La chanson du lundi : le groupe de rock français La Femme

10 Mai

Leur dernier album Paradigmes (nouvelle fenêtre) vient de sortir en 2021 et il est disponible à La Médiathèque.

Pour présenter leurs titres, le groupe a filmé une fausse émission de TV :

Vous pouvez également emprunter l’album Mystère (nouvelle fenêtre) sorti en 2016 ou encore Psycho tropical Berlin (nouvelle fenêtre) sorti en 2010.

Le groupe (nouvelle fenêtre) originaire de Biarritz a commencé en 2010. À cette époque, la chanteuse Clara Luciani (nouvelle fenêtre) a enregistré des chansons avec le groupe et les a accompagnés en tournée.

La Femme dont les deux membres fondateur sont Marlon Magnée et Sacha Got a reçu le prix : Album révélation de l’année aux Victoires de la musique en 2014.

Leur musique a des influences : surf, new wave, punk rock, psychédélique et électro.

Ils aiment mélanger les codes anciens et nouveaux, comme par exemple des cuivres teintés années 30 avec des voix robotiques ou encore des sons des années 70. Sur certains titres comme Antitaxi ou le Blues de Françoise, les musiciens jouent sur un instrument électronique datant des années 20 : le Thérémine (nouvelle fenêtre).

Coté look, ils revendiquent un style sixties, dandy ou même zazou . Et leur icônes vont d’Andy Warhol à Michael Jackson en passant par Lou Reed et Oscar Wilde.

Voici le lien pour accéder au concert diffusé sur ARTE à l’occasion de la sortie leur dernier album :

https://www.arte.tv/fr/videos/087074-006-A/la-femme-en-release-party/

Bonne écoute !

Des nouveautés dans votre espace musique

7 Mai

Nous vous proposons ce mois ci de (re)découvrir quatre nouveaux albums en  » musique du monde » dans votre Médiathèque ou sur musicMe (nouvelle fenêtre) .

Direction l’océan indien, les Caraïbes et le Mali.

Partons pour l’ île de la Réunion, avec la chanteuse Gwendoline Absalon (nouvelle fenêtre) et son 2ème album Vangasay.

Elle chante en créole et comme le vangasay qui est un fruit, sa voix soigne et fait du bien. Sa musique est teintée de soul et de jazz.

Tout proche, allons à L’île Maurice avec la compilation : Moris Zekler Fuzz & Soul Sega from 70’s Mauritius (nouvelle fenêtre) à emprunter ou à écouter avec musicMe (nouvelle fenêtre). Le volume II (nouvelle fenêtre) est également disponible.

L’album met à l’honneur le son séga qui est une musique qui mèle des sonorités d’Afrique, de salsa et de Calypso.

Des morceaux funk, soul et rock des années 70 .

Embarquons pour la Martinique et l’afrique, avec David Walters (nouvelle fenêtre) et l’album Nocturne (nouvelle fenêtre)

L’album est une sélection de chansons en acoustique où le chanteur s’entoure du violoncelliste Vincent Segal, de Roger Raspail aux percussions et de Ballaké Sissoko à la Kora.

Enfin rendons nous au Mali avec l’album Djourou (nouvelle fenêtre) de Balaké Sissoko. Dans cet album, on retrouve Oxmo Puccino (nouvelle fenêtre) ou Camille (nouvelle fenêtre) .

Bonne écoute !

La chanson du lundi : More Fun Before War / Marquis

3 Mai

Marquis de Sade est mort, Vive Marquis !

Alors que l’écriture du nouvel album de Marquis de Sade était achevée après 35 années d’attente, le chanteur Philippe Pascal mettait fin à ses jours. Ses deux compagnons depuis 1977, Frank Darcel et Christian Dargelos, avec le soutien de la scène rennaise, ont décidé de mener ce projet de disque à son terme. Mais pour cela, il leur fallait trouver un chanteur. Ils rencontrent un jeune chanteur flamand, Simon Mahieu, qui, lui, n’avait jamais entendu parlé de Marquis de Sade (nouvelle fenêtre). Il est la touche de renouveau et de fraîcheur dans l’ambiance pesante des compositions du groupe. Pour l’anecdote, Simon commence à enregistrer avec les musiciens puis se met à chercher des informations sur leur histoire et découvre alors l’importance qu’a pu avoir Marquis de Sade sur la scène Rock française et  l’aura dont bénéficient toujours aujourd’hui ceux qu’il considère comme les Joy Division français.

Aurora marquis

Les musiciens décident de former un nouveau groupe tout en gardant un lien avec leur passé, ils seront donc désormais Marquis. Malgré les textes désenchantés et cette musique à la fois sombre mais électrique, l’album est baptisé Aurora pour garder l’espoir en cette renaissance musicale, frappée par la double tragédie des décès de Philippe Pascal et de Dominique Sonic qui avait, lui aussi, activement participé à la composition du disque.

L’album a été enregistré entre Paris et New-York avec la complicité d’Étienne Daho. Le groupe s’est installé en résidence en Normandie pour tester les titres et préparer son retour sur scène. En attendant ce moment, le blog Déclic Musique vous propose d’écouter cet extrait de leur nouveau disque avec un clip à l’image inchangée du mythe.

Retrouvez Marquis et Marquis de Sade sur le site de La Médiathèque de Levallois (nouvelle fenêtre).

Une cérémonie des Oscars 2021 musicale

30 Avr

La musique a été mise plusieurs fois à l’honneur lors de la cérémonie des Oscars 2021 et il y a un Français parmi les lauréats.

Soyons donc pour une fois chauvins et commençons avec l’Oscar du meilleur son attribué au Français Nicolas Becker pour le film Sound of Metal. Il retrace l’histoire vraie d’un batteur de rock qui devient sourd. Nicolas Becker est ingénieur du son et il a réussi par un travail titanesque, à reproduire l’effet de la perte d’audition du musicien. Cela crée un environnement sonore très déconcertant pour le spectateur qui passe par différentes phases, d’un rock violent à des sons sourds et ouatés jusqu’au monde du silence, peut-être le plus assourdissant. Pour capter les sons, il a utilisé une dizaine de micros différents, dont un venant de l’industrie pétrolière et un autre étanche pour enregistrer des sons émis par l’acteur pendant qu’il immergeait sa tête sous l’eau. Des logiciels informatiques ont reproduit certains sons dont celui de l’implant défectueux dont est affublé l’acteur. Cette récompense vient couronner un véritable travail de recherches sonores et d’utilisations d’équipements qui permettent aux spectateurs de vivre une véritable expérience sensorielle. Nicolas Becker est également le co-compositeur de la bande originale du film.

Et puisque l’on parle de BO, c’est celle du film d’animation Soul qui a remporté l’Oscar de la catégorie. Elle a été composée par le duo Trent Reznor et Atticus Ross, membres du groupe Nine Inch Nails. Ils démontrent qu’ils sont aussi à l’aise dans l’univers Jazz de ce film que dans leur groupe de Metal–Indus. À noter que les deux compères étaient également en compétition pour la bande-originale du film Mank. Le film Soul met en scène un professeur de musique new-yorkais qui souhaite jouer avec les plus grands musiciens de Jazz. D’après son coréalisateur, Pete Docter, ce film a commencé « comme une lettre d’amour au Jazz mais nous n’avions aucune idée de ce que le Jazz nous apprendrait de la vie. Un musicien de Jazz peut transformer tout ce qui nous arrive en quelque chose de valeur et de beau ».

Terminons avec l’Oscar de La meilleure chanson originale et c’est la chanteuse H.E.R. qui le décroche avec son titre Fight for You, chanson extraite du film Judas and the Black Messiah. À la surprise générale, elle a devancé Laura Pausini qui avait déjà gagné un Golden Globes avec son titre Lo Si (Seen). C’est la consécration pour H.E.R. après son Grammy Award pour la chanson I Can’t Breathe.

La chanson du lundi : Nougayork / Claude Nougaro

26 Avr

Sorti en 1987, l’album Nougayork a relancé la carrière du chanteur de jazz Claude Nougaro, couronnée en 1988 par les « Victoires de la musique » du « meilleur album » et du meilleur « artiste interprète masculin de l’année ». Retour sur la naissance de ce succès et de la chanson Nougayork, éponyme de l’album.

Claude Nougaro

Dans les années 1980, Claude Nougaro ne connait pas le succès attendu avec son album Bleu Blanc Blues. Sa maison de disque décide alors de rompre le contrat qui le lie avec l’artiste. Le chanteur auteur-compositeur a déjà une belle carrière derrière lui, apprécié pour la poésie de ses textes et la musicalité des mots, aimant jouer avec la langue française, chantant avec son accent toulousain rocailleux qui fait frissonner son auditoire !

Pour trouver l’inspiration et sur les conseils de son producteur et ami Mick Lanaro, Claude Nougaro part à New-York en 1987. Il y rencontre Philippe Saisse (nouvelle fenêtre), compositeur, musicien et producteur, qui a déjà composé pour Al Jarreau, David Bowie, Les Stones… Nougaro et Saisse se mettent tout de suite au travail, Nougaro a déjà écrit les premiers vers de la chanson Nougayork. Texte jeté en quelques minutes sur le papier :

Dès l’aérogare / J’ai senti le choc / Un souffle barbare / Un remous hard-rock

Retrouvez Nougayork à La Médiathèque de Levallois en version CD audio ou en numérique.

Nougayork (voir l’article Ici Nougayork de Sébastien Vaissière sur Boudulemag.com- nouvelle fenêtre) voit le jour dans un contexte particulier : New-York est empreint d’autres musiques comme le rock et la pop, le funk. Le chanteur de jazz et de variété française s’approprie ces genres musicaux et donne naissance au sublime album ! La chanson Nougayork est pleine d’énergie avec cuivres, synthés, guitare électrique, au rythme rock-fun avec une pointe de jazz !

Dès sa sortie, l’album est au Top 50. De nombreux artistes de renom collaborent à cet album enregistré principalement à New-York : le guitariste Nile Rodgers, le bassiste Marcus Miller et le trompettiste Mark Egan…Philippe Saisse compose plusieurs titres de Nougayork en collaboration avec le producteur Mick Lanaro.

Trois albums animés sur la musique en section jeunesse

23 Avr

La maison d’édition Auzou a édité trois magnifiques livres animés qui contiennent en plus des extraits musicaux des œuvres présentées. Une magnifique façon de faire découvrir la musique classique aux plus petits.

les-plus-grands-airs-de-musique-classique (1)

Commençons avec celui qui présente Les plus grands airs de musique classique (nouvelle fenêtre). Six morceaux de musique sont mis à l’honneur. Il s’agit des Quatre saisons de Vivaldi, la Marche turque de Mozart, la Cinquième symphonie de Beethoven, le Beau Danube bleu de Strauss, des Danses hongroises de Brahms et du Clair de Lune de Debussy. Chacune de ces œuvres est traitée sur une double page, la première est un texte sur le compositeur et la deuxième une scénette  réalisée en papier découpé illustrant la musique.

la-feerie-des-operas

Le deuxième livre s’intitule La féérie des opéras (nouvelle fenêtre) et sur le même principe, présente les six œuvres suivantes, la Flûte enchantée de Mozart, le Barbier de Séville de Rossini, l’Élixir d’amour de Donizetti, le Vaisseau fantôme de Wagner, la Traviata de Verdi et Carmen de Bizet.

les-plus-beaux-ballets

Le troisième de ces livres-théâtres concerne Les plus beaux ballets sonores (nouvelle fenêtre). Il ajoute à la musique classique l’univers merveilleux de la danse. On y retrouve les extraits sonores du Lac des cygnes de Tchaïkovski, Roméo et Juliette de Prokofiev, Coppélia de Saint-Léon, la Belle au bois dormant de Tchaïkovski, Don Quichotte de Minkus et Casse-Noisette de Tchaïkovski.

illustration auzou musique classiqueillustration carmen bizetillustration lac des cygnes

Ces trois livres sont sous la direction d’Élodie Fondacci, qui raconte pour les petits une histoire sur la musique classique chaque mercredi soir sur Radio Classique, mais chacun des ouvrages a sa propre illustratrice. Dans l’ordre de présentation, il s’agit de Lili la Baleine, Lucille Michieli et Gemma Roman. Les musiques ont été sélectionnées car elles sont les morceaux les plus célèbres de leurs compositeurs et constituent la culture de base en matière de musique classique. Les enfants ont souvent déjà entendu ces musiques et cela permet à leurs parents d’expliquer qui en est le compositeur et de leur donner le titre de l’œuvre auxquelles elle appartiennent.

Le blog Déclic Musique vous propose d’emprunter ces trois superbes livres animés disponibles dans les sections jeunesse et de redécouvrir ces compositions à l’espace Image et Son ou sur le site de La Médiathèque de Levallois avec musicMe (nouvelle fenêtre).

La chanson du lundi : Interstellaire / Mylène Farmer

19 Avr

L’astronaute Thomas Pesquet va prendre le commandement de la station spatiale internationale ce jeudi 22 avril 2021.

Thomas Pesquet est le premier Français a avoir cette responsabilité au sein de l’ISS. C’est une nouvelle étape dans la carrière de cet homme dont l’ambition est d’aller installer une station sur la lune. Espérons qu’il trouvera le temps d’y jouer de son saxophone comme lors de sa première mission et d’avoir une collaboration musicale comme avec le compositeur français Yuksek. Les images de la Terre filmées par l’astronaute avait servi de clip au titre Live Alone (nouvelle fenêtre).

Concernant le choix de cette chanson du lundi, c’est bien sûr un clin d’œil à cette formidable aventure spatiale avec un titre de la plus importante chanteuse francophone, Mylène Farmer. Interstellaire est non seulement une chanson, mais c’est également l’intitulé de son dixième album et c’est avec ce titre qu’elle débute sa dernière tournée en 2019.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Mylène Farmer n’a pas composé cette chanson en pensant au film Interstellar de Xavier Nolan même si elle reconnait l’avoir apprécié. Elle a déclaré à propos de sa chanson Interstellaire avoir voulu composer un texte sur l’idée de l’immensité et de l’insondable, ce qui l’intéresse particulièrement. La vidéo de ce clip est celle projetée au début des concerts de 2019. Elle a été réalisée par le studio ArtWorks dirigé par Lazslo Zsolt Bordos. On peut y trouver une référence au film Blade Runner de Ridley Scott. La musique est de Martin Kierszenbaum, avec qui elle a déjà collaboré sur de précédents albums.

Le blog Déclic Musique souhaite par ce billet un bon vol à Thomas Pesquet (nouvelle fenêtre) et le remercie de nous faire rêver en intégrant la musique à cette formidable épopée.

Ma sélection musicMe d’avril 2021

16 Avr

La sélection des nouveautés du mois d’avril est arrivée ! À écouter sur le site en renseignant vos identifiants de La Médiathèque de Levallois ou sur l’appli musicMe (nouvelle fenêtre).

Valerie June (nouvelle fenêtre) est une chanteuse américaine, auteur-compositeur et multi-instrumentiste de Memphis, Tennessee, aux États-Unis.  Sa musique fusionne le folk, la soul, le blues transcendantal, le gospel, et le bluegrass. 

Son nouvel  album The Moon And Stars: Prescriptions For Dreamers (nouvelle fenêtre) est ambitieux ; on est envoûté par sa voix et son sens de l’émerveillement est contagieux. Flûte, banjo, mellotron, saxophone, et synthé accompagnent de manière sophistiquée et bucolique l’élégante prêtresse.

Michel Portal (nouvelle fenêtre) est un compositeur et musicien français éclectique, singulier et atypique, son domaine de prédilection est d’être clarinettiste-saxophoniste de jazz mais il est également interprète de musique classique. Il compose aussi des bandes originales de films (multi-césarisés) et de téléfilms.

Après un silence discographique de dix années, le musicien aux multiples facettes sort le 5 mars 2021 avec Label Bleu son nouvel album en quintet intergénérationnel (Bojan Z au piano, Bruno Chevillon à la contrebasse, Lander Gyselinck à la batterie et Nils Wogram au trombone) MP85 (nouvelle fenêtre), MP comme les initiales de Michel Portal et 85 pour son âge. Un disque de jazz vivifiant, plein de joie, de poésie et de romantisme.

Puscifer (nouvelle fenêtre) est le projet de Maynard James Keenan (chanteur de Tool et A Perfect Circle). 

Pour lui, Puscifer est « un simple terrain de jeu pour les diverses voix dans sa tête, un espace sans objectif clair ». Les premières apparitions du groupe d’électro-rock sont parodiques frisant le délire potache.

All Re-Mixed Up (nouvelle fenêtre) est un album de remix publié le 27 août 2013 dans lequel il réinvente tout le concept d’un album de remix avec une réimagination piste par piste.

Si vous aimez la signature musicale du groupe découvrez aussi leur dernier album sorti en octobre 2020 Existential Reckonin (nouvelle fenêtre), plus sombre aux sonorités pop electro et débarrassé des influences rock du passé .

The Notorious B.I.G. (nouvelle fenêtre) de son vrai nom Christopher George Latore Wallace (1972 New York – 1997 Los Angeles) est souvent considéré comme étant l’un des plus grands rappeurs de tous les temps.

Music Inspired By Biggie: I Got A Story To Tell, également le titre du documentaire consacré à l’artiste, regroupe différents titres des albums de Biggie y compris ceux posthumes. Les musiques faites de nombreux samples issus de titres de Soul et de Funk ( Curtis Mayfield, James Brown, Isaac Hayes, The Ohio Players, The Jackson 5, The Isley Brothers) accompagnent sa voix profonde crachant la rage de vivre.

Derrière le nom de L’Impératrice (nouvelle fenêtre) se trouvent six musiciens qui compilent et mixent du jazz, du classique, du disco, du funk et de la pop.

Avec Tako Tsubo (nouvelle fetêtre) (expression japonaise signifiant “syndrome des cœurs brisés” : déformation du cœur dû à un trop-plein d’émotions, qu’elle soit une intense tristesse ou une joie sidérante) L’Impératrice propose un disque de rupture avec leur premier album Matahari. Le groupe aborde de nouveaux thèmes plus ancrés dans leur réalité avec une ambiance musicale pop lascive et chaleureuse.

Restez à l’écoute sur Déclic musique !

La chanson du lundi : Karimouche

12 Avr

Folies berbères (nouvelle fenêtre) est le troisième album de cette chanteuse au style si original.

La chanteuse avait précédemment sorti deux autres albums, Emballage d’origine (nouvelle fenêtre) en 2010 et Action (nouvelle fenêtre) en 2015. Le premier est en écoute sur musicMe (avec vos codes de La Médiathèque de Levallois).

L’artiste évolue dans des styles très différents qui vont de la chanson française style musette au rap ou au raggamuffin.

Karimouche (nouvelle fenêtre) cite d’ailleurs comme influences musicales, FréhelJacques Brel, Édith Piaf ou Léo Ferré. Mais aussi d’autres styles comme Missy ElliottBjörk ou FantazioPauline CrozeCamilleJava ou encore le groupe Nass El Ghiwane.

Dans son dernier album, elle mêle des instruments de la musique orientale dans son orchestration et manie l’humour et les faits de société dans ses textes. La chanson polluée par exemple dénonce l’influence parfois néfaste des réseaux sociaux.

Bonne écoute !

Je n’y étais pas…Le concert de François Lazarevitch

9 Avr

Vous êtes nombreux à n’avoir pas pu vous rendre au(x) concert(s) que vous aviez réservé(s) il y a quelques mois.

Surmontons nos déceptions en souhaitant revoir tous ces artistes sur scène et au plus vite..

En attendant, écoutons les à défaut de les voir jouer, chanter et nous faire vibrer.

Parlons donc de François Lazarévitch, flûtiste étonnant, découvert grâce à une mélomane adorée, et que j’avais écouté en boucle auparavant.

François Lazarevitch flûtiste mais aussi multi-instrumentiste, commence à souffler dans une flûte à bec à l’âge de cinq et pratique ensuite la cornemuse et de nombreux instruments à vent. Il est le fondateur de l’ensemble Les musiciens de Saint Julien (nouvelle fenêtre), dès 2006. il est diplômé des conservatoires de Paris (CNR et CNSM), de Bruxelles, Versailles, Toulouse.

Il communique sa passion de la musique ancienne et baroque et curieux de toutes les cultures musicales, il expérimente et adapte de nombreuses pièces musicales, redonne vie à des répertoires exhumés en les interprétant virtueusement. Ses albums remportent éloge sur éloge. On dit de lui et de la direction de son ensemble qu’il fait souffler un vent frais et nouveau sur la musique baroque.

Concert annulé. La frustration est telle que le présenter atténue légèrement le manque de musique vivante. Le concert devait avoir lieu le 8 mars au théâtre Grévin.

Au programme:

Georg Philipp Telemann : Fantaisies n°1, 3, 7, 8, 10, 12

Les 12 Fantaisies de Telemann sont un sommet du répertoire de flûte. Organisé par tonalités montant progressivement du ton de LA à celui de SOL, un cycle pour flûte seule d’une telle dimension ne connait pas d’équivalent.

Ayant chacune leur propre climat, ces fantaisies sont des miniatures qui enchaînent 3 ou 4 mouvements de même ton. Elles ont en commun la concision, la brièveté des formes et l’alternance rapide de leurs mouvements. À chaque instant Telemann tient l’auditeur en haleine en jouant sur les effets de contraste et de surprise par l’alternance de caractères et de tempi opposés. 

Les 12 Fantaisies sont un champ idéal de liberté et d’expression de l’imagination inépuisable de leur auteur, fervent acteur de la réunion des goûts allemand, italien, français et polonais. Le génie de Telemann couvre tous les genres, les styles nationaux et les styles d’écriture de son temps.

Les Musiciens de Saint-Julien

A consulter sans modération, sur notre site avec MusicMe partenaire de La Médiathèque de Levallois.

Jacob Van Eyck : Der Fluyten Lusthof.

Publié à Amsterdam au milieu du XVIIe siècle, Der Fluyten Lust Hof [Le Jardin des délices de la flûte] est un vaste corpus de variations pour flûte seule écrites sur les meilleurs « tubes » de la musique européenne d’alors (danses, airs et psaumes), empruntés à des compositeurs tels que Caccini, Dowland, Bull, Boyer, Moulinié, Gastoldi… L’auteur de cette véritable bible (le plus volumineux recueil jamais publié pour un même instrument) qui témoigne de l’invention et de la virtuosité des flûtistes au XVIIe siècle, est le hollandais Jacob van Eyck (v. 1590-1657). Aveugle de naissance c’est une personnalité fort remarquable et atypique : carillonneur de la cathédrale d’Utrecht, il devient progressivement responsable de l’ensemble des jeux de cloches de la ville qu’il dote de multiples perfectionnements et développements. Doué d’une ouïe hors du commun, on lui doit des avancées fondamentales dans la compréhension de l’acoustique et de l’accordage des cloches, science qui lui valut une réputation nationale et internationale et le mit en contact, notamment, avec Huygens et Descartes. Malgré ces occupations importantes ils trouva également le temps de jouer de la flûte en virtuose. Les interprétations de celui qu’on surnomma « L’Orphée d’Utrecht », attestées dès les années 1640, lui valurent de recevoir un salaire supplémentaire « pour divertir occasionnellement le soir les promeneurs dans le jardin de l’église St. Jans au son de sa petite flûte ». Salué tout autant pour sa maîtrise de la flûte à bec que de la flûte traversière, c’est vraisemblablement le répertoire développé dans ce contexte qu’il publie sous le titre de Der Fluyten Lust Hof, pour l’un et l’autre de ces instruments.
Sa haute maîtrise de ces deux mêmes types de flûtes, ainsi que son habileté hors pair à caractériser les œuvres de styles diversifiés permettent à François Lazarevitch d’apporter un éclairage nouveau et passionnant sur ce répertoire emblématique de la flûte ancienne, raisonnant aujourd’hui comme une célébration de l’Europe unifiée autour de ses musiques et de ses cultures.

© LES MUSICIENS DE SAINT-JULIEN, 2005-2021

A écouter pour découvrir l’artiste, ou pour le plasir. L’émission de France Musique « L’invité du jour » animée par Jean-Baptiste Urbain. Ce jour-là François Lazarévitch parlait de son avant dernier album « Queen’s delight ».

%d blogueurs aiment cette page :