Archive | La chanson du lundi RSS feed for this section

Isidore et Clémentine chantent pour Denis Dugas

24 Sep

Après l’ami Corbier (nouvelle fenêtre), c’est un autre personnage de nos mercredis d’enfance qui vient de nous quitter.

De lui, on connait surtout ses marionnettes. Denis Dugas est le créateur d’une soixantaine de personnages. Sa vocation est née de sa rencontre avec le sculpteur César et le chimiste Louis Durot qui lui font découvrir le polyuréthane rigide, matière qu’il va utiliser pour créer ses personnages dont le petit Mexicain de la publicité pour les biscuits chocolatés Pépito ou le raton laveur des moulages Mako.

Pour les Visiteurs du mercredi, il va créer les extraterrestres Brok et Chnok (nouvelle fenêtre). Il animera Gribouille dans L’île aux enfants en lui faisant faire des dessins et fera d’un couple de lapins les meilleurs amis des enfants dans l’émission Croq’ vacances animée par Claude Piérard.

Le blog Déclic Musique vous propose de retourner en enfance avec Isidore et Clémentine et leur titre La ronde des lapins afin de rendre hommage à Denis Dugas, décédé la semaine dernière à l’âge de 77 ans.

Publicités

La chanson du lundi : Ya Rayah / Rachid Taha

17 Sep

Le chanteur Rachid Taha est décédé dans la nuit du 11 au 12 septembre 2018 d’une crise cardiaque à l’âge de 59 ans alors qu’il était atteint d’une maladie grave. 

Il était le chantre du métissage musical. En raison de ses origines et de son parcours de vie, il ne pouvait guère en être autrement. Né en 1958 près d’Oran en Algérie, il arrive à l’âge de 10 ans en Alsace.

En 1981, il crée à Lyon avec quatre amis le groupe Carte de Séjour dont le titre le plus célèbre sera la reprise de la chanson Douce France de Charles Trenet. Il faut bien sur avoir une lecture ironique de cette interprétation dont le but était de dénoncer les conditions de vie des immigrés dans notre pays. Le chanteur avoua plus tard littéralement vomir cette chanson et son compositeur.

Mais le titre phare de sa carrière est également une reprise. Ya Rayah est la chanson emblématique du genre musical Chaâbi, dont le maître incontesté est le compositeur Dahmane El-Harrachi. Rachid Taha en fait l’hymne de la Génération Black Blanc Beur en 1998, lors de la sortie de l’album 1,2,3 soleils enregistré en concert avec les deux autres princes du Raï que sont Khaled et Faudel.

Le blog Déclic Musique vous propose d’écouter les deux versions.

En 2016, Rachid Taha (nouvelle fenêtre) avait reçu une Victoire de la Musique d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, qu’il conjuguait également avec quelques rôles au cinéma. Symbole de la lutte contre le racisme, l’artiste qui métissait sa musique de sons traditionnels avec des guitares ou de l’électro, n’assistera pas à la sortie prochaine de son nouvel album. Il reposera dans un cimetière à Alger, sa terre natale, autre cher pays de son enfance.

Mes chansons du lundi spécial : ma sélec… sons diMusic pour une rentrée 2018 sous de bons auspices

10 Sep

Parce qu’après l’été qu’on a eu, on ne peut que reprendre avec bonne humeur, je vous conseille, pour réussir totalement cette entreprise, de vous concentrer sur tout ce qui est bon, et de repousser loin de vous tout ce qui est mauvais. Alors voilà une petite sélection de bonnes choses, parmi les musiques classiques et du monde, parmi les musiques en ligne et Divercities, parmi les offres de La Médiathèque et des médiathèques, parmi la création artistique, notre société, notre monde, la planète, l’univers, la vie… Bon. On revient sur terre : bonne écoute et bonne rentrée! Pensez à vous connecter sur le site pour accéder aux albums (nouvelle fenêtre).

Chavela Vargas est une chanteuse d’origine costaricienne naturalisée mexicaine, née le 17 avril 1919 au Costa Rica et morte le 5 août 2012. « Quand je suis née, j’ai chanté au lieu de pleurer », disait-elle. Chanteuse de rue à 17 ans, elle devient une star à 30. Elle est l’amie de Diego et Frida Kahlo, d’Elizabeth Taylor et d’Ava Gardner.

Représentante de la chanson « ranchera », chanson populaire du Mexique en général pratiquée par des hommes, elle la rend célèbre mondialement. Elle a été la muse de Pedro Almodovar.

punjabi weddings

Chants pour les mariages au Penjab : Un petit tour dans la rue du Faubourg Saint-Denis… ou sur diMusic.

Edmony Krater : Le gwoka est pratiqué par toute la société guadeloupéenne. Il combine chant en créole, rythmes joués aux tambours ka et la danse. Edmony Krater, 61 ans, est le digne représentant de l’évolution du genre vers une expression contemporaine très convaincante.

walter gavitt ferguson

Walter Gavitt Ferguson : du calypso pur jus, gravé pour la première fois en 2018. Le musicien, 99 ans aujourd’hui, s’est enregistré sur des cassettes pendant des décennies, et le voilà enfin reconnu !

saor patrol

Saor Patrol : Ils se définissent eux-mêmes groupe de rock médiéval écossais : « Scotland’s leading medieval rock band ». Ils ont à cœur la promotion de la culture écossaise.

kriolinak

Troisième album du trio Kriolinak, qui nous chante des ballades basques

anda union

Anda Union : le titre de l’album signifie cheval de vent. Chanté par le groupe de renommée internationale venu de Hohhot, capitale de de la région autonome de Mongolie-Intérieure de la République populaire de Chine, avec ce qu’il faut de voix rocailleuses et de chant diphonique, toujours aussi surprenant.

luis perez

Dans le nombril de la lune : Luis Perez Ixoneztli est musicien compositeur, grand spécialiste et collectionneur d’instruments anciens de de l’Amérique pré-colombienne.

toure kunda

Toure Kunda : cet album du groupe phare de la musique africaine a été vendu à 200 000 exemplaires en 1984

libeer gatto

Julien Libeer, Lorenzo Gatto : après un diapason d’or en 2016, l’aventure beethovienne continue pour le duo belge.

bach pontecorvo

Sonate pour traverso et clavecin : originaire d’Avignon, Buffardin est né en 1689. Il apprend la « flûte allemande » (traversière, nouvellement inventée) à Paris, avant de partir à Constantinople comme musicien de Charles de Ferriol, ambassadeur de Louis XIV. Il y fait connaissance de Johann Jakob Bach, frère aîné de Johann Sebastian, et lui fait découvrir sa nouvelle flûte. Buffardin suit Johann Jakob à Dresde, où il rencontre le grand Johann Sebastian Bach, et lie avec lui une amitié qui donnera naissance à l’écriture par Bach de ces 2 sonates. Lesquelles sont ici jouées sur une copie de la flûte de Buffardin retrouvée en 2015.

caldara maddalena

Oratorio d’Antonio Caldara : Damien Guillon est un des plus grands noms de la musique baroque aujourd’hui, comme contre-ténor et chef d’orchestre du Banquet céleste.

chouchane siranossian

Concerto pour violon et octette de Mendelsson : Anima Eterna est l’orchestre fondé par Jos van Immerseel. Chouchanne Siranossian et Jakob Lehmann sont ceux qu’il appelle lui-même la « Next Generation Anima Eterna »

arcadelt

Madrigaux, chansons et motets de Jacques Arcadelt : du vivant de Claudio Monteverdi, c’est le Belge Arcadelt qui était mondialement célèbre.

couperin fortin

L’art du toucher de François Couperin par Olivier Fortin : un clavecin d’une grande expressivité par un fameux claveciniste!

stravinski urbanski

Le sacre du printemps d’Igor Stravinski dirigé par Krzysztof Urbanski : œuvre jouée pour l’inauguration de la Philharmonie de Hambourg en 2017.

amadeus quartet

Schubert, Haydn, Mozart par le Quatuor Amadeus : les indispensables Diapason reprennent des enregistrements historiques qui n’ont pas été réédités par les maisons de disques respectives.

beata vergine monteverdi

Les Vêpres de la Sainte Vierge de Monteverdi dirigées par Philippe Herreweghe : l’enregistrement de 1987 était flamboyant, celui de 2018 est extrèmement fin.

Et il y a encore bien d’autres albums et musiciens de tous les genres musicaux à découvrir sur diMusic , ainsi que des concerts enregistrés sur la ressource PAD « Philharmonie en ligne ».

dimusiclogo philharmonie à la demande

Les chansons du lundi spécial été 2018

9 Juil

Le blog Déclic Musique va partir en vacances mais avant on vous propose une petite sélection tirée des nouveaux albums achetés par vos bibliothécaires préférés !

Commençons avec les français et une reformation que l’on attendait plus, celle des frères Lomprez avec leur groupe culte Trisomie 21. Les lillois précurseurs de la cold wave à la française reviennent avec un magnifique album qui ne déroutera pas les fans de la première heure. Baptisé Elegance Never Dies, ce bijou ne fera pas sauter sur la piste de danse mais pourra tout à fait convenir à une introspection pour évacuer le stress pendant vos vacances.

Un autre groupe français mais de rock cette fois-ci avec No One Is Innocent pour se défouler si vous êtes allergiques à la techno où que vous écumez les routes des festivals de l’été. La bande à Kemar a toujours autant d’énergie à revendre et de combats à mener d’où le titre Frankenstein. A écouter pour ne pas totalement perdre le cours de la réalité entre deux parties de beach volley ou de capoiera sur la plage.

Beaucoup plus calme, Julien Doré revient avec une réorchestration acoustique de ses titres phares. Beau et sensuel avec une mention spéciale pour la reprise du titre Africa de Rose Laurens interprétée avec Monsieur Dick Rivers (nouvelle fenêtre).

Le groupe de l’année alias Feu Chatterton ! qui nous replonge dans les grandes heures de la variété française remise au goût du jour.

Un autre grand nom de la chanson française, Alain Chamfort de retour avec Le désordre des choses. Un album ciselé tout en finesse et émotions.

Passons de l’autre côté de la Manche avec le retour des Simple Minds. Le groupe mené par Jim Kerr nous livre comme à son habitude un album empli d’humanité. Idéal pour l’avion qui vous emmènera à l’autre bout du monde.

Continuons avec l’électro pop des MGMT. Une musique à écouter en conduisant une décapotable sur le chemin du Macumba local. Si avec ça vous pécho pas la fille, ou le garçon, de vos rêves…

Enfin, une fois installé dans le saint des saints, la discothèque du camping, vous saurez vite si votre DJ est à la page, chébran ou totally looser s’il ne passe pas les titres des compilations French Touch vol. 01 et 02 dont fait parti notre chouchou Yuksek (nouvelle fenêtre).

Le blog Déclic Musique et l’équipe de l’espace Image et Son de La Médiathèque de Levallois vous souhaite un bel et musical été. Et comme on est très sympa, pendant la fermeture du site Albert Camus, on vous a envoyé une sélection de disques disponible à Gustave Eiffel.

 

Jean-Jacques Goldman en concert à La Médiathèque de Levallois !

11 Juin

Bon, j’avoue ! Le titre est un peu racoleur mais le samedi 16 juin 2018 à 16 heures, on vous invite à la projection du DVD de sa dernière tournée intitulée En passant datant de 1998.

Pour fêter les 20 ans de la dernière tournée d’une des personnalités préférées des Français, Déclic Musique a souhaité vous offrir un beau cadeau avec la projection  dans notre auditorium de la captation d’un des derniers concerts de Jean-Jacques Goldman. L’artiste a récemment confirmé qu’il ne se produirait plus sur scène, faisant de ce DVD bien plus qu’un film mais un véritable témoignage musical sur l’un des plus grands chanteurs français. Le compositeur y interprète ses plus grands succès, entre des titres devenus des classiques de la chanson française et d’autres plus intimes mais qui ont bouleversé plusieurs générations. Car c’est bien la force des chansons de Goldman, trouver un écho et faire vibrer chaque auditeur sur des thèmes universel aussi variés que la musique, les mères célibataires ou la déportation.

goldman en passant 98

C’est bien plus qu’un moment unique que nous vous proposons de passer en notre compagnie, c’est un véritable retour dans le temps puisque l’on ne vivra plus  cette intense émotion qu’était un concert de Jean-Jacques Goldman (nouvelle fenêtre).

L’auditorium de La Médiathèque Gustave Eiffel, 111 rue Jean Jaurès                      92300 LEVALLOIS Tél. 0147157643

Lomepal : le rap, le skate, et les filles

4 Juin

Antoine Valentinelli, alias Lomepal (vous l’aurez compris : « l’homme pâle »). Un surnom qui lui vient de son enfance, du temps où son entourage lui demandait régulièrement s’il se portait bien car son teint maladif pouvait le laisser croire. Si vous ne le connaissez pas encore, ce billet sera pour vous l’occasion de vous rattraper.

Un peu de rap, un peu de variété, on secoue le tout et cela donne un artiste à part. Pas de rap à l’ancienne, non, mais un rap sensuel avec des sonorités techno, un talent certain pour la mélodie, et des paroles percutantes parfois crues. Un peu tête à claque, mais un petit défaut qu’on lui pardonne volontiers vu son immense talent.
Ses thèmes de prédilection sont les filles avec le titre Malaise ; le skate, sa première passion, avec le morceau Bryan Herman et l’attirance pour la célébrité avec le titre Palpal, entre autres.
Artiste déjanté, multifacette, Lomepal n’a pas fini de nous surprendre.

Son album Flip cartonne et est déjà certifié disque de platine et déjà disponible sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Live It Up / Nicky Jam feat. Will Smith et Era Istrefi

28 Mai

C’est la chanson la plus attendue de l’année, l’hymne officiel de la Coupe du Monde de football qui a lieu du 14 juin au 15 juillet 2018 en Russie !

Cette chanson surprise signe le grand retour au micro du comédien Will Smith. Il a été invité par le compositeur américain d’origine portoricaine Nicky Jam. Dans le plus pur style de ses compositions, il a choisi une musique dansante aux rythmes latino et reggae accompagnés de cuivres mucho caliente. Les deux compères seront accompagnés par la voix de la chanteuse albanaise Era Istrefi qui confirme sa percée internationale avec cette sélection, si vous me permettez ces expressions footballistiques. Will Smith avait vendu la mèche dès la semaine dernière en publiant une photo avec Nicky Jam tenant le ballon officiel de la compétition. Comme d’habitude, le refrain est truffé de ohohoh que les supporters pourront entonner à chaque match.

Trêve de commentaires, mon petit Jean-mimi, écoutons ce nouvel hymne à la gloire du ballon rond et que nos petits gars en bleu vivent la même réussite que leurs aînés de 1998 !

La chanson du lundi : Jumpin’ Jack Flash / The Rolling Stones

21 Mai

Le 24 mai 1968 restera dans l’histoire du rock ! Les radios diffusent le nouveau single des Stones, une bombe baptisée Jumpin’ Jack Flash qui incarne à elle seule l’âme du groupe.

Après une période que l’on qualifiera de psychédélique, la carrière des Stones est compromise. Conscients qu’ils doivent se renouveler, ils entament un virage, revenant aux origines du blues et du rock sous l’impulsion de Mick Jagger et Keith Richards mais au détriment de Brian Jones. Bien que l’ensemble du groupe ait participé à la création de cette chanson, c’est le chanteur et le guitariste qui seront crédités du morceau.

La légende veut que le titre soit inspiré par le nom du jardinier de Keith Richards qui aurait fait trop de bruits et aurait réveillé Jagger . Celui-ci aurait alors demandé à son guitariste qui était cette personne. Richards aurait répondu « Jumpin’ Jack » et Jagger se serait exclamé « Flash ». Mais les paroles font surtout penser au cocktail de drogues appelé Speedball, à ses effets et à sa méthode d’injection.

Quoiqu’il en soit, l’album Beggars Banquet duquel est extrait la chanson sera un tournant capital pour les Stones et représente le disque du renouveau qui donnera son ADN définitif au groupe. Avec un riff devenu mythique et des paroles hallucinées telles que I was born in a cross-fire hurricane, cette chanson a été reprise par un grand nombre d’artistes et remixée à tous les styles. Mais rien ne vaut l’originale  que l’on va écouter maintenant.

Retrouvez The Rolling Stones à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Eurovision VS The Voice

14 Mai

Ce samedi soir était sous le signe de la musique. Il fallait choisir entre la finale du télé crochet The Voice et celle tant attendue de l’Eurovision.

Alors que les bookmakers plaçaient le duo français Madame Monsieur (nouvelle fenêtre) dans le top 5 de l’Eurovision, la chanson Mercy n’a pas fait mieux qu’une décevante treizième place. Pourtant elle possédait une musique envoutante ainsi qu’un message d’espoir fort avec cette histoire de petite fille née de parents migrants. Mais c’est un autre message, tout aussi politique, qui a fait gagner la chanteuse israélienne Netta Barzilai qui interprétait le titre Toy. C’est une chanson résolument féministe inspirée par le mouvement Me Too et dont le refrain peut se traduire par Je ne suis pas ton jouet, imbécile ! La chanteuse de 25 ans se place déjà en icône avec ses mensurations généreuses, son look assumé et sa gestuelle particulière. Une victoire qui place Netta en ambassadrice de son pays puisque la prochaine édition aura lieue en Israël mais qui risque de virer à la polémique en raison de l’actualité agitée de ce pays. Eurovision et politique sont devenu décidément indissociables.

C’est dans un tout autre contexte que la jeune protégée de la chanteuse Zazie (nouvelle fenêtre) a remporté la septième saison de The Voice. Du haut de ses 17 ans, Maëlle devient la première gagnante féminine de ce concours de chansons. Son interprétation en duo avec sa coach de la chanson Seras-tu là composée par Michel Berger a fait chavirer le cœur des téléspectateurs et donc le résultat des votes. Tout le monde attend maintenant la concrétisation de ce succès par la sortie d’un album et pourquoi pas une collaboration avec Zazie. Mais la jeune gagnante a déjà annoncé qu’elle avait un autre défi à relever, décrocher son Bac, à Tournus en Saône et Loire d’où elle est originaire. Pour boucler la boucle, peut-être sera-t-elle candidate aux sélections de l’Eurovision comme de précédents candidats de The Voice, ce qu’on lui souhaite avec plus de succès.

 

La chanson du lundi : Folsom Prison Blues / Johnny Cash

7 Mai

Il y a tout juste 50 ans, en mai 1968, sortait l’un des disques les plus importants et surtout l’un des plus improbables de la musique Country, At Folsom Prison de Johnny Cash.

S’il y a un musicien qui maîtrisait ce sujet, c’est bien Johnny Cash. Après de nombreux déboires avec la justice en raison de son alcoolisme et de sa dépendance aux drogues, le chanteur s’est retrouvé plusieurs fois condamné à des cures de désintoxication dans des conditions similaires à une incarcération. Touché par le sort des prisonniers, il compose la chanson Folsom Prison Blues.  De nombreux détenus vont lui écrire, ce qui amène Cash à proposer de venir faire des concerts dans les centres pénitentiaires et c’est le directeur de celle de Folsom en Californie qui acceptera en premier. C’est bien de garder le contact avec ses anciens pensionnaires.

Accompagné de son épouse June Carter et de musiciens, il enregistre en live ce concert en prévision de sa sortie en disque. Le succès est immédiat et inattendu car Johnny Cash était alors au creux de la vague en raison de ses addictions et malgré le peu de moyens fournis par sa maison de disque, il va écouler plus de 300 000 copies dans les trois premiers mois.

j cash folsom 5

Pour l’anecdote, suite à l’assassinat de Robert Kennedy, une deuxième impression va être faite avec des paroles modifiées puisque la chanson originale raconte l’histoire d’un homme qui en abat un autre par plaisir. Johnny Cash va donner plusieurs concerts dans des prisons dont un autre célèbre à celle de San Quentin.

Vous pouvez retrouver Johnny Cash à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

 

%d blogueurs aiment cette page :