L’Indie Pop : une musique de bibliothèque ?

19 Mai

Que tous les fans de la pop à guitares britannique des années 80 et 90 se réjouissent, un livre consacré à l’Indie Pop les invitent à réviser leurs classiques.

Depuis 20 ans, l’éditeur Le Mot et le reste développe l’un des catalogues d’ouvrages musicaux les plus dynamiques et éclectiques de l’hexagone, proposant une collection aussi exigeante qu’accessible. Parmi ses dernières publications, le bien nommé Indie Pop 1979-1997, de Jean-Marie Pottier, tente de mieux saisir les contours et les spécificités d’un genre parfois flou mais qui a marqué à jamais le paysage musical britannique.

Dans un essai introductif succinct et une sélection de 100 albums commentés (marquants ou méconnus), Pottier conte une histoire personnelle de l’Indie Pop en prenant le terme au sens large, dans sa définition la plus fourre-tout : celle de toute la pop à guitares qui a émergé avec l’éclosion des labels indépendants, celle qui s’oppose au mainstream et aux majors, celle qui s’est déclinée en différentes teintes, des saillies post-punk aux brouillards bruitistes de la vague shoegaze, de l’insouciance de la jangle pop aux prémices de la Britpop. C’est cette pop défendue par des labels mythiques (Factory, Rough Trade, 4AD, Creation, Sarah Records…), celle qui a établi une nouvelle carte géographique (les 4 points cardinaux Londres, Manchester, Liverpool et Glasgow), qui a donné à la culture des fanzines et aux fans métamorphosés en collectionneurs obsessionnels de nouveaux héros, toujours cultes, toujours célébrés : The Wedding Present, The Smiths, My Bloody Valentine, The Stones Roses, The Jesus & Mary Chain, Echo & the Bunnymen, New Order, The Field Mice, Cocteau Twins… La liste est longue.

 

thesmithsL’un des groupes emblématiques du genre restera toujours The Smiths, par l’intermédiaire desquels Pottier propose une définition volontairement caricaturale de l’Indie pop : « une pop mélodieuse, carillonnante, lettrée et intimiste, pratiquée par des garçons (et parfois des filles) vêtus d’anoraks et ressemblant à des bibliothécaires. »
Est-ce à dire qu’il existe une pop de bibliothécaire, faites par eux ou pour eux ? Si ces derniers ne portent pas tous des anoraks, il est vrai que pendant toute sa carrière, que ça soit en solo ou avec les Smiths, Morrissey a toujours cultivé une pop sensible et référencée, apte à plaire aux passionnés de littérature : Shakespeare, Virginia Woolf, Keats, Yeats, Wilde… Morrissey ira même jusqu’à écrire ces dernières années une autobiographie puis un 1er roman, List of the Lost, parus chez le prestigieux éditeur anglais Penguin Books.

 

Belleandsebastian1Un autre groupe cité dans l’ouvrage, plus proche de nous et toujours actif, semble répondre à toutes les caractéristiques d’une possible « pop de bibliothécaire » : les Écossais de Belle and Sebastian. Profils de libraire ou physiques d’éternel étudiant, frange du bon côté et veste en velours (à la place des anoraks ?), ils enchaînent aussi les références littéraires adéquates : son patronyme en hommage à l’œuvre de Cécile Aubry, Dostoïevski, Twain, « Marx & Engels », Sylvia Plath et surtout Le Procès de Kafka, placé bien en vue sur la pochette de l’album If You’re Feeling Sinister. Mais une pop lettrée ne se limite pas à enchaîner les références et l’attachement des fans à Belle and Sebastian passe aussi par sa sensibilité, sa mélancolie, sa délicatesse mélodique et la finesse d’écriture de Stuart Murdoch, qui s’est imposé en 20 ans comme un parolier d’exception.

 

De toute façon, le name-dropping littéraire n’est pas un concours. Mais s’il y avait une compétition, nul doute que l’on connaitrait déjà le vainqueur : l’anachronique Neil Hannon, alias The Divine Comedy, qui signa en 1994 le définitif The Booklovers. Mais à ce niveau d’exhaustivité, on quitte la pop de bibliothécaire pour s’approcher d’une symphonie d’un authentique conservateur du patrimoine.

 

Nous vous proposons d’écouter un panorama complet de la 1ère partie de la discographie de Belle and Sebastian en vous rendant sur la plate-forme de streaming 1D Touch (se connecter d’abord sur le site de La Médiathèque de Levallois).

Le livre Indie Pop 1979-1997 est disponible en prêt à La Médiathèque de Levallois, ainsi que d’autres ouvrages musicaux publiés par Le Mot et le Reste ainsi que de nombreux albums des artistes cités ci-dessus.

Merci à Anthony O. pour la rédaction de cet article.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :