J’y étais : Axel Bauer au Flow

21 Juin

Axel Bauer est venu présenter sur scène jeudi dernier à bord de la péniche Flow , amarrée Port des Invalides, son dernier album enregistré dans les conditions du live au Studio Ferber.

Véritable virtuose de la guitare électrique, Axel Bauer n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait. Cannibalisé par son succès Cargo, il a eu du mal à faire reconnaître ses talents de compositeur guitariste dans un pays qui préfère mettre en avant le rock anglo-saxon. Ses apparitions sont donc devenues confidentielles mais elles sont l’assurance d’un moment musical intense et  d’une rare authenticité. Contrairement à l’album Live à Ferber, c’est avec une formation restreinte que le chanteur arrive sur scène puisqu’il n’est accompagné que d’un batteur et d’un bassiste. Un mini clavier posé sur une enceinte aura la charge de remplacer les autres musiciens et de synchroniser les arrangements. Axel Bauer commence son tour de chant en interprétant des morceaux récents tels que Alligator, Souviens-toi, Aveugle ou encore La chasse à l’instant et 00 zen. Accompagné de sa guitare Fender recouverte façon Peaux de serpent ,qui est en l’occurrence le titre de son précédent album studio, il hypnotise littéralement son auditoire par son rock énergique mais mélodique.

Puis il se retrouve seul sur scène avec une guitare acoustique pour À ma place , la chanson qu’il interpréta en duo avec Zazie, qui n’a pu être présente ce soir car retenue en Zazieland d’après Axel. Mais il a demandé l’assistance du public féminin pour lui donner la réplique et cela a tout simplement donné un échange magique entre le chanteur et la salle. Il a enchainé sur le poème d’Aragon Est-ce ainsi que les hommes vivent avant de retrouver ses musiciens et sa célèbre guitare Stratocaster sur laquelle il a composé ses deux titres cultes Cargo et Eteins la lumière (nouvelle fenêtre). Les versions live de ces deux chansons donnent libre court à ses talents de guitariste avec des solos d’anthologie et une réorchestration envoutante. Le concert se terminera avec le titre Laisse venir et son atmosphère sombre et sensuelle, que l’on vous propose en écoute ci-dessous.

Malgré la conjonctivite d’Axel Bauer et quelques problèmes techniques, c’est un magnifique concert auquel on a assisté tout en flottant sur la Seine. Une toute petite salle avec une proximité entre l’artiste et son publique qui a rendu cette rencontre intime et exceptionnelle.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :