Archive by Author

Ma sélec…sons de novembre

16 Nov

Ma Sélec… sons de novembre 2018 vous réserve de belles surprises avec des albums tout en intensité, en émotions et en légèreté aussi. Vous pourrez les écouter en streaming sur diMusic en vous connectant depuis le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre)!

Nili Hadida (nouvelle fenêtre)

Après un premier single Covered In Luck, la chanteuse du groupe Lilly Wood And The Prick, de son vrai nom LiliNili Hadida, après 10 ans et trois albums studios publie aujourd’hui A Lot Too Much, un second extrait de son album solo éponyme (paru le 12 octobre dernier) dont la vidéo a été réalisée par Benjamin Cotto, son ex-partenaire. Un album intense en émotions.

Lightshadow

Après sa trilogie folk-pop pop ovationnée par la critique, The Siren & The Sage, Blue Sky Blue et Memory Lane, son nouvel album Lightshadow est produit par le compositeur primé Nicholas Sillitoe, en collaboration avec Alf Vaksdal et mixé par Tim Bran (London Grammar, Birdy, The Verve). Lightshadow mélange chansons légères et mélancoliques, sombres et lumineuses, un piano post-classique, des guitares folk, et une voix qui plane autour de cet album étonnant.

Le grand bain B.O.F

Gilles Lellouche a fait appel au chanteur, compositeur et auteur américain Jon Brion (auteur de B.O du cinéma indé US entre autres sur le récent Lady Bird) pour sa première réalisation en solo, après avoir fait appel à Sebastien Tellier sur Narco (2004) qu’il avait co-réalisé avec Tristan Aurouet. Sa partition participe à raconter la mélancolie des personnages. On y entend aussi Vangelis (Chariots Of Fire) lors d’une scène de nage synchronisée.

Le bureau des légendes – Saison 4 bande originale

Le chanteur, auteur-compositeur, producteur et compositeur de films et de télévision Robin Coudert est mieux connu des fans de pop indie et de bandes son françaises par son simple pseudo Rob. La tension est palpable dans cette bande originale captivante.

Sonder (nouvelle fenêtre)

Ben Laver est un compositeur britannique, producteur, pianiste et artiste solo classique contemporain spécialisé dans l’écriture de musique pour la télévision, les films. Sonder est une prise de conscience que chacun a une histoire complexe et vivante, ce qui a encouragé Ben Laver à explorer davantage et à préciser la nature complexe et unique de l’humanité dans ses compositions.

Plucked’N Dance

Plucked’N Dance signe les retrouvailles discographiques de Violaine Cochard et Edouard Ferlet. La claveciniste baroque et le pianiste de jazz s’éloignent de Bach pour plonger leur inspiration sur le thème de la danse. Une invitation à voyage musical contrasté où le rythme occupe une place essentielle.

La nuit philharmonique (nouvelle fenêtre)

Un album orchestré par Matthieu Ballet beaucoup plus enveloppé que le précédent. Il a déjà collaboré avec Miossec, Alexis HK, Ignatus, et d’autres. Delphine Coutant , elle, nous emmène dans son univers onirique, poétique et enchanteur.

Fossile (nouvelle fenêtre)

C’est tout l’univers du cirque que l’on ressent au travers de l’album de Jur du prénom de la chanteuse catalane. Des chansons folk empreintes de musique catalane. Un album chaleureux qui nous fait voyager.

We Love Ella

Nommés aux Victoires du Jazz 2018 dans la catégorie Groupe de l’année, ils reviennent cette fois-ci avec We Love Ella, un projet centré sur la personnalité légendaire d’Ella Fitzgerald, dans lequel ils réinventent à leur manière les plus grands succès de la chanteuse.

In the Corners of Clouds

In the Corners of Clouds est le deuxième album du trio Satori, dirigé par la saxophoniste ténor et compositeur Josephine Davies. Il succède à la célèbre publication 2017 Satori, également éditée par Whirlwind Recordings. Une musique aux influences de John Coltrane mais aussi des trios de saxophones classiques de Sonny Rollins et de Joe Henderson.

Germini

Après s’être imprégné  de la musique moderne auprès d’artistes tels que JusticeDaft Punk, ou encore Superpoze, Maximilien nous entraîne dans un univers électro dont les piliers sont le jazz, la pop et la soul, la clé de voûte est la musique classique, et c’est la richesse harmonique qui domine, façonnant ainsi un langage puissant et monumental.

Don’t Replace Me by a Machine

C’est la toute première collaboration des frères Égyptiens Mohamed (oud) et Abdallah Abozekry (saz) qui forme le Trio Abozekrys : à travers ce nouveau projet, les deux musiciens jonglent entre plusieurs styles musicaux, tout en travaillant sur une technique de jeu unique en son genre. Ce duo est accompagné du batteur Nicolas Thé, ami et partenaire de jeu des frères Abozekrys. Leur premier album est sorti cet automne, Don’t replace me by a machine, qu’ils ont présentés  en exclusivité au Studio de l’Ermitage

Publicités

La chanson du lundi: La grenade / Clara Luciani

15 Oct

Originaire de Marseille, Clara Luciani monte à Paris à l’âge de 19 ans. Elle se fait très vite remarquer après avoir chanté en l’occurrence pour La Femme et avec son premier EP Monstre d’amour. Elle signe son retour avec un premier album Sainte-Victoire, du nom de la somptueuse montagne qui surplombe Aix-en-Provence.

Une chanson composée de basses et de synthé seventies dans laquelle l’artiste utilise sa voix délicate et  son énergie pour s’adresser à ceux qui cultivent une image rétrograde de la femme.

« En écrivant cette chanson, je voulais exprimer que derrière le fantasme rassurant de la femme-madone, que derrière la rondeur, la douceur du sein qui est le symbole suprême de la féminité et de la fécondité, pouvaient se cacher une rage de vivre, une force et une violence égales ou supérieures à celles des hommes. Il faudrait penser à abolir cette vision de la femme que beaucoup ont encore aujourd’hui : non, nous ne se sommes pas de pauvres petites poupées vulnérables et muettes. »

Avant de diffuser ce clip, réalisé par Christian Beuchet (nouvelle fenêtre), la chanteuse avait invité ses followers à réciter le refrain « Sous mon sein la grenade » sur Instagram. Une accroche originale et très réussie :

 

Sa voix grave et captivante n’est pas sans rappeler celle de Fishbach (nouvelle fenêtre).

Déclic Musique vous met ici le lien pour toutes ses dates de concerts à venir (nouvelle fenêtre) 😉

Mes sélec’sons de l’Eté 2018

29 Juin

La sélec’sons de l’Eté est enfin arrivée! Vous aurez tout le loisir de découvrir des titres variés et que vous pourrez écouter en streaming sur diMusic en vous connectant depuis le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre)!

 

Self Fulfilling Prophecy / La Fraîcheur

Une musique électro engagée dans cet album que La Fraîcheur a produit elle-même

En attendant la suite du passé / Ernest

Evadé des contes d’Andersen et inspiré par les textes de Gainsbourg, Ernest nous charme à travers son univers imaginaire et poétique. Un album au rythme d’un rock nostalgique

When the Sun Dips 90 Degrees / Yazmin Lacey

Un album au style influencé par le jazz à la fois décontracté et superbement contrôlé

Gueule d’ange B.O film / AaRON et Smoking Smoking

Olivier Coursier (AaRON) et Audrey Ismael (Smoking Smoking) signent la musique et chansons du premier film de Vanessa Filho, avec une partition au piano et au violoncelle

Nuances / Jeremy Hababou

Jeremy Hababou explore dans ce deuxième album le registre des émotions. Une musique sensible, poétique et raffinée

L’amoroso e crudo stile / Marenzio

L’amoroso & crudo stile réunit certains des plus beaux madrigaux de Marenzio permettant ainsi d’illustrer les facettes les plus intimes de cette musique

Marie et les amis du petit train / Raoul Duflot-Verez

Un voyage musical à bord d’un train magique avec Marie et tous ses amis

Ghost Gamelon / Susheela Raman

L’alchimie entre la pop changeante de Susheela Raman et la richesse des battements rythmiques du gamelan, cet ensemble d’instruments typique des musiques de Bali et de Java

Ma sélec… sons de janvier 2018 sur 1D Touch

12 Jan 1D touch

Pour cette rentrée 2018, nous avons concocté une petite sélection de sons aux oignons (tous genres confondus) à découvrir sur notre offre de musique en ligne (nouvelle fenêtre). Des nouveautés comme Aïrés, Garçons, Safia Nolin et bien d’autres encore.

PS : pensez bien à vous connecter sur La Médiathèque en Ligne pour accéder aux contenus numériques (nouvelle fenêtre).

54 minutes de la meilleure variété rock’n’roll classique avec beaucoup de mélodies accrocheuses et coriaces, un goût décent, des sensations fortes et du groove. C’est l’un des meilleurs albums de la carrière de Dan Baird.

Suave et mélodique, le style de Studio Montaigne est un concentré de pop et d’électro portée par une voix de tête douce et sexy. 3ème Ep, « Love & Hunger » chante l’hymne d’une nouvelle jeunesse prête à tout pour changer le monde. Une musique fraîche et sensuelle parfaitement incarnée par ce nouveau titre qui nous tient la main dès les premières secondes et qui ne nous lâche plus.                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 

 

 

Célébrant la 30e année du Concert Spirituel, le chef d’orchestre Hervé Niquet dirige l’ensemble d’instruments d’époque et le chœur de la version 1754 du Foundling Hospital Concert du Messie de George Frederick Handel, une reconstitution vivante qui met en vedette cinq solistes vocaux. Cet ensemble de luxe présente l’oratorio sur deux CD, publié dans un livre relié qui explique non seulement le contexte du Messie mais aussi l’interprétation quasi-opératique de Niquet, qui souligne le drame spirituel de l’œuvre et l’enlève de la tradition trop révérencieuse qui a prévalu depuis le 19ème siècle jusque dans les années 1980.

C’est certainement une piste de disco nu, avec ses sections répétées et répétitives qui montent lentement vers le chœur et redescendent, des graves graves et des filtres qui s’évanouissent. Pour un premier album qui se révèle assez addictif, la chanteuse Yota présente une partie de ses prouesses musicales et de son expérience avec des chants savamment arrangés et une mélodie délicate.

Laurent Dury compose de la musique pour les médias depuis 1996 avec plus de 300 pièces publiées à travers le monde par Universal, Warner-Cpm, Sonoton… Son travail très acoustique a été largement diffusé sur les grands réseaux mondiaux de télévision et de radio (BBC, ITV, France).

                                                              

 

Le trio jazz subjugue avec un programme lumineux et élégant, inspiré par des thèmes classiques et baroques. Avec une alchimie parfaite, les trois virtuoses nous plongent dans un conte jazz extraordinaire où se croisent les compositions originales de chacun et les improvisations aux cheminements fantastiques et lyriques. Parmi les 12 thèmes de ce songe élégant, plane l’esprit des oeuvres de Bach, Ravel, Fauré, Tchaïkovski, Khatchatourian ou John Taylor.

GARÇONS, ce sont trois femmes qui jouent aux garçons, trois femmes qui chantent des chansons d’hommes, trois femmes qui se glissent dans le répertoire des années Canetti (de 1950 à 1970) comme on se glisse dans un pantalon : Serge Gainsbourg, Jean Yanne, Boby Lapointe, Aragon, Francis Lemarque…                                                                                                                                                                                  

 

 

 

 

Le disque s’appelle « Hegaldaka », ce qui signifie en euskara « À tire d’aile ». Un album folk-acoustique qui se compose de 11 chansons cocons dans lesquelles on a envie de se pelotonner.

C’est un peu un mélange entre une visite dans le cocon (ou l’igloo) d’une jeune femme solitaire et une visite chez le psy qu’elle nous offre avec son album. Les chansons sont pour la plupart assez minimalistes et laissent place à l’expérimentation, au brouillon même. Sa voix, sa plume, ses racines et ses goûts sont ancrés dans le folk.

Ma sélec… sons électro de la rentrée 2017 sur 1D Touch

13 Oct

Parmi les nouveautés de la rentrée 2017 un petite sélection de sons électro à écouter d’urgence avec de jolies découvertes comme Anna Kova, Drab Majesty ou encore Nu:Logic… Et bien d’autres artistes à découvrir sur notre offre en ligne!(nouvelle fenêtre)

 

 

              

             

              

 

J’y étais : Jeanne Added à l’Elysée Montmartre

21 Déc

Après une Cigale et un Olympia complets puis une nomination aux Victoires de la Musique, Jeanne Added a clôturé en beauté son incroyable tournée BE SENSATIONAL par 3 dates consécutives les 7, 8 et 9 décembre 2016 à l’Elysée Montmartre (salle réouverte en septembre dernier après deux ans de travaux). Et le dernier soir j’y étais…

Une découverte à la fois de l’artiste en concert dont je ne connaissais que quelques titres et de la salle de l’Elysée Montmartre. Accompagnée de trois amies, on arrive devant la salle avec 1h30 d’avance (étant donné qu’il n’y a pas de places assises, autant vous dire que nous n’étions pas les seules à faire déjà la queue avant le début du concert) espérant être aux premières loges. Enfin l’ouverture des portes. Vu les attentats dont Paris a été victime et celui du Bataclan en particulier, le renforcement des mesures de sécurité s’en est ressenti et c’est tant mieux.

20h enfin nous voilà dans la fameuse salle (à noter que l’Elysée Montmartre est classé aux Monuments historiques depuis 1989 en tant que salle de spectacles) et notre attente a finalement été récompensée puisque nous sommes au pied de la scène. Et c’est peu de le dire. C’est le groupe Fiodor Novski & The Shiners qui assure la première partie du concert. Et pour l’occasion la chanteuse Katel les accompagnait à la guitare. Leur musique est un savant mélange entre pop et punk. Pour vous donner un petit aperçu :

20h45 arrive le moment tant attendu. Jeanne Added fait son apparition sur la scène et le public est déjà électrisé. C’est le dernier soir et les fans de la première heure étaient déjà au rdv les deux premiers soirs. La chanteuse entame le concert avec son titre phare Look at Them. Un début tout en douceur avec des jeux de lumières en totale harmonie avec chacune des chansons interprétées au cours de la soirée. S’en suivent d’autres morceaux plus rock comme Back to Summer ou bien encore Miss It All. Du côté des musiciens qui l’accompagnent : Narumi Hérisson (claviers/vocal), Marielle Chatain (claviers/percussions/vocal) et Emiliano Turi (batterie). Un trio exceptionnel avec une mention spéciale pour le batteur.

C’était intense, chargé en émotions et on en a pris plein les oreilles, dans le bon sens du terme bien sûr. Jeanne Added se révèle être une artiste très proche de son public, en plus d’être un électron libre. Un moment sensationnel…

 

 

 

 

 

La chanson du lundi : Wish you where here / Bliss

21 Nov bliss-sleep-will-come-l-1.jpg

Comme son nom ne l’indique pas, ce groupe ou plutôt duo est d’origine nordique. Du Danemark et de Suède, la structure principale est composée de Steffen Aaskoven, de Marc-George Anderson et des vocalistes Tchando et Alexandra Hamnede.

bliss

Wish you where here est extrait de leur premier album Quiet Letters qui date de 2003. Bliss, c’est d’abord un niveau de production hors norme, une qualité de sons rarissime. C’est une inspiration extraordinaire et une originalité tout aussi incroyable. Ce sont aussi des ambiances hallucinantes, des mélodies d’une beauté pure. Pour cela, le groupe utilise percussions, claviers et énormement d’effets studio en mettant les voix en avant et quelles voix ! Les influences africaines sont évidentes, celles du jazz et de la musique classique également. Wish you where here fait partie de leur premier album Quiet Letters qui date de 2003. En France, ils s’étaient fait connaître grâce à des compilations de musiques électroniques comme les Buddha Bar. Á  l’étranger, ce sont des séries TV utilisant leurs chansons qui les ont rendus populaires.

Petit détail amusant pour un floydien : l’album comprend deux titres qui ont le même nom que des morceaux de Pink Floyd : Breathe et Wish You Were Here… Comme il n’existe pas de clip officiel, on vous renvoie vers le site Youtube pour voir ceux que les internautes ont créés.

La chanson du lundi: Oublie-moi / Cœur de pirate

4 Juil
Oublie-moi, premier extrait de Roses, troisième album de Béatrice Martin alias Coeur de Pirate, s’inscrit comme une transition avec le précédent. La chanteuse interprète également ce titre en anglais, intitulé Carry on, dans le but évidemment de toucher aussi les pays anglophones.

Dans une interview pour Rfi Musique la chanteuse confie :

J’ai grandi certes un peu dans l’œil du public mais également dans une ère où tout le monde passe à autre chose très facilement (… ) Et je parle beaucoup d’oubli dans cet album. J’ai vécu cela avec des relations amicales et amoureuses. Il y a eu de grands moments de solitude qui m’ont permis d’avoir un vrai questionnement personnel et de pouvoir faire un album comme celui-ci.

La chanteuse débutera sa tournée en France à compter du 15 juillet 2016 à Thonon-les-Bains dans le cadre du Montjoux Festival.

 

 

La chanson du lundi : Are you with me / Lost frequencies

9 Mai

Lost Frequencies est devenu incontournable dans le paysage de la musique électronique en deux ans. Auteur de Are You With Me en 2014 puis de Reality en 2015, il se retrouve en tête des charts, et obtient même les 3e et 4e places en France. Compositeur d’une deep très positive, Lost Frequencies n’est pas sans rappeler le style du Français The Avener.

Jeune Bruxellois, Félix De Laet (de son vrai nom), a baigné dans une famille portée sur la musique et dans laquelle il pratique le piano très tôt. Influencé par le hip-hop, le jazz et la drum’n’bass, il développe son propre style à partir de 2011. Son nom de scène, Lost Frequencies (pour fréquences perdues), provient du fait qu’il aime incorporer des sonorités vintage dans ses mixes deep house. Lost Frequencies regroupe ses premiers fans en Belgique et en France avec le titre Are You With Me sorti en 2014. Quand on lui demande de qualifier ses productions, le jeune Belge explique qu’il se situe entre « la deep house et le tropical house ».

 

J’y étais : Zazie au Centre événementiel de Courbevoie

19 Mar

Zazie revient en grande forme avec Encore heureux, un 9ème album studio qui marque le retour d’une Zazie solaire et aérienne. A la fois poétiques et ludiques, les textes et mélodies sont signés d’elle. C’est au Centre événementiel de Courbevoie que l’artiste a entamé son heureux tour le 13 mars dernier, et j’y étais. Petit flash-back sur l’événement…

Pour tout vous dire je ne suis pas une fan inconditionnelle de Zazie, toutefois j’apprécie la femme et certains titres d’anciens albums aussi. Invitée au concert par une amie, voilà l’occasion de me faire une idée « en live ».

Nous arrivons 1/2 heure avant le concert pour nous imprégner de cette « nouvelle » salle de spectacles (puisqu’inaugurée en mai 2014). La salle se remplit peu à peu ; je vous plante le décor… enfin la scène : une scénographie plaisante avec des ampoules suspendues au-dessus de la scène et un jeu de lumières animées en arrière-plan.

19h : Zazie arrive au naturel, en jean/chemise, accompagnée de ses 5 musiciens (2 guitaristes, 1 claviériste, 1 percussionniste et 1 batteur). Pas de première partie assurée par un jeune talent (issu de The Voice par exemple) comme on aurait pu s’y attendre. Ouverture des festivités dans un premier temps avec deux titres extraits de son nouvel album : I love you all et Encore heureux, empreintes d’une voix un peu éraillée qui donne à ces morceaux une saveur particulière.

1914723_977070702374162_3599007255318934820_n923412_977073555707210_1753694101691794312_n

Puis premier contact qui se fait avec le public courbevoisien (et pas seulement j’imagine) ; Zazie nous demande « ce qu’on a fait durant ces trois dernières années, le temps pour elle de sortir le p’tit dernier », comme elle dit. De là une complicité immédiate s’installe. Ensuite vient la reprise d’anciens titres tels : Je suis un homme, Rue de la Paix, Tout le monde il est beau ou encore le très joli morceau Les pieds nus. Les gens se lèvent et entonnent en chœur dans un enthousiasme général. Zazie donne de sa personne avec générosité et beaucoup de légèreté. S’ensuivent les titres Oui-filles et Adieu tristesse. Le reste du concert est rythmé comme ça avec quelques apartés, dans une ambiance chaleureuse et bon enfant.

21h : fin du concert, Zazie et ses musiciens viennent au devant de la scène d’où une proximité avec le public très appréciable. C’était un très chouette moment et je dois dire que je trouve son dernier album assez réussi. Voici un petit aperçu du concert:

Quelques photos du concert, c’est cadeau!

Et bien sûr vous pouvez retrouver les albums de Zazie sur La Médiathèque en ligne

%d blogueurs aiment cette page :