Archive | La chanson du lundi RSS feed for this section

La chanson du lundi : Jumpin’ Jack Flash / The Rolling Stones

21 Mai

Le 24 mai 1968 restera dans l’histoire du rock ! Les radios diffusent le nouveau single des Stones, une bombe baptisée Jumpin’ Jack Flash qui incarne à elle seule l’âme du groupe.

Après une période que l’on qualifiera de psychédélique, la carrière des Stones est compromise. Conscients qu’ils doivent se renouveler, ils entament un virage, revenant aux origines du blues et du rock sous l’impulsion de Mick Jagger et Keith Richards mais au détriment de Brian Jones. Bien que l’ensemble du groupe ait participé à la création de cette chanson, c’est le chanteur et le guitariste qui seront crédités du morceau.

La légende veut que le titre soit inspiré par le nom du jardinier de Keith Richards qui aurait fait trop de bruits et aurait réveillé Jagger . Celui-ci aurait alors demandé à son guitariste qui était cette personne. Richards aurait répondu « Jumpin’ Jack » et Jagger se serait exclamé « Flash ». Mais les paroles font surtout penser au cocktail de drogues appelé Speedball, à ses effets et à sa méthode d’injection.

Quoiqu’il en soit, l’album Beggars Banquet duquel est extrait la chanson sera un tournant capital pour les Stones et représente le disque du renouveau qui donnera son ADN définitif au groupe. Avec un riff devenu mythique et des paroles hallucinées telles que I was born in a cross-fire hurricane, cette chanson a été reprise par un grand nombre d’artistes et remixée à tous les styles. Mais rien ne vaut l’originale  que l’on va écouter maintenant.

Retrouvez The Rolling Stones à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Publicités

La chanson du lundi : Eurovision VS The Voice

14 Mai

Ce samedi soir était sous le signe de la musique. Il fallait choisir entre la finale du télé crochet The Voice et celle tant attendue de l’Eurovision.

Alors que les bookmakers plaçaient le duo français Madame Monsieur (nouvelle fenêtre) dans le top 5 de l’Eurovision, la chanson Mercy n’a pas fait mieux qu’une décevante treizième place. Pourtant elle possédait une musique envoutante ainsi qu’un message d’espoir fort avec cette histoire de petite fille née de parents migrants. Mais c’est un autre message, tout aussi politique, qui a fait gagner la chanteuse israélienne Netta Barzilai qui interprétait le titre Toy. C’est une chanson résolument féministe inspirée par le mouvement Me Too et dont le refrain peut se traduire par Je ne suis pas ton jouet, imbécile ! La chanteuse de 25 ans se place déjà en icône avec ses mensurations généreuses, son look assumé et sa gestuelle particulière. Une victoire qui place Netta en ambassadrice de son pays puisque la prochaine édition aura lieue en Israël mais qui risque de virer à la polémique en raison de l’actualité agitée de ce pays. Eurovision et politique sont devenu décidément indissociables.

C’est dans un tout autre contexte que la jeune protégée de la chanteuse Zazie (nouvelle fenêtre) a remporté la septième saison de The Voice. Du haut de ses 17 ans, Maëlle devient la première gagnante féminine de ce concours de chansons. Son interprétation en duo avec sa coach de la chanson Seras-tu là composée par Michel Berger a fait chavirer le cœur des téléspectateurs et donc le résultat des votes. Tout le monde attend maintenant la concrétisation de ce succès par la sortie d’un album et pourquoi pas une collaboration avec Zazie. Mais la jeune gagnante a déjà annoncé qu’elle avait un autre défi à relever, décrocher son Bac, à Tournus en Saône et Loire d’où elle est originaire. Pour boucler la boucle, peut-être sera-t-elle candidate aux sélections de l’Eurovision comme de précédents candidats de The Voice, ce qu’on lui souhaite avec plus de succès.

 

La chanson du lundi : Folsom Prison Blues / Johnny Cash

7 Mai

Il y a tout juste 50 ans, en mai 1968, sortait l’un des disques les plus importants et surtout l’un des plus improbables de la musique Country, At Folsom Prison de Johnny Cash.

S’il y a un musicien qui maîtrisait ce sujet, c’est bien Johnny Cash. Après de nombreux déboires avec la justice en raison de son alcoolisme et de sa dépendance aux drogues, le chanteur s’est retrouvé plusieurs fois condamné à des cures de désintoxication dans des conditions similaires à une incarcération. Touché par le sort des prisonniers, il compose la chanson Folsom Prison Blues.  De nombreux détenus vont lui écrire, ce qui amène Cash à proposer de venir faire des concerts dans les centres pénitentiaires et c’est le directeur de celle de Folsom en Californie qui acceptera en premier. C’est bien de garder le contact avec ses anciens pensionnaires.

Accompagné de son épouse June Carter et de musiciens, il enregistre en live ce concert en prévision de sa sortie en disque. Le succès est immédiat et inattendu car Johnny Cash était alors au creux de la vague en raison de ses addictions et malgré le peu de moyens fournis par sa maison de disque, il va écouler plus de 300 000 copies dans les trois premiers mois.

j cash folsom 5

Pour l’anecdote, suite à l’assassinat de Robert Kennedy, une deuxième impression va être faite avec des paroles modifiées puisque la chanson originale raconte l’histoire d’un homme qui en abat un autre par plaisir. Johnny Cash va donner plusieurs concerts dans des prisons dont un autre célèbre à celle de San Quentin.

Vous pouvez retrouver Johnny Cash à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

 

La chanson du lundi : Spéciale dédicace pour l’équipe informatique de La Médiathèque

30 Avr

La route vers Syracuse, notre nouveau logiciel professionnel, n’a pas été qu’un long voyage tranquille. Alors quand votre blog Déclic Musique est tombé sur cette perle de parodie, on s’est dit que tout le travail fourni méritait bien un billet, humoristique, pour leur redonner le sourire et leur dire un grand MERCI !

La chanson du lundi : Wake Me Up / Avicii

23 Avr

Le DJ suédois Avicii est mort subitement le 20 avril 2018 à seulement 28 ans (nouvelle fenêtre).

A croire qu’il a été maudit de choisir comme pseudonyme le mot qui désigne l’enfer chez les bouddhiste. Avicii est certainement le DJ qui a connu l’ascension la plus fulgurante. Le rythme effréné de ses sets, jusqu’à 300 en 2011 a fait de lui la plus grande star suédoise de la musique actuelle et il pouvait gagné jusqu’à 28 millions de dollars en une année. Reconnaissance ultime dans son pays, il avait organisé la soirée du mariage du couple princier en 2015. Il avait collaboré avec les plus grandes stars comme Madonna ou le français David Guetta. Auteur d’une cinquantaine de tubes, il avait décidé en 2016 de ne se consacrer désormais qu’à la production artistique. Tim Bergling de son vrai nom souffrait depuis des années d’une pancréatite, peut-être a-t-elle fini par vaincre celui qui avait donner tant de joie au peuple suédois et aux fêtards du monde entier.

 

La chanson du lundi : Hail to the king / Avenged Sevenfold

16 Avr

Avenged Sevenfold (A7X pour les intimes) est un groupe américain de heavy métal formé par cinq lycéens en 1999. Leur nom est une référence biblique à Abel et Caïn. Leur premier album sort en 2001 alors qu’ils n’ont pas encore 20 ans et leur septième baptisé The Stage et pour l’instant dernier album est sorti en 2016. On ne manquera pas de citer les chansons incontournables de ce groupe : The Beast and the Harlot (nouvelle fenêtre), A Litte Piece of Heaven (nouvelle fenêtre), ou encore Afterlife :

La chanson Hail to the king est le titre de leur sixième album studio paru en 2013, qui fait suite à l’album Nightmare sorti en 2011 et désigné comme meilleur disque de Métal de l’année. Le groupe revient à un métal plus traditionnel avec cet album. L’influence du Black Album de Metallica (nouvelle fenêtre)se ressent dans les sons de batterie, les riffs ou encore la structure des morceaux en couplet-refrain-couplet-refrain-solo-break-refrain. Le groupe a connu pas mal de tumultes internes depuis sa formation notamment en raison de tentative de suicide ou du décès du batteur The Rev, remplacé par le cultissime Mike Portnoy du groupe Dream Teather.

Avenged Sevenfold est cette année une des têtes d’affiche du Hellfest 2018 (nouvelle fenêtre), vous pourrez les retrouver aux côtés de Marilyn Manson ou encore Iron Maiden. Ainsi que leur cd Best of 2005-2013 à l’espace Image et Son de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

 

 

 

La chanson du lundi : Syracuse / Henri Salvador

2 Avr

Le nouveau logiciel professionnel de La Médiathèque de Levallois se nomme Syracuse. Un nom qui fait voyager et qui nous a tout de suite fait penser ici au blog Déclic Musique à la chanson d’Henri Salvador.

On ne pouvait pas rater l’occasion. Avoir un nouveau logiciel pour mieux vous servir et faciliter votre accès à la culture et qui porte le joli nom de cette ville située au sud-est de la Sicile bordée par la Mer Ionienne mérite bien un billet de blog, à défaut d’avion. Cette chanson composée par Bernard Dimey connait un grand succès grâce à Henri Salvador mais elle a été également interprétée par Yves Montand, Jean Sablon ou encore François Deguelt et plus récemment par le groupe Pink Martini.

Écoutons la douce voix d’Henri Salvador en attendant de vous retrouver à l’espace Image et Son pour profiter des nouvelles fonctionnalités de notre logiciel Syracuse (nouvelle fenêtre)

La chanson du lundi : Sa raison d’être / Pascal Obispo

26 Mar

Ce week-end a eu lieu la 20ème édition du Sidaction et la chanson choisie par Line Renaud , la marraine de cette collecte de fonds , fête aussi son vingtième anniversaire.

La chanson de Pascal Obispo est interprété par 40 artistes, on vous laisse découvrir lesquels et surtout un seul message :

FAITES UN DON AU 110 OU SUR https://don.sidaction.org/

La chanson du lundi : New Wave / Pleymo

19 Mar

Pleymo est back back back … Après dix années d’inactivité, le groupe de nu métal français revient sur le devant de la scène musicale avec un album best-of et une tournée.

 

©David Poulain

 

Formé en 1997, le groupe se compose actuellement de : Marc Maggiori (voix), Benoît Julliard (basse), Fred Ceraudo (batterie), Erik de Villoutreys (guitare, choeurs) David Portela (guitare et sample) et Franck Baileul (scratches, séquenceur). Pendant dix années, le groupe précurseur français du nu-métal , genre introduit à l’international par des groupes tels que Korn ou Linkin Park, s’est adonné à des morceaux rocks aux influences parfois métal, parfois électro et ont marqué les esprits avec quatre albums.

 

 

Le groupe est en tournée tout le mois de mars, il sera au Trianon ce vendredi 23 mars (complet) et à l’Olympia le samedi 31 mars. Vous pourrez également le retrouver cet été sur de nombreux festivals, notamment au Hellfest.

Pour en savoir plus sur le genre nu métal (ou néo-métal), vous pouvez emprunter le livre : Le néo-métal (nouvelle fenêtre), disponible à l’espace Image et Son de La Médiathèque de Levallois.

La chanson du lundi : The Shape of Water / Alexandre Desplat

5 Mar

Le compositeur français Alexandre Desplat vient de décrocher son deuxième Oscar pour la musique du film La forme de l’eau du réalisateur Guillermo Del Torro .

Après un premier sacre en 2015 pour le film The Grand Budapest Hotel du réalisateur Wes Anderson , Alexandre Desplat  ajoute une nouvelle récompense à sa déjà longue collection , dont dernièrement un Golden Globe pour La forme de l’eau. Primé à plusieurs reprises notamment pour Le discours d’un Roi, De battre mon cœur s’est arrêté ou De rouille et d’os, il rejoint le cercle des grands compositeurs de musique de film que sont Maurice Jarre et Michel Legrand. Le compositeur se dit éclectique dans ses choix musicaux puisqu’il aime aussi bien le Jazz que les musiques orientales ou la Bossa Nova.

Le blog Déclic Musique vous invite à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois pour retrouver les musiques et les films récompensés (nouvelle fenêtre).

%d blogueurs aiment cette page :