La chanson du lundi : Warm My Soul / Blundetto

28 Sep

Sous Blundetto (nouvelle fenêtre) se cache Max Guiguet, celui ci est originaire de Dijon et a fait ses débuts à la radio locale puis parisienne à la fin des années 90. Il devient programmateur pour radio Nova où il côtoie les DJ de l’époque comme Laurent Garnier (nouvelle fenêtre) ou encore Gilles Peterson (nouvelle fenêtre).

Son  premiers album Bad bad things (nouvelle fenêtre) est plutôt dans un style reggae mais Blundetto sait ajouter dans ses mix de la musique soul, africaine ou encore du Dub, du jazz, du rap cubain, du ragga ou du funk.

Sur chaque album, le producteur invite une multitude d’artistes, ce qui rend sa production très variée.

Son dernier album est en écoute sur musicMe

Les autres albums de cet artiste sont à découvrir sur le site musicMe avec vos code de La Médiathèque de Levallois.

Vous pouvez également emprunter dans votre espace Image et son de La Médiathèque de Levallois :

L’album Warm My Soul

et l’album 1988 qu’il a produit pour Biga Ranx(nouvelle fenêtre).

Hommage à Juliette Gréco

25 Sep

Juiliette Gréco était à elle seule l’image de la femme, tantôt muse, danseuse, actrice ou chanteuse. Elle est décédée après une vie romanesque à l’âge de 93 ans.

Pour beaucoup, Juliette Gréco était l’incarnation de personnages marquants, aussi bien dans ses chansons que dans ses rôles au cinéma. Une silhouette drapée de noir sur scène en adéquation avec sa voix chaude et grave.

Sa carrière artistique commence dès son plus jeune âge. Originaire de Montpellier, elle intègre à neuf ans l’École de danse de L’Opéra de Paris. Emprisonnée à 16 ans alors que sa mère et sa sœur aînée étaient déportées, elle trouvera ensuite refuge chez la comédienne Hélène Duc dans le Paris de Saint-Germain des Prés. Juliette Gréco jouera des petits rôles à la Comédie Française mais fréquente surtout les cafés à la mode où elle rencontrera les auteurs Raymond Queneau, Sartre ou encore Albert Camus. Mais c’est surtout parce qu’elle se produit sur la scène des cabarets jazz qu’elle va devenir en 1949 l’égérie de poètes comme Boris Vian et Jacques Prévert dont les poèmes seront mis en musique par le compositeur Joseph Kosma. Dans une époque où la mixité est encore mal vue, elle se met en couple avec le trompettiste noir américain Miles Davis.

MilesJuliette

En 1951, Juliette Gréco enregistre son premier album baptisé Je suis comme je suis, véritable manifeste féministe qui reçoit notamment le prix de la SACEM pour le titre Je hais les dimanches composé par Charles Aznavour. Alternant ses carrières musicales et cinématographiques, elle chantera en 1954 à l’Olympia et en 1961 sur la scène de Bobino. Elle a séduit de nouveaux compositeurs comme Guy Béart, Léo Ferré mais surtout Serge Gainsbourg dont elle interprétera la célèbre chanson La javanaise.

Toujours plus provocatrice, elle chantera en 1968 Déshabillez-moi qui sera un de ses plus grands succès. C’est à cette époque qu’elle se met en couple avec Gérard Jouannest, le pianiste de Jacques Brel, qui reste le chanteur le plus impressionnant pour elle.

Le blog Déclic Musique souhaitait rendre hommage à cette infatigable artiste qui n’arrêtera jamais la scène jusqu’à sa tournée d’adieux en 2016 accompagnée de son mari.

La chanson du lundi : Voodoo Child / Jimi Hendrix

21 Sep

Pour commémorer les 50 ans de la mort de Jimi Hendrix, le blog Déclic Musique souhaitait rendre hommage au plus grand des Guitar Hero avec ce titre qui résonne comme une introspection spirituelle.

Certainement l’un des titres les plus mystiques jamais composé ! Cette chanson va encore bien plus loin que le psychédélisme auquel nous avait habitué le fulgurant Hendrix. La beauté de ce morceau réside dans l’alchimie entre les paroles et les riffs et autres volutes de sa guitare. Comme à son habitude, cet orfèvre utilise différents effets sonores, de la pédale wah-wah à la saturation en passant par la réverbération et le son panoramique de sa Fender Stratocaster blanche.

Il existe de nombreuses versions live de Voodoo Child (Slight Return) son vrai titre, dont certaines durent plus de 15 minutes, comme le titre Voodoo Chile qui contient les mêmes paroles et dont les deux chansons sont extraites du même album Electric Ladyland.

Jimi Hendrix n’aimait pas sa voix et il considérait que c’était sa musique et surtout sa guitare qui devaient faire passer l’émotion et le message qu’il souhaitait exprimer. Tout comme sa façon de s’habiller qui faisait référence au mouvement pacifique hippie et à la contre-culture américaine de l’époque. Fervent opposant à la guerre du Vietnam et luttant contre la ségrégation raciale, il considérait cette chanson comme l’hymne du mouvement Black Panthers.

 

On vous conseille vivement de visionner le documentaire sur Jimi Hendrix produit par Arte (nouvelle fenêtre) et de retrouver son oeuvre à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

 

La sélection musicMe de la rentrée 2020

18 Sep

Voici 10 albums, retenus de cet été bienfaisant malgré tout, en jazz, classique, pop et chanson française.

Zara McFarlane

Zara McFarlane Songs of an unknown tongue 
4e album de la chanteuse londonienne formée au jazz et qui se rapproche de plus en plus de la Jamaïque de sa famille, de la soul, et de l’électro.

Daniel Humair
Daniel Humair 1291

Rencontre au sommet ! Après s’être croisés à maintes reprises lors de leurs carrières internationales, 3 grosses pointures suisses enregistrent un album ensemble, focalisant leur point commun hors le jazz : la Suisse, dont 1291 est la date de naissance.

Brad Mehldau
Brad Mehldau Suite : avril 2020

12 solos inspirés de la vie bousculée, révolutionnée, chamboulée dans toutes nos habitudes par le covid 19. Le moment d’une méditation magnifique, musicale ici, pour le pianiste de jazz connu bien au-delà des frontières de son pays.

Madame Monsieur
Madame Monsieur TandemLe duo, ainsi que couple et de plus heureux nouveaux parents, ont conçu cet album en collaboration avec des chanteurs de styles divers, mêlant habilement rap et variété. Les écritures sensibles et savoureuses se sont multipliées au point de transformer l’album en double, avec 25 chansons.

De Beart a Bearts
Guy Béart De Béart à Béart(s)

Ses filles ont rassemblé des artistes qui donnent une couleur particulière aux chansons de cette pointure de la chanson française. Une réussite.

Thibault Cauvin
Thibault Cauvin Thibault Cauvin joue Leo Brouwer 

Ces études nombreuses et variées, connues des élèves guitaristes, sont interprétées par le virtuose de la guitare classique que je vous convie à écouter sans délai.

Sophie Hunger
Sophie Hunger Halluzinationen

Suissesse quadrilingue qui vit à Berlin, on dirait que tous les styles lui réussissent, plus ou moins pop ou folk ou jazz ou electro et elle n’en finit pas de chercher des nouvelles sonorités, y compris à sa voix, qui semble dans son dernier album au naturel, presque sourde, voire plate, ce qui en fait tout l’intérêt par rapport à ses capacités exposées dans ses albums précédents.

Jehnny Beth
Jehnny Beth To love is to live

La mort de son maître à penser David Bowie a fait prendre conscience à la chanteuse du groupe Savages de sa propre mortalité, et de l’importance de suivre son chemin sans remettre à plus tard, d’où ce premier album solo de la française, d’une grande richesse.

Neev
Neev Philosotry

1er album solo pour ce jeune européen de Cascais (Portugal !) au son abouti, décidé à « suivre la musique là où elle le mène » selon ses propres mots, recette qui lui réussit depuis longtemps déjà, puisqu’il est autodidacte.

Alors bonne rentrée encore à tous, en vous connectant, avec vos identifiants, à La Médiathèque en ligne pour écouter votre musique! 

La chanson du lundi: Marie-Jeanne / Joe Dassin

14 Sep

Il y a quarante ans, nous quittait le charismatique Joe Dassin. Nous revenons sur une des chansons les plus atypiques qu’il ait interprétée.

En 1967, Joe Dassin chante Marie-Jeanne, sordide chanson qui raconte la triste fin de cette jeune femme qu’un drame a poussé au suicide. 

Initialement interprétée par Bobby Gentry (nouvelle fenêtre), en 1967 sous le titre Ode to Billie Joe (nouvelle fenêtre), Joe Dassin la traduit et l’adapte (Billie Joe devient Marie-Jeanne) rapidement en gardant le même arrangement musical, très sobre et dépouillé : une guitare sèche et quelques cordes qui s’en mêlent pour souligner le caractère dramatique de cette sombre histoire.

Le récit troublant de l’histoire de Marie-Jeanne met en cause celui qui la raconte. Le détachement  d’une famille attablée qui devise tour à tour des travaux de la ferme et du comportement étrange de cette pauvre fille est d’une lourdeur pesante, et la guitare aux accords lancinants accentue le poids des émotions. Une interprétation grave et touchante comme la voix de Joe Dassin qui descend dramatiquement sur la fin des couplets quand les mots »…Marie Jeanne s’est jetée du pont de la Garonne » résonnent.  

Vous pouvez retrouver la chanson Marie-Jeanne et beaucoup d’autres chansons de Joe Dassin sur la plateforme de notre partenaire MusicMe, en vous connectant avec vos identifiants sur le site de La Médiathèque de Levallois: 

La version de Joe Dassin, 1967:

Benjamin Biolay, passe son Grand Prix à la vitesse supérieure.

11 Sep

Controversé Benjamin Biolay, 47 ans, déchaîne les passions. Cela tient à sa personnalité plus qu’à son travail. Cet électron libre issu de la classe ouvrière lyonnaise, très  doué pour la musique, a claqué jeune la porte de ses parents pour monter à Paris.

Il se traînera longtemps une image de dandy intello incompris et hautain et se verra durablement associé à la nouvelle vague de la chanson française. Ce statut se renforcera à la faveur de son duo avec la chanteuse Keren Ann avec lequel il triomphera dans l’album interprété par Henri Salvador, Chambre avec vue (nouvelle fenêtre).  Son mode de vie attire l’attention médiatique, ainsi que son œuvre personnelle, il recevra un accueil positif pour l’émouvante pop aux relents jazzy de son premier album Rose Kennedy et les enluminures folk de son successeur Négatif (nouvelle fenêtre) qui proposera un angle plus douloureusement introspectif, Puis A l’origine , à la mélancolie sourde, hymne manifeste à un certain Serge Gainsbourg, son propre refrain « Qu’est-ce que ça peut foutre / Qu’est-ce que ça peut faire (nouvelle fenêtre) » 

Paradoxalement, le brutal renvoi de sa maison de disques d’alors le fera entrer dans une fièvre créatrice, qui se retranscrira  fin 2009 sur le majestueux double album La Superbe (nouvelle fenêtre), qui réussira l’exploit de remettre Benjamin Biolay en selle sur les plans critiques comme commerciaux.

Ainsi, en vingt-deux chansons aériennes, balayant un spectre sonore phénoménal alternant confessions et fulgurances rock, entre arrangements de cordes efficaces et rythmiques variées cet opus salvateur s’écoulera à plus de deux cent mille exemplaires et vaudra début 2010 à son auteur une prestigieuse Victoire de la Musique en tant qu’Artiste Interprète Masculin de l’année. Belle façon pour lui de clôre le chapitre d’une première décennie d’activité mouvementée, avant d’entamer la suivante sous de meilleurs auspices.

pochette biolay grand prix

C’est dans un contexte national particulier que paraît Grand prix (nouvelle fenêtre), neuvième album en son seul nom, qui jette une lumière nouvelle sur son approche intimiste. Tout le  monde ayant eu dans un coin de son oreille l’un de ses titres radiophoniques-phares à la fin du confinement (qui a aussi plus de 1,6 million de vues sur YouTube) Comment est ta peine ? (nouvelle fenêtre) Cet album nourri d’une fascination d’enfance de l’artiste pour la formule 1, marque son retour trois ans après Volver (nouvelle fenêtre), deuxième volet de ses aventures argentines. Le premier étant  Palermo Hollywood (nouvelle fenêtre)  à la production savamment élaborée et à la spontanéité chaleureuse des musiques latino-américaines. Un retour dans le circuit qu’il ne faut surtout pas manquer.

L’on y retrouve les errements sentimentaux de son auteur,  motivés par une rupture ou la crainte de la mort. Scandés non plus par la voix murmurée de ses premiers albums, mais une voix plus touchante et plus affirmée, rocailleuse qui ajoute à son charme le rendant plus convaincant. Il nous offre un album charnu et généreux qui impressionne par sa musicalité souple. Plus rock qu’à l’accoutumée, réminiscence de la pop anglaise qui a rythmé son adolescence. Alors qu’il écoutait les Smiths ou les Happy Mondays.

Le concept album autour de la course automobile, Grand prix  (nouvelle fenêtre) dresse un parallèle entre les vies des pilotes et celle du chanteur. Comme eux, Benjamin Biolay a sacrifié sa vie à son art. Perte de l’être aimé, affres de la paternité, mélancolie tenace face au temps qui passe lui ont soufflé ses plus belles chansons à ce jour. Par exemple Ma route, à la tonalité très autobiographique.

benjamin-biolay-f1

Il est accompagné sur scène par le multi-instrumentiste Pierre Jaconelli, fidèle complice de longue date et coréalisateur du disque, et parvient à sublimer la diversité déjà à l’œuvre sur ses précédents albums tout en approfondissant encore d’un cran sa quête d’éclectisme . Il apporte une incroyable diversité à son œuvre en passant d’un hommage à Charles Trenet (nouvelle fenêtre), avec la chanson du faussaire,  aux relents latinos comme on l’a vu précédemment, et aux sonorités du cloud rap dans hypertranquille, à la pop française dans Souviens-Toi L’Été Dernier, qui scelle ses retrouvailles avec Keren Ann sur un groove ouaté et contagieux avant que l’album ne s’achève sur la rêverie nostalgique qui nimbe Interlagos (Saudade), en forme d’émouvant bilan mesurant le nombre comme la valeur des années passées.

La pop anglaise (encore elle) moderne, simultanément sensible et remuante, notamment sur Prenons Le Large (nouvelle fenêtre) ou la basse follement expressive de Marlène Déconne (nouvelle fenêtre), rien ne nous avait franchement préparés à la claque assénée par le monumental Papillon Noir, dont l’introduction sidérante semble bien être la digne héritière de celle du Regret des légendaires New Order, plaquant ses guitares sur un motif synthétique hypnotique et obsédant.

Si Benjamin Biolay dédie ce disque au Brésilien Ayrton Senna, ainsi qu’aux Français Anthoine Hubert et Jules Bianchi, trois pilotes tragiquement décédés en ayant tout sacrifiés à leurs rêves, c’est moins par volonté de tracer un parallèle entre son statut personnel d’artiste et le leur, que pour se donner l’occasion de mesurer la valeur d’une existence tournée vers une passion si dévorante qu’elle hypothèque cruellement tout le reste.

Pour en savoir davantage au sujet de l’artiste, je vous conseille fortement d’écouter le podcast le Gôut de M proposé par M le magazine du Monde (nouvelle fenêtre) qui lui est consacré et qui s’intitule Penser à l’héritage que l’on va laisser est le meilleur moyen de rater sa vie.

Et si vous voulez l’entendre en live, il débute une tournée dans toute la France du 21 octobre 2020 au 12 octobre 2021.

Retrouvez Benjamin Biolay à l’espace Image et Son ainsi que sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Hommage à Annie Cordy

9 Sep

La chanteuse belge mais française de cœur est décédé à l’âge de 92 ans.

Pour la plupart des gens, Annie Cordy, est la chanteuse rigolote des titres La bonne du curé, Tata Yoyo ou encore Cho Ka Ka O. Mais Léonie Cooreman de son vrai nom était avant tout une artiste complète dont la carrière débute déjà à la fin des années 40. Elle chante les standards américains et devient meneuse de revue dans différents cabarets en Belgique et en France dont le Lido en 1950.

Devenue Annie Cordy, elle se donne en spectacle dans des opérettes ou des comédies musicales avec les plus grands noms de la scène française tels que Luis Mariano ou Bourvil. En 1953, elle entame sa carrière parallèle d’actrice avec le Maître Sacha Guitry, carrière qui se terminera en 2015 avec Jean-Paul Rouve.

Partager de la joie et de la bonne humeur était son crédo. Annie Cordy a enregistré plus de 700 chansons et donné plus de 10 000 représentations sur scène ou à la télévision durant lesquelles elle a interprété plus de 2000 chansons.

Le blog Déclic Musique a choisi de lui rendre hommage avec le titre Tata Yoyo, qui représente bien tout ce qu’était et aimait Annie Cordy.

Les concerts de la rentrée 2020 Salle Ravel

7 Sep

C’est à partir d’aujourd’hui 9h30 que vous pouvez réserver vos places pour les spectacles et concerts de septembre à octobre qui auront lieu dans la Salle Ravel du Conservatoire de Levallois.

Le blog Déclic Musique vous présente sa sélection de concerts jusqu’à fin janvier 2021 et vous allez constater que l’on va recevoir du beau monde à Levallois.

On commence avec le talentueux Renan Luce qui viendra le samedi 3 octobre avec un véritable orchestre. Violons, violoncelles, flûtes et autres instruments à vents animeront les chansons de ce jeune compositeur qui mérite la comparaison avec ses aînés que sont Brel ou Bécaud.

Retenez bien la date du 9 octobre pour assister à un moment rare avec Monsieur Stephan Eicher. À contre-courant des productions de l’industrie musicale actuelle, le dandy suisse aux multiples influences viendra nous présenter ses Homeless Songs. Une errance en musique dans l’univers coloré d’un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes contemporains.

Retombez en enfance le vendredi 6 novembre avec Aldebert et son concert dessiné baptisé Enfantillages. Accompagné de deux musiciens et d’un dessinateur, Aldebert sera entouré des personnages qui illustrent ses chansons, à la plus grande joie des parents mais surtout des enfants.

On ne va pas vous mentir, Mozart n’était pas disponible donc c’est le chœur d’enfants et le jeune chœur d’Ile de France qui viennent interpréter La flûte enchantée le 16 novembre et le fameux Requiem le 18 novembre.

Terminons avec le grand retour d’Olivia Ruiz qui nous plonge dans l’univers de ses racines espagnoles, en créant un spectacle musical de retrouvailles virtuelles avec ses grands-parents sur leur terre et dans leur langue d’origine.

Vous pourrez également réserver des places pour de la musique classique avec Opera Fuoco, du flamenco avec Once, du rock avec Laura Cox, le Levallois Jazz Sextet rendra hommage à Stevie Wonder, l’Orchestre d’harmonie de Levallois se consacrera à la musique des films américains des années 40 à 60 et pour finir, dans le cadre des musicales, un quintet interprétera des oeuvres de cinq compositeurs espagnols du début du 20ème siècle.

En attendant de les voir sur la scène de la Salle Ravel, vous pouvez retrouver ces musiciens sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre) et dés le 15 septembre 2020 à l’espace Image et Son de la médiathèque Albert Camus provisoire située à l’angle des rues Paul Vaillant Couturier et Anatole France.

Salle Ravel du Conservatoire de Levallois, 33 rue Gabriel Péri 92300 Levallois.

Renseignements au 0147157676 et sur le site ville-levallois.fr (nouvelle fenêtre).

Les lauréats des MTV Video Music Awards 2020

4 Sep

Malgré la pandémie du Coronavirus, les musiciens et chanteur-chanteuses américains se sont retrouvés à New-York pour recevoir leurs récompenses.

Tel le célèbre bal de fin d’étude aux États-Unis, le gotha de la musique utilise la vitrine des MTV Awards pour faire sa promotion. Et tous les moyens sont bons, des tenues extravagantes aux coiffures décoiffantes en passant par les accessoires les plus improbables, les stars de la musique sont là pour faire le show.

Et la grande gagnante à ce petit jeu est bien évidemment Lady Gaga, qui a non seulement raflé les prix tant convoités de Artiste et Chanson de l’année mais également Meilleure collaboration ainsi que Meilleure photographie pour la vidéo de Rain On Me, son duo avec Ariana Grande. Mais le plus beau est le prix TriCon Award qui salue son engagement artistique et philanthropique. La star a changé plusieurs fois de tenues et nous a présenté une sémillante collection de masques. À noter qu’elle en portait un avec sa consoeur pour interpréter leur chanson. Un signe de respect envers les autres selon elle.

L’artiste masculin de la soirée a été The Weeknd qui décroche le graal de LA Meilleure vidéo de l’année avec Blinding Lights. Il a interprété ce titre durant la cérémonie avec une mise en image qui n’avait rien a envier au clip original, tourné dans les lumières de Las Vegas.

Le groupe qui n’en finit plus de tout décrocher sont les coréens de BTS, Meilleur groupe, Meilleures vidéos dans différentes catégories et surtout la consécration de ce qui est déjà leur marque de fabrique, Meilleure chorégraphie. La K-Pop a définitivement conquis les USA.

La révélation de l’année est une chanteuse, Dojo Cat, qui a notamment participé à la Bande-Originale du film Birds of Prey et qui a interprété ses deux derniers succès Say So et Like That.

Citons les autres lauréats, Megan Thee Stallion, H.E.R., Maluma, Taylor Swift, Dua Lipa, Coldplay, CNCO, Machine Gun Kelly et pour finir Miley Cyrus qui a reçu deux Awards pour sa chanson Mother’s Daughter, mais bizarrement elle a interprété le titre Midnight Sky, on vous laisse chercher pourquoi.

Les chansons du lundi de la rentrée : Scarlet et Criss Cross / The Rolling Stones

31 Août

On avait passé le confinement avec leur titre Living in a Ghost Town (nouvelle fenêtre), voilà que l’on a passé l’été avec leurs inédits dont le titre Scarlet ressorti d’un carton datant des années 70.

Les Rolling Stones sont décidément incontournables, même après bientôt 60 ans de carrière, souvenez-vous c’était en 1962. Déjà devenus icônes du Rock, ils sortent le 31 août 1973 l’album Goats Head Soup avec cette pochette provocatrice, la tête et la chevelure de Mick Jagger servant de pubis à un corps de femme. Il contient le cultissime titre Angie, chanson inspirée par l’amour que porte Mick Jagger à la femme de son ami David Bowie mais Keith Richards affirme de son côté qu’il a composé cette chanson lors de sa cure de désintoxication en Suisse à Vevey pour sa fille dont il se trouvait séparé.

Goats-head-soup

La réédition de cet album s’accompagne de la présentation de trois inédits intitulés Scarlet, All the Rage et Criss Cross.

Scarlet est un titre composé par Jagger et Richards sur lequel est invité le légendaire guitariste de Led Zeppelin Monsieur Jimmy Page. Là aussi deux versions se confrontent. Pour les Stones, les deux groupes se trouvaient dans le même studio, celui de Ronnie Wood qui n’était pas encore membre officiel du groupe, et Jimmy Page a décidé de rester après sa session d’enregistrement. Ils ont alors joué ensemble et cela a donné la chanson Scarlet. Mais selon le guitariste, se sont les Rolling Stones qui l’ont invité à jouer sur ce morceau dont il revendique être à l’origine du solo de guitare. La ligne de basse étant également assurée par un autre invité, Ric Grech. Qu’importe, cela n’a pas été la seule collaboration entre Page et les Stones pour notre plus grand bonheur.

L’autre inédit mis en avant cet été s’intitule Criss Cross. Il a été réarrangé pendant le confinement. Le clip réalisé par Diana Kunst, qui a notamment collaboré avec Madonna, est un road movie estival d’une charmante jeune femme que l’on qualifiera de bien dans son corps. Je vous laisse juger par vous même et surtout ne rater pas le clin d’œil aux Stones, outre les tirages de langue, vers 4 minutes 30. It’s Only Rock’n’Roll !

Retrouvez The Rolling Stones sur le site de La Médiathèque de Levallois avec notre partenaire musicMe (nouvelle fenêtre).

 

%d blogueurs aiment cette page :