydn, Mozart par le Quatuor Amadeus : les indispensables Diapason reprennent des enregistrements historiques qui n’ont pas été réédités par les maisons de disques respectives.

beata vergine monteverdi

Les Vêpres de la Sainte Vierge de Monteverdi dirigées par Philippe Herreweghe : l’enregistrement de 1987 était flamboyant, celui de 2018 est extrèmement fin.

Et il y a encore bien d’autres albums et musiciens de tous les genres musicaux à découvrir sur diMusic , ainsi que des concerts enregistrés sur la ressource PAD « Philharmonie en ligne ».

dimusiclogo philharmonie à la demande

Concert pour tous à La Médiathèque

8 Juin

Samedi 26 mai dernier, le quintette Agora composé de Bogdan Sydorenko (clarinette), Diana Mykhalevych (violon), Aya Kono (violon), Leva Sruogyte (alto) et Polina Streltsova (violoncelle), s’est produit dans le salon de lecture de la Médiathèque Gustave-Eiffel.

Ces élèves du Conservatoire ont interprété les pièces suivantes:

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Quintette pour clarinette
et cordes en la majeur, KV 581
JOHANNES BRAHMS
Quintette pour clarinette et cordes
en si mineur, op. 115
ALEXANDRE G LAZOUNOV
Rêverie orientale pour clarinette
et quatuor à cordes, op. 14

Ce magnifique moment au cœur de La Médiathèque a été partagé par des lecteurs ravis d’écouter les mélodies qui donnaient à l’espace une allure de salle de concert pour notre plus grand plaisir. Les mélodies de cordes et de clarinette ont agréablement surpris plus d’un lecteur qui faisaient une longue halte pour savourer la musique. Le public, du plus jeune au moins jeune, a été envoûté par cet après-midi musical de grande qualité.

Des élèves du CNSMDP, jouent pour La Médiathèque tous les ans aux beaux jours depuis maintenant plusieurs années.

Retour à la page d'accueil

Si vous n’avez pas pu écouter les jeunes musiciens, voici un aperçu et rendez-vous l’année prochaine pour le concert 2019. Surveillez les plaquettes programmation (prochainement) de La Médiathèque de Levallois et notez cette rencontre Déclic Musique!

Retrouvez à l’espace Image et son de La Médiathèque :

La Clarinette / Barrie Carson Turner | Turner, Barrie Carson. Auteur

Mozart: Concerto pour clarinette et orchestre, K. 622 - Quintette pour clarinette et cordes, K.581 | Patrick Messina

%d blogueurs aiment cette page :