Archive by Author

Les blogs partent en vacances

4 Juil

Comme chaque été, les blogs se mettent en pause et les rédacteurs d’articles partent se ressourcer pendant l’été.

Lecteurs fidèles ou occasionnels, nous vous remercions de visiter l’un ou l’autre des blogs, voire tous, de La Médiathèque de Levallois. Nous vous retrouverons en septembre avec de nouveaux articles. En attendant, nous vous souhaitons un excellent été et de très belles vacances.

N’hésitez pas à faire un tour sur nos blogs : des idées de lecture, des films à voir, des musiques à écouter, et des découvertes, des ressources étonnantes dans différents domaines vous y attendent !

J’y étais : Hellfest 2022

1 Juil

Jamais ce festival n’aura aussi bien porté son nom, entre la canicule, la chaleureuse ambiance des festivaliers et bien évidemment la programmation.

À la façon des péchés capitaux mais en changeant parfois leurs intitulés, je vais vous proposer ma sélection de groupes durant ce premier week-end du Hellfest, ne pouvant assister au deuxième, la France ayant besoin de son fonctionnaire dévoué.

En raison de la réputation fantasmée du Hellfest, je ne peux que commencer par un des vrai péché, la luxure avec Steel Panther. Ce groupe réellement Hollywoodien de Glam Metal formé en 1997 a deux particularités, ses textes dépassent rarement le niveau de la ceinture et les festivalières qui sont invitées à monter sur scène en laissant leurs habits à leurs copains dans le public. Le spectacle est donc garanti à la fois musicalement et visuellement. Le blog Déclic Musique vous propose un clip un peu plus sage.

Entre deux concerts, je déambule de scène en scène et la War Zone va me procurer cet agréable péché qu’est la surprise. Je connais cette musique mais je n’arrive pas à mettre un nom dessus, les effets de la canicule certainement. Je regarde sur le programme le nom du groupe, Rudeboy, non décidément cela ne me dit rien. Sauf que même au Hellfest, le diable se cache aussi dans les détails. Il est écrit en tout petit sous le nom du groupe : joue Urban Dance Squad. Ma mémoire se reconnecte aussitôt à ce fameux groupe néerlandais des années 90 avec leur fusion Rap/Metal digne de RATM. Rudeboy n’est autre que le nom de scène de leur chanteur et j’explose littéralement de joie de pouvoir assister à une prestation de ce fameux groupe. Souvenez-vous, UDS, Demagogue, formidable !

Continuons avec celui de la nostalgie, ce péché qui vous replonge dans votre passé. Je suis transporté en 1995 non plus à Clisson mais à l’Élysée Montmartre à Paris pour assister au premier concert français d’un groupe qui est passé de 15 000 ventes avec leur premier album Ignition à 8 millions à travers le monde pour leur second opus Smash. Mon billet pas électronique est décoré de la tête de mort de la pochette du disque sur lequel est inscrit en gros The Offspring. Presque 30 ans plus tard je me retrouve devant Dexter Holland et sa bande pour un bain de jouvence Punk. Pendant une heure je suis redevenu un kid.

Le miracle est-il péché, au Hellfest assurément tant il est jouissif. Pour rester dans l’univers du Punk américain, autant s’y jeter avec un de ses groupes fondateurs, aussi rare qu’important, Social Distortion. Avec eux pas de violences mais un Punk/Rock mélodique, profond et même mélancolique au service de leurs combats dont celui de la justice sociale. Une heure aussi belle que rare, assurément unique.

La repentance, à l’éternelle question Metallica ou Megadeth ? La réponse m’a toujours paru évidente, le premier. Dave Mustaine ayant été remercié de Metallica, il avait créé Megadeth par vengeance pour jouer plus rapide et plus fort. Sauf que ce soir j’ai pris une flagellation de riffs et une leçon de technique de cet instrument incroyablement complexe que peut-être une guitare électrique. Certes Dave, ressuscité d’un cancer de la gorge, n’a plus la puissance vocale de James Hetfield, mais il y a dans ses compositions une touche surnaturelle qui manque parfois à celles plus carrées de la concurrence. Mieux qu’un long discours, écouter le maître.

Un autre péché musical dans lequel il est bon de s’abandonner, la tentation. Impossible de passer une semaine sans écouter la voix de Cristina Scabbia du groupe Lacuna Coil. Alors inimaginable de ne pas assister au concert et aux envolées lyriques de cette voix du Metal Gothic. La sorcière est sur scène et on se laisse hypnotiser par cette voix et cette présence envoûtante. Je suis le conseil d’Oscar Wilde, je cède à la tentation.

La fidélité pourrait sembler être un péché puisque l’on est soit disant en enfer mais il y a bien une exception qui se nomme Doro. À l’âge ou ses compatriotes allemandes coulent souvent une paisible retraite, la chanteuse Doro Pesch est sacrée Queen of Metal ! Celle qui a chantée sur scène avec les plus grands, de Kilmister à Dio, nous offre son jubilé en décibels dans la plus pure tradition du Metal Classic. Le public ne se fait pas prier pour entonner, non pas God Save The Queen, mais We Are The Metalheads devenu hymne officiel de Wacken, l’autre grand festival européen de Metal.

Regarde les hommes tomber pourrait être à eux seul un péché mais je préfère leur adosser le mot de subjugation. Il y a une véritable symbiose entre leur musique, le chant guttural et la mise en lumière, on devrait plutôt dire mise en pénombre. C’est à la fois violent, profond ,introspectif et effrayant, comme si votre âme criait d’effroi mais au final tellement beau et puissant. À la limite d’une expérience occulte.

N’y a-t-il pas pire péché au Hellfest qu’une bénédiction. Il faut savoir rendre grâce à ces dieux sombres et obscurs que sont les groupes qui ont forgé le Metal dans l’histoire de la Musique. L’un des dernier encore à célébrer ses grandes messes à un nom prédestiné, Judas Priest. Le groupe mené par Rob Halford fête ses 50 ans de carrière et c’est peut-être la dernière fois que j’ai l’occasion de voir sur scène ceux qui ont débuté à Birmingham alors que je naissais. La boucle est bouclée, ite missa est !

Retrouvez le Hellfest et ces groupes à l’espace Image et Son ou sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Wind of Change / Scorpions

20 Juin

Cette chanson iconique datant de 1990 se voit à nouveau mise en avant en raison de l’actualité internationale.

Le groupe de Heavy Metal allemand Scorpions avait souhaité composer un hymne de paix lors de la chute du régime communiste et l’ouverture des pays du bloc de l’Est. C’est le chanteur du groupe Klaus Meine qui avait écrit le texte et composé la musique de cette balade rock au refrain particulièrement mélodique. Wind of Change a connu  un succès immédiat et cette chanson est systématiquement interprétée lors des concerts du groupe, au plus grand plaisir des fans qui la chantent en chœur.

Mais les paroles, surtout celles du premier couplet, pourraient aujourd’hui apparaître comme pro russe et donc en inadéquation avec le sens pacifique de cette chanson. Scorpions a été le premier groupe à jouer en Russie après la chute du mur et cette chanson a directement été inspirée par cette expérience et le sentiment de liberté conquise qu’ils avaient ressenti dans l’attitude du public. Les paroles  » I Follow the Moskva, Down to Gorki Park, Listening to the Wind of Change » ont été remplacées par  » Now listen to my Heart, it says Ukrainia, Waiting for the Wind to Change ». Scorpions a souhaité affirmer son soutien avec le peuple ukrainien et le groupe a participé à plusieurs concerts caritatifs en Europe ainsi qu’aux États-Unis, également lors de la tournée pour la promotion de leur nouvel album Rock Believer sorti en février dernier. L’un des guitaristes a décoré la guitare qu’il utilise pour ce titre des couleurs du drapeau de l’Ukraine.

Le blog Déclic Musique vous propose d’écouter sans modération cet hymne de paix dans sa version  modifiée et pirate avant de retrouver Scorpions à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Concert Fiori Musicali à La Médiathèque de Levallois

17 Juin

En partenariat avec le Conservatoire Maurice Ravel de Levallois, le samedi 18 juin à 16h dans le salon de lecture de la médiathèque Gustave Eiffel.

Pour fêter la musique et l’été, les élèves de la classe de chant lyrique de Lucia Nigohossian viendront interpréter des œuvres classiques, accompagnés au piano par Sophie Kemp.

Fiori Musicali juin 2022

Nous aurons le plaisir d’écouter plusieurs compositions de Jacques Offenbach que sont Monde charmant que l’on ignore, O mon cher amant je te jure, Je suis brésilien et On me nomme Hélène la blonde. L’autre compositeur qui a le droit à deux interprétations est Mozart avec La sérénade de Don Giovanni et De vieni non tardar. Les compositeurs italiens seront également bien représentés avec Quel guardo il cavaliere de Gaetano Donizetti, Guide la vampa de Guiseppe Verdi et L’orgia de Giocchino Rossini. Les compositeurs français interprétés seront André Campra avec La farfala, Édouard Lalo avec Vainement ma bien aimée et Charles Gounod qui nous transportera dans sa Venise. Le compositeur allemand Kurt Weill complète ce programme avec Youkali, œuvre chantée par l’ensemble des interprètes que sont Camille Ansaldi, Gaël Marteau, Lisa Banguerski, Marc et Gabrielle de Prémare, Victor Petrovic, Cécile Bouveret, Aurore Blaise, Christian Thomas, Claire Mbappe et Nathalie Knezaurek. Les titres ne seront pas interprêtés dans l’ordre présenté dans ce billet.

Vous pouvez retrouver ces compositeurs et leurs œuvres à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Le blog Déclic Musique vous propose d’écouter Lucia Nigohossian dans une de ses créations, Ciudades, cette fois-ci sur l’univers du Tango.

Spectacle tout public avec entrée libre dans la limite des places disponibles à la médiathèque Gustave Eiffel, située au 111 rue Jean Jaurès à Levallois. Contact au 0147157643

RFM Music Show 2022 à Levallois

10 Juin

Ce samedi 18 juin dans les jardins de l’Hôtel de ville.

Les plus grands artistes, chanteurs et chanteuses de la chanson française seront présent pour ce concert géant. Une véritable Fête de la Musique avant l’heure. Dans le désordre viendront interpréter leurs tubes Amel Bent, Amir, Juliette Armanet, Benjamin Biolay, Claudio Capeo, Marc Lavoine, Christophe Willem ou encore Zaz pour ne citer qu’eux.

rfm music show 2022

L’événement est gratuit mais uniquement sur invitations à retirer à Levallois Découvertes, situé au 47 rue Rivay (nouvelle fenêtre), et ce dés aujourd’hui. Il est peut-être encore possible de gagner des places VIP en écoutant la radio.

La chanson du lundi : Waiting for the Night / Depeche Mode

30 Mai

Andrew Fletcher, l’éternel troisième homme du groupe britannique Depeche Mode, est mort subitement le 26 mai dernier à seulement 60 ans.

C’est pourtant bien celui qui deviendra Fletch, avec son ami d’enfance Vince Clarke, qui est à l’origine de Depeche Mode. Leur ami Martin Gore rejoint le duo avant le recrutement d’un chanteur qui deviendra rapidement un frontman de légende et une véritable icone, Dave Gahan.

Andrew Fletcher était autant discret qu’indispensable, une sorte de socle qui a permis au groupe de supporter toutes les épreuves, du départ de Vince Clarke puis celui fracassant d’Alan Wilder, en passant par les cures de désintoxication de Dave Gahan. Depeche Mode fonctionnait de façon démocratique et sa voix pesait autant que celle du compositeur Martin Gore ou de Dave Gahan le chanteur. Il était en charge de la ligne de basse mais surtout des sons si particuliers qui font l’identité sonore du groupe même si en concert il jouait les notes les plus simples. Dave Gahan s’amusait régulièrement en venant le voir en plein live pour lui faire jouer deux ou trois notes avec son synthétiseur, en plaisantant « c’est tout ce que tu fais ? » à la plus grande joie du public.

Même à la fin du concert Fletch était nommé en dernier, mais c’était la façon du groupe de saluer ce pilier, que son nom soit cité avant le merci final. À nous de vous dire merci Andrew Fletcher pour ces 40 années de musiques, de disques et de concerts à jamais gravés dans nos âmes.

Every time I think of you, I know we have to meet and I just can’t get enough

Retrouvez Depeche Mode à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Stefania / Kalush Orchestra

16 Mai

Ô surprise, la gagnante de l’Eurovision cette année est… l’Ukraine !

Pour ceux qui doutait que l’Eurovision était seulement un simple concours de chansons, les voila fixés. Ce télé crochet mondial est encore une fois devenu une tribune politique avec en plus un gagnant désigné par avance. On a failli croire à une victoire possible de l’Angleterre mais le vote du public a radicalement remis les pendules à l’heure de Kiev, établissant même un nouveau record avec 439 points attribués pour un total de 631 points. Les artistes et le monde de la musique ont ainsi souhaité établir un véritable rapport de force et montrer la puissance que peut avoir une telle cérémonie musicale face à un conflit armé.

Cela n’enlève rien à la qualité de la chanson Stefania ni à l’interprétation du groupe Kalush Orchestra. Il faut savoir que ce groupe n’était arrivé seulement qu’en deuxième position lors des sélections en Ukraine. Mais plusieurs polémiques, une panne informatique lors du décompte des votes et des problèmes de papiers falsifiés pour la chanteuse Alina Pash arrivée en tête ont rendu cette sélection invalide et Kalush Orchestra s’est vu désigné pour représenter l’Ukraine. 

Stefania est le prénom de la maman du chanteur de Kalush Orchestra, Oleh Psiouk. Les paroles chantées en ukrainien sont inspirées par l’identité culturelle ukrainienne et sont particulièrement nostalgiques. La chanson a été écrite avant le début du conflit mais ses paroles résonnent encore plus fort aujourd’hui, notamment avec la phrase « Je reviendrai toujours vers toi, sur les routes détruites ». La musique est un mélange de rap moderne et de chants folkloriques. Cela nous interroge sur le résultat du groupe français Alvan et Ahez, classé avant dernier, avec leur mix folklore breton électro.

C’est la troisième fois que l’Ukraine gagne l’Eurovision, la logique veut que le pays gagnant organise la cérémonie l’année suivante. Le Président Zelensky a déclaré vouloir recevoir l’Eurovision dans une Marioupol paisible et libérée. Espérons qu’il puisse le faire.

En attendant, le blog Déclic Musique vous propose de revivre la prestation du Kalush Orchestra.

La promotion 2022 du Rock and Roll Hall of Fame.

13 Mai

Ce Panthéon de la musique a accueilli en son sein de nouveaux artistes aussi divers que variés.

Honneur aux Dames avec l’icône de la Musique Country américaine, Dolly Parton. À 76 ans, elle est intronisée dans la prestigieuse académie américaine qui souhaitait célébrer une pionnière et l’ensemble de la carrière de cette chanteuse extraordinaire. Dolly Parton a déclaré être extrêmement flattée mais ne considère pas qu’elle mérite cette reconnaissance ultime.

Plus Rock, la chanteuse Pat Benatar y fait également son entrée. Le fait qu’elle ait changé plusieurs fois de noms ne l’a pas empêcher de connaître un immense succès dés ses débuts dans les années 80, elle a été récompensée par plusieurs Grammy Awards consécutifs. Une récompense de plus pour la rockeuse new-yorkaise.

Pour rester dans les années 80, le groupe Eurythmics est enfin reconnu. Le célèbre duo formé par Annie Lennox et Dave Stewart est devenu l’un des groupes les plus populaires de la New Wave. Malgré leur séparation en 1999, Eurythmics est resté dans la mémoire collective comme un exemple de groupe parfait mariant  la voix si particulière de la chanteuse avec des compositions mélodiques et entêtantes accompagnées d’une esthétique visuelle très moderne.

Autre groupe culte des années 80, Duran Duran est lui aussi récompensé. Toujours en activité, la bande de Simon Le Bon peut se targuer d’avoir vendu plus de 100 millions de disques à travers le monde et d’avoir été choisi pour interpréter le générique du James Bond intitulé Dangereusement vôtre. Pour l’anecdote, trois des membres du groupe sur cinq portent le nom de Taylor, sans avoir aucun lien de parenté.

Revenons à notre époque avec un style de musique qui démontre que ce Panthéon musical n’est pas réservé qu’à la Pop ou au Rock. Le Rap de Marshall Bruce Mathers alias Eminem fait faire une entrée fracassante à cette musique issue de la rue et des quartiers dits noirs. Le Slim Shady est le plus jeune de la promo puisqu’il n’a que 49 ans.

Un peu plus âgé, c’est une autre grande star de la chanson américaine qui bénéficie de cette promotion. Lionel Richie va fêter en 2022 les 55 ans d’une carrière bien remplie de chanteur, compositeur, musicien, acteur et animateur télé. Il avait déjà son étoile sur le Hollywood Hall of Fame, il entre de son vivant au Panthéon de la musique.

Harry Belafonte n’est pas surnommé le roi du Calypso par hasard. Il a commencé ses carrières de chanteur, acteur ou encore producteur en 1949 et est aujourd’hui âgé de 95 ans. Cet amateur de Jazz d’origine afro-jamaïcaine aura toute sa vie été un activiste des Droits de l’Homme. Il n’est jamais trop tard pour être intronisé au Rock and Roll Hall of Fame !

Le blog Déclic Musique vous invite à retrouver ces artistes à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois via musicMe (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Fulenn / Alvan et Ahez

9 Mai

Ce jeune groupe breton va représenter la France à l’Eurovision le 14 mai prochain.

Ce groupe est issu de la rencontre entre les trois membres féminines d’Ahez constitué de Sterenn Diridollou, Marine Lavigne et Sterenn Le Guillou avec le producteur électro Alexis Morvan-Rosius alias Alvan. Habitués des festivals, ils ont été repérés par la  directrice de la délégation française de l’Eurovision. Les chants traditionnels interprétés par Ahez se mélangent à la musique pop-électro d’Alvan pour offrir un subtil cocktail à la lisière du mystique, avec un texte inspiré des légendes bretonnes mais résolument féministe et qui trouve toujours un écho convenant particulièrement à notre époque. Le titre Fulenn se traduit par étincelle mais également désigne une jolie fille. Cette chanson inclassable a été composée en deux jours seulement ,elle porte l’identité et la langue que souhaite élever au plus haut les quatre membres d’Alvan et Ahez.

Le blog Déclic Musique leur souhaite Chañs vat, bonne chance !

La chanson du lundi : You Want My Money / Lilly Wood and The Prick

2 Mai

Après l’annulation de leur concert en décembre dernier, le duo parisien va pouvoir faire danser et chanter le public levalloisien le jeudi 12 mai dans la salle Ravel du Conservatoire de Levallois.

Le nom est anglais, les textes de leurs chansons également mais le duo formé par Nili Hadida au chant et Benjamin Cotto à la guitare est bien français. Ils se sont rencontré en 2006 et ont composé dans la foulée 3 titres mais il faudra attendre 2010 pour la sortie de leur premier album Invicible Friends. Ce disque sera directement consacré par une Victoire de la Musique dans la catégorie Révélation du public.

lilly wood and the prick most anything

En 2021, le groupe sort son cinquième album Most Anything fortement inspiré par le confinement et dont est extrait You Want My Money. Le style est toujours à la lisière de la pop, de la musique folk et de l’électro.

Il reste encore quelques places (nouvelle fenêtre) alors n’hésitez pas à venir écouter en live ce pétillant duo et en attendant vous pouvez les retrouver à l’espace Image et Son et sur le site de La Médiathèque de Levallois via musicMe (nouvelle fenêtre).

%d blogueurs aiment cette page :