La chanson du lundi : Tainted Love / Soft Cell

25 Jan

Quel âge aviez-vous en 1981 ? Assez âgé pour vous rappeler de cette chanson ? Les deux premières notes en sont immédiatement reconnaissables pour qui l’a déjà écoutée… souvenirs souvenirs.

Tainted Love (Amour souillé, corrompu) est une chanson composée par Ed Cobb du groupe The Four Preps. Elle est interprétée tout d’abord en 1964 par Gloria Jones, puis par Ruth Swan en 1975 et jusqu’en 2001où Marilyn Manson s’approprie ce titre.

La popularité vient avec la reprise de Soft Cell en 1981 sur l’album Non-Stop Erotic Cabaret. Sur le maxi 45 tours, d’une durée de plus de neuf minutes, la chanson Tainted Love est suivie de la chanson Where Did Our Love Go?, reprise de The Supremes. Le single se classera premier des charts britanniques et huitième au Billboard Hot 100.

« Dehors, la synth pop règne en maître et le son a tendance à s’unifier. Tainted Love en sera le reflet mais tout en se revendiquant d’un héritage Northern Soul chaleureux et vibrant. Le rythme de la chanson originelle est considérablement ralenti, ce qui déporte l’intérêt sur la voix de Marc Almond, dans une tonalité là aussi différente de l’original. Pas de chichi, ni de grand secret ici : Soft Cell est à la recherche du succès et ne s’attarde pas en studio. Le groupe enregistre la version étendue incluant le passage de la chanson de The Supremes et se sert de cette unique version pour monter le single. Almond ne grave que deux pistes vocales et choisit son premier jet. En un tour de main, l’affaire est dans le sac… »

Article de Benjamin Berton à lire sur Suns Burns Out (nouvelle fenêtre)

Le groupe originaire de Leeds, a rendu cette chanson qui existait déjà depuis longtemps, mondialement connue. Elle sera le plus gros succès de Marc Almond et Dave Ball.

<

Retrouvez Marc Almond et Soft Cell à l’espace Image et Son ainsi que le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

 

Airelle Besson en concert live sur la Philharmonie à la demande

22 Jan

C’est son album Radio One de 2016 qui est filmé ici en concert en 2019.

Son père aurait adoré qu’elle joue de la harpe celtique, mais c’est pour la trompette qu’elle a eu un coup de cœur, à l’âge de 4 ans. La liberté de jeu qu’on trouve dans le jazz avec ses improvisations a fait le reste. Ses études se concluent par un premier prix de jazz avec mention très bien, à l’unanimité au CNSMDP en 2002. Elle est lauréate avec Silvain Rifflet et leur groupe Rockingchair l’année suivante du concours international de jazz de La Défense.  En 2014 elle est lauréate du prix Django Reinhardt puis primée dans la foulée aux Victoires du jazz. En résidence à Coutances qui accueille le Festival Jazz sous les Pommiers ces 3 dernières années, elle est accueillie à présent à la Cité Musicale de Metz pour monter d’autres foisonnants projets.

C’est un plaisir de la voir jouer de la trompette, elle paraît comme une extension d’elle-même, son jeu est sans effort apparent. Airelle Besson tisse les notes comme autant de perles, ce qui n’est pas vraiment ce qu’on a l’habitude d’entendre pour la trompette. Les grands Ibrahim Maalouf, Erik Truffaz, Stéphane Belmondo, Médéric Collignon,… n’ont pas ces mêmes modulations de phrasé, cette finesse ni cette ampleur du son.

Ça fait du bien de retrouver des concerts faits de simplicité ! Les musiciens apparaissent sur une scène sobre habillés simplement. Et cette simplicité se retrouve dans leur jeu et même dans les compositions et les mélodies d’Airelle. Le piano de Benjamin Moussay et la batterie de Fabrice Moreau ont un jeu fluide comme l’eau qui s’égoutte, et la voix chantée d’Isabel Sörling fait le contre-chant à la trompette comme un choral amenant un supplément d’émotion.

Dans la vidéo ci-dessous elle présente son travail et son instrument

Et maintenant place à la musique ! (nouvelle fenêtre)

Accédez à l’offre en ligne de La Médiathèque en renseignant vos identifiants (les 10 chiffres du code-barre de votre carte de médiathèque) et mot de passe (vos jour et mois de naissance)

Ma sélection musicMe de Janvier 2021

18 Jan

Je vous présente mes meilleurs voeux musicaux pour la nouvelle année avec cette sélection qui nous ramène à nos souhaits essentiels pour 2021. Un peu de bandes originales de film, de classique et de world pour combler vos besoins artistiques de première nécessité.

The Midnight Sky (Music From The George Clooney Netflix Film) Alexandre Desplat

midnight sky

Une belle et originale bande originale pour ce conte post-apocalyptique réalisé par George Clooney à la demande de Netflix. Evoquant la disparition de l’humanité, c’est l’aspect pladoyer écologique qui marque le plus dans ce film, que Clooney met en oeuvre avec esthétisme et intelligence. Le compositeur français multi-primé écrit une musique sensible et contemplative de laquelle Clooney lui demande qu’elle occupe une place prépondérante par rapport aux dialogues et discours en général.

Pieces Of A Woman (Music From The Kornél Mundruczó Netflix Film) / Howard Shore

pieces of a woman

Compositeur de « Seven », « le seigneur des anneaux » et « Hugo Cabret », Howard Shore écrit une partition intimiste et intense pour un drame autobiographique qui l’est autant que la perte de son nouveau-né peut l’être pour une femme.

Avis de tempête (Bande originale du téléfilm de Bruno Garcia) / Fabien Cahen

fabien cahen

Des morceaux aux caractères variés et expressifs qui apportent leur touche à l’evolution du scénario. Une belle partition par le guitariste pop français.

Royal Händel / Eva Zaïcik, mezzo-soprano et Le Consort sous la dir. de Justin Taylor, clavecin

royal handel

Anna Besson, flûte traversière baroque
Théotime Langlois de Swarte,
violon
Sophie de Bardonnèche,
violon
Louise Pierrard
, viole de gambe

A Londres en février 1719 nait la Royal Academy of Music dont Haendel est nommé directeur musical. Allemand d’origine, ayant séjourné quatre ans en Italie, Georg Friedrich Haendel veut faire de Londres la nouvelle capitale de l’opéra. La seule langue qui sera chantée sur la scène du King’s Theatre sera l’italien, et on fait venir tout droit de la péninsule deux autres compositeurs : Attilio Ariosti et Giovanni Battista Bononcini. Tous deux instrumentistes à cordes, ils apportent un nouveau souffle instrumental. L’engouement est considérable : 34 opéras et plus de 460 représentations seront donnés en neuf ans à la Royal Academy.

Quant à la chanteuse et au groupe et à son chef, écoutez la belle justesse, chaleur et énergie qu’ils nous transmettent.

Études-tableaux, Op. 39 / Rachmaninoff (& Works by Scriabin & Prokofiev) Jean-Paul Gasparian Piano

jeanpaulgasparian

Voilà extrait de sa biographie le parcours de ce pianiste nommé aux Victoires de la musique classique 2021. Le 1er Prix de Philosophie au Concours Général des Lycéens de France lui est attribué en 2013. Né en 1995 à Paris de parents musiciens, Jean-Paul Gasparian est admis à l’unanimité au CNSM de Paris à 14 ans, où il obtient brillamment son Master en 2015.

Jean-Paul a publié au printemps 2019 son deuxième enregistrement solo pour le label Évidence, consacré à Chopin, qui a été accueilli avec enthousiasme par la presse internationale. En 2018 un premier CD était sorti pour le même label, dédié à la musique russe (Rachmaninov, Scriabine, Prokofiev), et unanimement salué (5 diapasons, 5 étoiles Classica). La parution d’un nouvel album est attendu en 2021.

Jean-Paul Gasparian est nommé aux Victoires de la musique 2021 dans la catégorie « Révélation soliste instrumental ».

Enchantée / Marie Oppert

marie oppert

Marie Oppert est également à son tour nommée aux Victoires de la musique 2021 catégorie « artiste lyrique ».

Après des débuts à l’âge de 17 ans dans le rôle principal des Parapluies de Cherbourg au Théâtre du Châtelet aux côtés de Natalie Dessay et Michel Legrand, elle est considérée comme la nouvelle « étoile montante de la comédie musicale »

Elle est la plus jeune lauréate à recevoir la bourse Fulbright pour se spécialiser en comédie musicale au Marymount Manhattan College de New York («Bachelor of Arts»).

Elle est rôle principal de Peau d’âne la féerie musicale de Jacques Demy et Michel Legrand au Théatre Marigny fin 2018.

À maintenant tout juste 22 ans elle sort en septembre 2020 cet étincelant et dansant album.

Bichos / Raúl Monsalve y los Forajidos (Latino – Vénézuela)

raul monsalve

Depuis longtemps  Raúl Monsalve étudie la musique des communautés afro-vénézuéliennes de son pays, apprenant à en maîtriser les instruments et les rythmes traditionnels qu’il mêle au jazz latin, à l’afrobeat, au funk ou à la musique électronique. Le bassiste et chef d’orchestre en a fait une musique universelle et futuriste. Bichos est le troisième album de sa formation. Baila mas!

Zan / Liraz (Iran)

Liraz

Née de parents iraniens réfugiés en Israël, Liraz a décidé de faire vivre la musique de son pays d’origine – elle chante dorénavant en farsi, la langue parlée en Iran, avec il parait un petit accent hébreu ! – On entend les intonations typiques de cette musique de tradition séculaire par son vibrato caractéristique et charmant alors que les chansons ont une sonorité pop, voire électro, qui la rend tout à fait contemporaine. Ses thématiques sont l’Iran en général et la cause de femmes en particulier. De fait le titre de l’album, Zan, signifie « femmes ». « Zan bezan » signifie « Dansez, femmes ! »

Poème de Zoréol / Titi Zaro

titi zaro

Allez écouter les femmes danser aussi sur le premier album de Titi Zaro sur le titre « Elles dansent ». Chanson française mêlé de maloya réunionnais, viendra ensuite le 2e album du duo formé par Oriane Lacaille et Coline Linder. L’hymne des louves ressemble à un recueil de légendes mettant en scène des personnages courageux souvent femmes, que leur existence soit réelle comme les femmes soldat kurdes ou mythique comme les gorgones.

Ceketini Al Yoluna Bak / Lalalar

lalalar

« Des coins et recoins pleins de morceaux cassés. Balaie le chagrin sous le tapis, la conscience dit que c’est une impasse. Prends ta veste et trace ta route… » dit la chanson. Et ce sont là les voeux du nouveau trio rock rebelle d’Istanbul.

Hommage à Bobby Few

15 Jan

Le célèbre pianiste américain de jazz qui vivait à Levallois depuis des années est décédé le 6 janvier 2021 à l’âge de 85 ans.

Né à Cleveland dans l’Ohio, Bobby Few commence le piano à l’âge de sept ans et étudie au Cleveland Institute of Music aussi bien le classique que le jazz, la théorie musicale que la composition. Il crée dés ses 16 ans un trio qui connaît rapidement le succès.

Au début des années 60, sur les conseils de son ami le saxophoniste Albert Ayler, Bobby Few part vivre à New-York. Cette décision va changer sa vie puisque rapidement, il y enregistre ses deux premiers albums intitulés The In Between et Music Is The Healing Force of The Universe. Il se met à jouer avec les plus grands noms du jazz comme Archie Shepp, Frank Wright ou encore le chanteur de Blues Brook Benton qu’il accompagnera dans une tournée mondiale.

IMG_0586

En 1969, il s’installe à Paris où il retrouve Frank Wright. Ils forment un Quartette devenu culte avec Muhammad Ali à la batterie et Alan Silva à la basse. Cette formation avait politisé sa musique et participait à des concerts récoltant des fonds pour le mouvement des Black Panthers.

Bobby Few TR DECLIC MUSIQUE 02-02-19

Le 2 février 2019, Bobby Few nous a fait le grand plaisir de venir jouer du piano à La Médiathèque de Levallois, accompagné par le contrebassiste Harry Swift (nouvelle fenêtre).

20190202_165717 (1)

Les deux musiciens nous ont offert un concert inoubliable qui a enchanté le public venu en nombre pour assister à cet évènement exceptionnel. Le blog Déclic Musique partage avec vous le message qu’ils avaient inscrit sur notre livre d’or.

boby few Capture d’écran 2021-01-12 113002

Écoutons encore une fois la musique de Bobby Few qui a marqué de son empreinte indélébile l’histoire du Jazz.

 

La chanson du lundi : Le chanteur / Daniel Balavoine

11 Jan

« J’me présente, je m’appelle Henri… » Vous rappelez-vous?

1978, alors que sort l’album Starmania, Daniel Balavoine enregistre l’album le chanteur, avec le groupe Clin d’œil. Le titre a un succès fulgurant et se vend à 500 000 exemplaires. Peu habitué au succès jusqu’alors, il fait, cette année-là, une double prouesse avec ces deux ventes à succès. Le grand public connaît enfin Daniel Balavoine. Par la suite, il enchaîne les succès et marque profondément le public avec ses textes et sa voix incomparable douée d’une grande étendue vocale pouvant aller loin dans les aigus.

France Gall a déclaré à son sujet:  » « La première fois qu’on a vu et entendu Daniel, c’était à la télé : Michel et moi étions assis par terre dans notre chambre de Beauséjour et regardions par intermittence l’émission de Guy Lux. Quand il est entré pour chanter Lady Marlène avec un grand orchestre, nous avons eu un choc. Raide comme un piquet, planté derrière son micro sur pied, il a commencé à chanter d’une voix qu’on n’avait jamais entendue, avec un timbre nouveau et une tessiture tellement large et aiguë qu’on en est restés bouche bée. »

Auteur compositeur interprète à la personnalité très marquée, affichant ses opinions de façon libre et manifestant un grand humanisme, Daniel Balavoine est devenu un chanteur extrêmement populaire, et a produit de nombreuses chansons emblématiques.

Vous pouvez si vous le souhaitez, écouter le chanteur et bien d’autres titres de Daniel Balavoine, en ligne sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre). Pour cela, il suffit de vous connecter avec votre identifiant (numéro de la carte) et votre mot de passe (jour et mois de naissance). Vous avez ainsi accès à la plateforme MusicMe, notre partenaire musique.

Du peps dans le classique : Maxim Emelyanychev

8 Jan maxim emelyanychev

Alors qui est Maxim Emelyanychev, vous demandez-vous?

C’est un musicien et chef d’orchestre de 32 ans. Il fait partie de cette jeune génération de musiciens absolument fans de leur activité de musiciens classiques. Il a beau être tombé dans la marmite de la musique quand il était tout petit, il reste exceptionnel d’être déjà chef d’orchestre à 12 ans… Il évolue dans toutes les époques de l’histoire de la musique, il joue et dirige, et enregistre, autant des sonates pour pianoforte, des orchestres baroques et des opéras, et des orchestres symphoniques. Écoutez ses sonates pour piano saluées par la critique pour entre autres sa capacité à sortir autant de variété de sons d’un pianoforte.

Il a été élève en Russie du grand chef Gennadi Rojdestvenski. De son enseignement il a peut-être appris que les silences en musique mettent en valeur les sons, un peu comme le blanc le noir, la pluie le beau temps… En tous les cas, les partitions qu’il interprète sont telles celles de son maître d’une clarté mélodique saisissante, extrêmement nuancées, ce qui leur donne un côté tonique, vivant, expressif. Ci-dessous un Sibelius, que Rojdestvenski a beaucoup joué, particulièrement évocatoire.

On retrouve ce caractère dans sa présence physique, espèce de jeune lutin sautillant et gai dansant les partitions tout en jouant du clavecin.

Il a reçu de nombreuses récompenses et est lauréat de plusieurs fameux concours, dont le Musica Antica de Bruges en 2010 pour le clavecin, dont voici ci-après quelques lauréats dans l’actualité musicale.

  • justin taylor clavecin
  • dmitry sinkovsky violon
  • jean rondeau clavecin

En 2013, il a alors 25 ans, il dirige dans toute l’Europe. Il devient en particulier le chef attitré de l’ensemble baroque Il Pomo d’oro où il a attiré mon attention. Car cet orchestre créé en 2012 collabore avec des chanteurs remarquables comme Joyce DiDonato, Franco Fagioli, Max Emanuel Cencic, Philippe Jaroussky qui ont fait le buzz et les unes des magazines.

  • franco fagioli
  • joyce didonato
  • jakub jozef orlinski
  • max emanuel cencic

Mais, j’avoue, c’est surtout une autre vedette du moment, le contre-ténor Jakub Jozef Orlinski, qui a fait la différence pour moi qui n’écoute pas grand chose d’autre que la musique ancienne instrumentale dans la musique classique. Sa voix et son expressivité ont un petit goût de revenez-y, et c’est ainsi que de vidéos en articles critiques j’en suis arrivée à repérer cet orchestre, et son chef de l’époque, présenté ici.

C’est sûr, les solistes sont sur le devant de la scène, et certaines personnalités brillent plus fort que d’autres, et le méritent bien sûr, et d’ailleurs cela favorise la diffusion tant rêvée de leur art au-delà du cercle habituel, mais ils n’enlèvent rien aux musiciens plus discrets, en particulier sur les réseaux sociaux, et la reconnaissance du talent est au rendez-vous chez tous les amateurs. Tous ces jeunes musiciens passionnés veulent partager leur passion avec d’autres passionnés de leur génération et des passionnés tout court et leur génération tout court aussi. Passionnant tout ça!

Guettez l’agenda du jeune chef entre autres déjà programmé à la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris à la tête de l’Orchestre de Paris avec les sœurs Katia et Marielle Labèque en 2021, et retrouvez le sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre) et aussi tous les autres noms cités ci-dessus.

Des chansons pour danser

4 Jan

Voici quelques chansons dans des styles différents qui mettent de bonne humeur et donnent envie de se déhancher !

Pensez à enregistrer vos identifiants de La Médiathèque de Levallois pour profiter de l’écoute en ligne avec musicMe.

Kykie Minogue(nouvelle fenêtre)

Album One World(nouvelle fenêtre)

Par la formation The Wailers et accompagnée par de célèbres artistes de Reggae.

Kool and the Gang(nouvelle fenêtre)

Julian Perretta(nouvelle fenêtre)

Alunageorge(nouvellefenêtre)

Julia Michaels(nouvelle fenêtre)

Nao avec Lianne La Havas(nouvelle fenêtre)

Kungs(nouvelle fenêtre)

Bonne découverte !

L’équipe de La Médiathèque de Levallois et du blog Déclic Musique vous souhaite une heureuse, dansante et musicale année 2021 !

En passant

Meilleurs vœux 2021

1 Jan

L’équipe des rédacteurs des blogs de La Médiathèque vous souhaite une excellente nouvelle année : qu’elle soit sereine, joyeuse, légère, littéraire, cinématographique, numérique, musicale, historique, formatrice et compte-tenu du contexte, en bonne santé !

Une chanson douce que me chantait ma maman

24 Déc

Voici les chansons enfantines qui nous ont marqués, nous les bibliothécaires, et dont nous nous souvenons avec nostalgie.

Commençons avec un conte qui a bercé notre enfance, Emilie Jolie de Philippe Chatel. Il a été mentionné par deux bibliothécaires mais pas pour les mêmes titres. La chanson du hérisson interprétée par Georges Brassens accompagné par Henri Salvador qui lui, ouvre également ce conte musical avec La chanson de la petite fille dans la chambre vide.

Restons avec Monsieur Henri Salvador dont la Chanson douce a été également plébiscité deux fois.

Le grand classique Allo Maman Bobo du sympathique Alain Souchon est bien évidement nommé.

La Môme Piaf à logiquement été citée avec le titre Mon manège à moi.

Une autre grande dame de la chanson fait partie de cette sélection, Nana Mouskouri avec son Brave marin.

Qui dit chansons douces dit aussi comptines traditionnelles et le plus brésilien des chanteurs français, Didier Sustrac, nous offre une version Bossa Nova de Colchiques dans les prés.

Autre grand classique fleuri, Dansons la capucine en version instrumentale par Jeannine Coriou et Brigitte Champeaux.

Continuons avec les classiques et l’indémodable Pirouette cacahuète interprété par Gaëtan Roussel, le chanteur des groupes Louise Attaque et Tarmac.

Toujours pour les plus jeunes, c’est leur chanteur préféré, Aldebert bien sûr, qui leur fait chanter Ah les crocodiles.

Et pour en finir avec les comptines classiques, on se retrouve en plein conte de fée au pieds Des marches du palais.

Enfin il y a les chansons humoristiques que l’on chante en colos comme le génial Je ne suis pas bien portant de Gaston Ouvrard.

Ou plus contemporaine avec La chauve-souris du dandy Thomas Fersen.

Retrouvez ces titres et artistes avec notre partenaire musicMe sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelles fenêtres).

Merci à Fabienne N. d’avoir proposé cet article et d’avoir collecté les titres auprès des bibliothécaires.

Le blog Déclic Musique et l’équipe de La Médiathèque de Levallois vous souhaitent un doux joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d’année.

Le chanteur perdu / Didier Tronchet

18 Déc

Le célèbre auteur de bande dessinée Didier Tronchet vient de publier un one-shot sur un chanteur oublié, mais pas définitivement perdu.

On commence par se faire le pitch de la BD : un bibliothécaire, ça commence bien, après avoir retrouvé une cassette audio qu’il écoutait dans les années 70, décide de partir à la recherche d’un chanteur dont il appréciait  particulièrement les paroles et la simplicité de sa musique. Il n’a que très peu d’indices, le principal étant son nom, Rémy Bé.

Le chanteur perdu / Didier Tronchet (catalogue de La Médiathèque - nouvelle fenêtre)

Didier Tronchet nous emmène dans un périple entre enquête de détective-amateur et road movie à la sauce routarde fait de rencontres qui vont au final lui permettre d’arriver à son but : rencontrer son idole.

La force de ce roman graphique est qu’il est inspiré d’une histoire vraie et qu’à quelques détails romanesques près, l’auteur s’est évertué à présenter la réalité, aussi bien de la vie du chanteur perdu que des différents personnages que l’on croise au gré des pages.

La musique, et surtout la chanson française, tient un rôle déterminant dans cette aventure qui nous fera rencontrer Pierre Perret ou Georges Brassens. Car tous deux souhaitaient voir réussir ce jeune compositeur qui s’appelle en réalité Jean-Claude Rémy, le premier en éditant son seul album comportant 13 chansons dans la veine contestataire de l’époque.

Le blog Déclic Musique souhaitait vous faire découvrir cette magnifique bande dessinée et surtout vous faire écouter un titre de cet auteur-compositeur-interprète qui aurait pu devenir célèbre mais qui a lui-même décidé de ce que devait être sa vie, même s’il n’a jamais cessé de composer des chansons.

Le chanteur Jean-Claude Rémy a lui aussi fait un cadeau à l’auteur puisqu’il a retravaillé une chanson de Didier Tronchet et ils ont eu le bonheur de l’interpréter ensemble lors de l’une de leurs rencontres.

%d blogueurs aiment cette page :